Quel lien entre arrêt du tabac, prise de poids et microbiote?

Dernière mise à jour 13/09/16 | Article
L’influence du tabac sur le microbiote intestinal pourrait contribuer à expliquer la fameuse prise de poids que redoutent tous les fumeurs.

Il est très commun que les fumeurs prennent du poids lorsqu’ils arrêtent la cigarette, bien que leur alimentation n’ait pas changé. Des mécanismes physiologiques et psychologiques expliquent en partie ce phénomène, puisque le métabolisme de base des fumeurs diminue considérablement à l’arrêt du tabac et qu’ils ont tendance à compenser leur besoin de cigarette par la nourriture. Une étude récente montre que cette prise de poids pourrait être également due à la modification du microbiote intestinal, induite par le sevrage tabagique.

Le pouvoir du microbiote

Le microbiote, cette population de bactéries qui colonise notre tube digestif, est l’objet de nombreuses recherches depuis quelques années. Et pour cause: il est par exemple aujourd’hui établi que ce dernier influence le développement du système immunitaire, entre autres. Plus la diversité des bactéries est grande, plus le microbiote est sain et protège le système digestif contre les risques d’inflammation. En revanche, un déséquilibre dans sa composition a été associé  à certaines pathologies comme à l’obésité et les maladies chroniques inflammatoires de l’intestin. Des études ont permis de définir des profils de compositions de la flore intestinale (par analyse du génome bactérien)  au niveau intestinal qui ne sont liés ni à l’ethnie, ni au sexe ni à l’âge, mais aux habitudes alimentaires et à l’environnement. Parmi ces facteurs, le tabagisme a un effet de taille.

Sevrage tabagique et prise de poids

Afin de comprendre les effets concrets du tabagisme, des chercheurs ont analysé la composition du microbiote chez un groupe de fumeurs et un groupe de fumeurs en sevrage, qui suivaient exactement le même régime alimentaire. Dans le groupe des fumeurs, ils n’ont noté aucune altération de la flore intestinale. En revanche, les fumeurs qui venaient d’arrêter la cigarette présentaient une modification rapide et durable du microbiote, et développaient un profil métabolique très semblable à celui des personnes obèses, capable d’extraire davantage de calories des aliments. Par conséquent, les fumeurs en sevrage affichaient une prise de poids d’environ 2,2 kg sur huit semaines. Cette différence significative entre le microbiote des fumeurs et celui des non-fumeurs est également confirmée par d’autres études.

Traitements d’avenir

Le fait que différentes pathologies soient liées à la composition du microbiote ouvre de nouvelles perspectives très intéressantes. On peut dès lors supposer qu’en intégrant davantage de bactéries protectrices et immunorégulatrices dans le système digestif des patients, une certaine maladie pourrait être amoindrie, voire même guérie! Des essais de transplantation fécale ont déjà fait leurs véritables preuves dans le cas de certaines colites récidivantes à Clostridium difficile. L’introduction de probiotiques (mélange de bactéries « protectrices ») existe également de longue date dans le traitement  de la rectocolite ulcéro-hémorragique. Parallèlement, de plus en plus de scientifiques cherchent à comprendre quels gènes peuvent influencer la composition du microbiote, et de quelle façon. De nouvelles approches thérapeutiques et diagnostiques des pathologies digestives devraient donc prochainement voir le jour.

_________

Référence

Adapté de «Tabagisme et système digestif: une relation complexe», Dr Julie Begon, Dr Carole Clair et Pr Jacques Cornuz, PMU, Université de Lausanne. PD Dr Pascal Juillerat, Service de gastroentérologie, Hôpital de l’île, Berne; in Revue Médicale Suisse 2015;11:1282-7. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Ballonnements
ballonements_osez_demander

Ballonnements: ce que vous n’osez pas demander

La plupart du temps bénins, les ballonnements peuvent toutefois peser lourd sur le quotidien. D’où viennent-ils?...
Lire la suite
Microbiote
Il est parfois difficile de distinguer les douleurs de l’intestin de celles de l’estomac

Maux de ventre et ballonnement, ça s’explique

Au plaisir de déguster un bon repas se succèdent parfois des désagréments digestifs tels que des maux...
Lire la suite
Constipation
selles_disent

Les selles et leurs mystères

Aspect, forme, couleur, odeur: nos fèces livrent quantité d’informations sur notre état de santé. Voici...
Lire la suite
Maladies sur le meme sujet
syndrome douloureux régional complexe (SDRC)

Syndrome douloureux régional complexe

Le SDRC est un état douloureux qui survient le plus souvent après un traumatisme (fracture) ou une opération d’un membre. Il peut aussi survenir à la suite d’un accident vasculaire cérébral (AVC).

fiche_bpco

Bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO)

La bronchopneumopathie chronique obstructive ou BPCO[1] est l’une des conséquences insidieuses du tabagisme. En effet, une exposition répétée au tabac, ainsi qu’à d’autres polluants, provoque à la longue un rétrécissement des voies respiratoires, avec son lot de symptômes: toux chronique, expectorations et essoufflement. Un diagnostic est indispensable pour freiner l’évolution de cette maladie qui touche près de 400’000 personnes en Suisse.

[1] Le terme générique de bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO) regroupe un ensemble de maladies respiratoires, dont les plus connues sont la bronchite chronique obstructive et l’emphysème.

Sinusite

La sinusite est une inflammation de la muqueuse tapissant l’intérieur des sinus, des cavités aérées dans les os du visage. Elle est généralement causée par une atteinte virale suite à un refroidissement, et peut parfois nécessiter des antibiotiques lorsqu’elle se complique d’une surinfection bactérienne. Mais elle peut aussi avoir des causes anatomiques (déviation de la cloison nasale ou polypes), et plus rarement dentaires. Elle peut être aiguë ou chronique.

Symptômes sur le meme sujet

Convulsions

Il/elle a des convulsions
Epistaxis

Epistaxis

Je saigne du nez
Se faire mordre par quelqu'un

Morsure humaine

J'ai été mordu(e) par quelqu'un