Stress et obésité

Dernière mise à jour 15/09/20 | Article
JEC_stress_obesite
On connaît aujourd’hui l’impact du stress sur l’obésité. Les émotions «négatives» peuvent conduire à des troubles du comportement alimentaire qui favorisent la prise de poids. Quelques pistes pour s’en sortir.

Contrariété, tristesse, ennui, frustration, solitude… et l’on craque pour un énième carré de chocolat ou l’on ouvre un nouveau paquet de chips. Qu’est-ce qui nous pousse à grignoter ou à manger plus que de raison? Comprendre les liens entre nourriture, stress et émotions est une étape nécessaire pour perdre du poids. Mieux comprendre ce lien entre nos «stresseurs» et notre comportement alimentaire, puis apprendre à diminuer ces facteurs déclenchants ou à les appréhender autrement est indispensable pour que la perte de poids soit durable. Car dans la vie, les sources de stress sont nombreuses: travail, famille, couple, relations sociales, difficultés matérielles, soucis de santé. Dans une période de stress, les aliments peuvent jouer un rôle de compensation et être utilisés comme tranquillisants, consolation ou récompense quand cela ne va pas. Stresseurs et sensibilité au stress peuvent engendrer toutes sortes d’émotions. Celles-ci sont souvent des déclencheurs puissants de troubles du comportement alimentaire de type compulsifs. 

Comment mieux gérer son stress pour changer de comportement alimentaire et perdre du poids? Il existe cinq stratégies différentes applicables face à des situations que nous percevons comme stressantes (examen, entretien, conférence, etc.). Les voici: 

Anticipez et préparez-vous

Programmez et anticipez l’événement en question, planifiez-le dans les moindres détails, exercez-vous, pratiquez et évitez une surcharge de travail durant cette période. 

Améliorez votre hygiène de vie

Adoptez une alimentation saine, parce que manger trop et trop gras stresse le corps. Évitez la consommation de somnifères et d’alcool. Bougez plus et plus souvent. L’activité physique est excellente pour réduire le niveau de stress. 

Acceptez de vous faire aider

Apprenez à demander de l’aide à votre famille et à votre entourage. Sachez aussi vous préserver des personnes stressantes, nerveuses, qui mettent la pression ou voient tout en noir. Privilégiez les relations avec des personnes positives qui vous soutiennent et vous encouragent, et évitez les personnes toxiques. 

Modifiez vos pensées négatives

«Je suis nul-le», «Je n’y arriverai jamais» ou «Je ne suis bon-ne à rien» sont des pensées qui font du mal et empêchent d’avancer. Prenez conscience des moments où vous vous maltraitez et modifiez ce discours interne par des pensées positives sur ce que vous avez déjà accompli dans votre vie et sur ce que vous êtes. Soyez bienveillant avec vous-même et vos fragilités. N’exigez pas de vous des objectifs irréalisables, ni d’être parfait à 100%. Cela engendre du stress et vous serez forcément déçu-e. Visez plutôt l’équation 80% impeccable et 20% moins contrôlé-e. 

Faites-vous plaisir

S’occuper de soi et se faire plaisir font partie des priorités pour diminuer le stress. Offrez-vous des moments pour vous, tels qu’un massage, la pratique d’un hobby ou un rendez-vous avec un-e ami-e. Certaines pratiques favorisent la relaxation, à l’image du taï-chi, de la sophrologie, du yoga, de la méditation ou de l’autohypnose. Il s’agit de trouver celle qui vous correspond le mieux et de la pratiquer régulièrement de manière qu’elle fasse peu à peu partie intégrante de votre vie. 

Toutes ces mesures ne peuvent pas être appliquées en même temps. Mais comme en matière d’alimentation et d’activité physique, allez-y pas à pas. Établissez des priorités et déterminez si elles peuvent être immédiatement mises en pratique. Vous pouvez en choisir deux ou trois, les combiner ou les appliquer à la suite l’une de l’autre. Ce qui est important, c’est que le choix vienne de vous. Mettez sur pied un plan d’action afin de pouvoir appliquer la stratégie et vérifiez si elle fonctionne. N’oubliez pas d’établir des micro-objectifs les uns après les autres et vous réussirez!

_______

Adapté deJ’ai envie de comprendre… L’obésité et les problèmes de poids. Patricia Bernheim, Alain Golay, Nathalie Farpour-Lambert, Zoltan Pataky. Éditions Planète Santé, 2016.

Articles sur le meme sujet
LMD_nourriture_drogue

Obésité: quand la nourriture devient une drogue

Chez certaines personnes, manger peut se transformer en addiction avec, comme conséquence, le surpoids ou l’obésité et leurs complications. Un problème dont l’origine est en partie biologique, mais qui a aussi d’autres composantes.
LMD_mangez_sainement_sante

Mangez sainement, c’est bon pour votre santé mentale

Quel est l’impact de l’alimentation sur la santé psychique? Cette question est au cœur de la psychiatrie nutritionnelle, une discipline médicale nouvelle qui accumule de plus en plus de preuves sur les liens entre nutrition et psychisme.
LMD_obésité_infantile_publicité

Obésité infantile: la publicité mise en cause

Alors que l’obésité infantile ne cesse d’augmenter, certains pays réglementent la promotion de la malbouffe. La Suisse est à la traîne. Faut-il légiférer comme pour les produits du tabac?
Videos sur le meme sujet

Révolution dans la lutte contre l'obésité: découverte de nouvelles cellules adipeuses

Des chercheurs suisses de l'EPFL, de l'Institut de Bioinformatique, du CHUV et de l'Université de Lausanne ont identifié un nouveau type de cellules adipeuses qui pourraient expliquer pourquoi certaines personnes accumulent de la graisse autour de la taille, augmentant le risque d'obésité.

Parlez-moi d'œufs… et de leur intérêt nutritionnel

A l'occasion de la fête de Pâques, chaque jour de la semaine du 14 au 18 avril 2014 Huma Khamis vous propose un gros plan sur une particularité des œufs.

Certaines protéines peuvent nous protéger de notre propre système immunitair

Dans une récente exploration scientifique menée par l'équipe de l'EPFL, une lumière nouvelle est jetée sur le fonctionnement complexe de notre système immunitaire.
Maladies sur le meme sujet
fiche_maladie_obesite

Obésité

L’obésité est une maladie qui augmente le risque de survenue d’autres maladies et réduit l’espérance et la qualité de vie. Les patients atteints de cette accumulation anormale ou excessive de graisse corporelle nécessitent une prise en charge individualisée et à long terme, diététique et comportementale.