Quel lien entre arrêt du tabac, prise de poids et microbiote?

Dernière mise à jour 13/09/16 | Article
L’influence du tabac sur le microbiote intestinal pourrait contribuer à expliquer la fameuse prise de poids que redoutent tous les fumeurs.

Il est très commun que les fumeurs prennent du poids lorsqu’ils arrêtent la cigarette, bien que leur alimentation n’ait pas changé. Des mécanismes physiologiques et psychologiques expliquent en partie ce phénomène, puisque le métabolisme de base des fumeurs diminue considérablement à l’arrêt du tabac et qu’ils ont tendance à compenser leur besoin de cigarette par la nourriture. Une étude récente montre que cette prise de poids pourrait être également due à la modification du microbiote intestinal, induite par le sevrage tabagique.

Le pouvoir du microbiote

Le microbiote, cette population de bactéries qui colonise notre tube digestif, est l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années. Et pour cause: il est par exemple aujourd’hui établi que ce dernier influence le développement du système immunitaire, entre autres. Plus la diversité des bactéries est grande, plus le microbiote est sain et protège le système digestif contre les risques d’inflammation. En revanche, un déséquilibre dans sa composition a été associé  à certaines pathologies comme à l’obésité et les maladies chroniques inflammatoires de l’intestin. Des études ont permis de définir des profils de compositions de la flore intestinale (par analyse du génome bactérien)  au niveau intestinal qui ne sont liés ni à l’ethnie, ni au sexe ni à l’âge, mais aux habitudes alimentaires et à l’environnement. Parmi ces facteurs, le tabagisme a un effet de taille.

Sevrage tabagique et prise de poids

Afin de comprendre les effets concrets du tabagisme, des chercheurs ont analysé la composition du microbiote chez un groupe de fumeurs et un groupe de fumeurs en sevrage, qui suivaient exactement le même régime alimentaire. Dans le groupe des fumeurs, ils n’ont noté aucune altération de la flore intestinale. En revanche, les fumeurs qui venaient d’arrêter la cigarette présentaient une modification rapide et durable du microbiote, et développaient un profil métabolique très semblable à celui des personnes obèses, capable d’extraire davantage de calories des aliments. Par conséquent, les fumeurs en sevrage affichaient une prise de poids d’environ 2,2 kg sur huit semaines. Cette différence significative entre le microbiote des fumeurs et celui des non-fumeurs est également confirmée par d’autres études.

Traitements d’avenir

Le fait que différentes pathologies soient liées à la composition du microbiote ouvre de nouvelles perspectives très intéressantes. On peut dès lors supposer qu’en intégrant davantage de bactéries protectrices et immunorégulatrices dans le système digestif des patients, une certaine maladie pourrait être amoindrie, voire même guérie! Des essais de transplantation fécale ont déjà fait leurs véritables preuves dans le cas de certaines colites récidivantes à Clostridium difficile. L’introduction de probiotiques (mélange de bactéries « protectrices ») existe également de longue date dans le traitement  de la rectocolite ulcéro-hémorragique. Parallèlement, de plus en plus de scientifiques cherchent à comprendre quels gènes peuvent influencer la composition du microbiote, et de quelle façon. De nouvelles approches thérapeutiques et diagnostiques des pathologies digestives devraient donc prochainement voir le jour.

_________

Référence

Adapté de «Tabagisme et système digestif: une relation complexe», Dr Julie Begon, Dr Carole Clair et Pr Jacques Cornuz, PMU, Université de Lausanne. PD Dr Pascal Juillerat, Service de gastroentérologie, Hôpital de l’île, Berne; in Revue Médicale Suisse 2015;11:1282-7. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Anémie
Femme fatiguée

Le manque de fer touche surtout les femmes

Lors de grosses fatigues, on oublie souvent de chercher du côté d'une carence en fer. Or, ce phénomène...
Lire la suite
Anémie
Et si c’était un manque de fer?

Et si c’était un manque de fer?

Perte de cheveux, ongles fragilisés et fatigue sont les signes d’une carence, souvent féminine, qui se...
Lire la suite
Maladies sur le meme sujet
Atteinte de la moelle

Myélome multiple (plasmocytome)

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 560 nouveaux cas de myélome multiple (plasmocytome), ce qui représente environ 1 % de toutes les maladies cancéreuses.

Echantillons de sang

Leucémies (cancer du sang)

Chaque année en Suisse, on dénombre quelque 970 nouveaux cas de leucémie (cancer du sang), ce qui représente environ 2,5 % de toutes les maladies cancéreuses. Les hommes sont un peu plus touchés que les femmes (57% contre 43%). Près de la moitié des patients ont 70 ans et plus au moment du diagnostic. Avec près d’un tiers de tous les cas, les leucémies constituent le cancer le plus fréquent chez l’enfant.

Organes génitaux masculins

Cancer du testicule

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 430 nouveaux cas de cancer du testicule, ce qui représente 2 % de toutes les maladies cancéreuses dans la population masculine. Le cancer du testicule touche surtout des hommes jeunes : 86 % des patients ont moins de 50 ans au moment du diagnostic.

Symptômes sur le meme sujet

Convulsions

Il/elle a des convulsions
Epistaxis

Epistaxis

Je saigne du nez
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un