Boire de l’eau peut aider à perdre du poids

Dernière mise à jour 04/04/16 | Article
Boire de l’eau peut aider à perdre du poids
Une méthode simple et gratuite qui peut aider à réduire ses apports caloriques. Son efficacité vient d’être démontrée. Attention toutefois à tenir compte de ses limites vésicales.

Peut-on, en accroissant la sensation de plénitude gastrique, réduire ses apports caloriques? Deux chercheurs américains de l’Université de l'Illinois à Urbana-Champaign le pensent, ayant mené un long travail dont ils viennent de publier les conclusions dans le Journal of Human Nutrition and Dietetics.(1) Cette étude a porté sur plus de 18 300 personnes participant à la «National Health and Nutrition Examination Survey» (2005-2012). Les chercheurs ont pris en compte les quantités d'eau ordinaire consommée ainsi que les teneurs en eau des autres boissons ingérées comme le thé non sucré et le café.

Il est apparu qu’en moyenne les participants consommaient environ 4,2 verres d'eau ordinaire chaque jour, ce qui représente environ 30% de leur consommation d’eau totale. Il est aussi apparu que leur apport calorique moyen s’élevait à 2157 calories –dont 125 calories provenant de boissons sucrées et 432 calories provenant d’aliments riches en calories comme les desserts, les pâtisseries et les snacks, mais pauvres en nutriments.

Entre un et trois verres de plus par jour

Au final l’étude montre qu’une majorité des participants qui ont augmenté leur consommation d'eau de 1% seulement sont parvenues à réduire leurs apports caloriques quotidiens ainsi que leur consommation de graisses saturées, mais aussi de sucre et de sel. Augmenter sa consommation d'eau entre un et trois verres par jour est d’autre part associé à une réduction quotidienne de 68 à 205 calories, à une réduction de l’apport en sodium comprise entre 78 et 235 g, et à une réduction de 5 à 18 g des apports en sucre.

«Faire la promotion de la consommation de l'eau ordinaire pourrait être une stratégie de santé publique utile pour réduire de manière ciblée la consommation d'énergie et de nutriments chez les adultes américains», concluent les auteurs de cette étude. Bien évidemment, tout laisse penser que cette conclusion est valable au-delà des Etats-Unis.

Parallèlement à ce travail, des chercheurs de l’Université de Birmingham suggèrent que le fait de boire 500 ml d'eau environ une demi-heure avant les repas peut contribuer utilement à l’obtention d’une perte de poids chez les adultes obèses. Le travail a été publié dans la revue Obesity.(2) Leurétude a été menée auprès de 84 personnes adultes obèses suivies durant une période de douze semaines. Les participants ont bénéficié d’une consultation de gestion de leur poids. A cette occasion ils ont reçu des informations quant aux changements de mode de vie souhaitables au vu de leur situation pondérale –changements portant notamment sur leurs habitudes alimentaires et leurs activités physiques. Une moitié d’entre eux était invitée à boire de l'eau une demi-heure avant le repas et l’autre moitié à s’imaginer qu’ils étaient repus avant de passer à table.

Au final les participants du groupe «prise d’eau» ont perdu en moyenne, pendant l’étude, environ 1,3 kg de plus que les participants de l’autre groupe. Les participants ayant bu de l’eau systématiquement avant les trois repas de la journée ont obtenu de meilleurs résultats encore, leur perte de poids dépassant notablement celle de ceux qui n’ont adopté cette technique qu’à l’occasion d’un seul repas.

Un demi-litre trois fois par jour

La simplicité de la méthode et des résultats ne manque pas d’étonner, conclut l’auteur principal, le Dr Helen Parretti de l'Université de Birmingham: «Il suffit de boire un demi-litre d'eau, trois fois par jour avant les repas principaux, pour perdre plus de poids». La mesure, combinée avec des niveaux d'activité physique augmentés et une alimentation saine, contribue ainsi à une perte de poids supplémentaire. Un essai de confirmation est d’ores et déjà annoncé qui portera sur un plus grand nombre de participants suivis sur une plus longue période de temps. Dans l’attente, rien n’interdit de tenter l’expérience.

Il faut toutefois, parfois, tenir compte d’une limite: celle de la «distension vésicale» et ses possibles effets désagréables. Des apports liquidiens trop importants et répétés peuvent, dans certains cas, conduire à des incontinences d’effort et à une forme d’hyposensibilité de la vessie qui altère la perception du besoin d'uriner –avec les conséquences que l’on peut imaginer.(3) En moyenne une consommation d’eau d’environ 1,2 litre par jour est suffisante pour éviter toutes les conséquences négatives de la déshydratation. Seules certaines situations médicales, touchant à la fonction rénale, nécessitent de boire des quantités plus importantes.

_________

1 Le résumé (en anglais) de la publication du Journal of Human Nutrition and Dietetics est disponible ici: «Plain water consumption in relation to energy intake and diet quality among US adults, 2005–2012»

2  Le résumé (en anglais) de la publication d’Obesity est disponible ici: «Efficacy of water preloading before main meals as a strategy for weight loss in primary care patients with obesity: RCT»

3 Sur ce theme, on peut se reporter aux publications suivantes (en anglais) du British Medical Journal«Waterlogged?» et «Six to eight glasses of water “still best”»

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
 faim_satiete

Faim et satiété: l’important est de s’écouter

Les besoins nutritionnels varient d’une personne à l’autre. Ils évoluent également avec l’âge et en fonction de l’activité physique. L’important est de savoir s’écouter et de manger à satiété, ni trop, ni pas assez. Conseils et gourmandise avec les livres Bien manger pour ma santé*.
vegetarien_sain

Manger végétarien, c’est sain!

Se passer de viande, c’est bon pour la santé. Attention toutefois aux carences, surtout si l’on est végétalien.
Videos sur le meme sujet

Fruits et légumes trop pauvres en micronutriments: attention carences!

Nous mangeons toujours plus et sommes de moins en moins nourris.

Manger sainement: un investissement pour la vie

Qu'est-ce qui devrait nous guider dans le choix de ce que l'on mange ? Le besoin ou le plaisir ? Cette vidéo vous présente comment avoir une approche saine de l'alimentation à travers l'avis d'un médecin.

Surpoids et obésité: agir dès l'enfance

Les effets néfastes du surpoids sur la santé sont nombreux, et la situation est d'autant plus préoccupante lorsque le surpoids apparaît dès l'enfance.