Tabac: les fumeurs sont-ils victimes de leurs gènes?

Dernière mise à jour 08/01/14 | Article
Tabac: les fumeurs sont-ils victimes de leurs gènes?
Une équipe de chercheurs français annonce avoir découvert les bases génétiques de l’addiction à la nicotine. Un résultat qui pourrait améliorer la prise en charge médicale des fumeurs et peut-être conduire au dépistage des personnes les plus à risque.

Choisit-on réellement de fumer? Le fumeur devient-il au contraire esclave de sa consommation à cause du patrimoine génétique qu’il a hérité de ses parents? C’est à cette question essentielle en termes de santé publique que se sont attaqués des chercheurs français, associés à des collègues italiens, américains et canadiens. Ils viennent de publier les résultats de leurs travaux dans la revue Molecular Psychiatry1. Ces résultats pourraient ouvrir de nouvelles pistes dans la compréhension des mécanismes de la dépendance et ainsi aider ceux qui en sont victimes.

Besoins impérieux de nicotine

Les auteurs de ce travail expliquent en substance que la dépendance au tabac est renforcée chez les porteurs d’une certaine mutation génétique. Ils démontrent que le besoin impérieux de nicotine (principale substance tenue pour responsable de l’addiction au tabac) est fortement régulé par une mutation génétique largement répandue dans la population. Leur démonstration expérimentale a certes été faite chez la souris mais les auteurs de la publication estiment pouvoir sans difficultés l’extrapoler à l’espèce humaine.

La mutation en question affecte le récepteur neuronal à la nicotine. Elle a pour conséquence de perturber le fonctionnement normal de ce récepteur et provoque de ce fait une inactivation partielle du «circuit de la récompense». On désigne ainsi le mécanisme neurologique moléculaire étroitement impliqué dans tous les processus de dépendance.

Sensation de manque

Le «circuit de la récompense» est constitué d’un système neuronal qui, à l’état normal, favorise les sensations de bien-être. Dérégulé, ce circuit fonctionne de manière progressivement pathologique. Chez les fumeurs c’est l’effet de la nicotine sur le cerveau qui comble le manque ressenti en cas de privation de tabac. Il faut savoir que la consommation de celui-ci a pour effet de conduire la nicotine qu’il contient à passer dans le sang puis à se fixer sur les récepteurs nicotiniques cérébraux – ce qui entraîne aussitôt une activation de ce «circuit de la récompense». Ces récepteurs sont aujourd’hui bien connus des neurobiologistes moléculaires. Ils se situent sur une famille des neurones dits «dopaminergiques».

Les personnes porteuses de cette mutation génétique ont ainsi plus que d’autres un besoin impérieux de poursuivre (et d’augmenter) leur consommation de tabac pour en ressentir les effets –des effets sans lesquels ils souffrent vite d’une impérieuse sensation de manque. Les chercheurs démontrent expérimentalement chez la souris les effets de la mutation génétique de ce récepteur: un abaissement important de la sensibilité à la nicotine.

Une personne mutée sur trois

Les porteurs de cette mutation ont donc besoin de doses de tabac plus importantes pour obtenir la même «quantité de plaisir» que les fumeurs qui n’en sont pas porteurs. Soit une dose environ trois fois supérieure. Un comportement qui augmente d’autant les conséquences mortifères de l’inhalation des substances toxiques et cancérigènes contenues dans les fumées de tabac.

Cette mutation n’affecte qu’une partie du récepteur nicotinique (la protéine α5 *-nAChRs) sur les neurones dopaminergiques Elle suffit toutefois à perturber elle seule le fonctionnement de ces récepteurs et, en cascade, elle conduit à une inactivation partielle du «circuit de la récompense».  

Cette mutation est-elle fréquente chez l’homme? Certaines études suggèrent qu’elle serait présente chez une personne sur trois dans la population européenne et chez neuf gros fumeurs sur dix.

Victimes et non coupables

Les chercheurs espèrent que leur découverte ouvrira la voie au développement de traitements de sevrage tabagique destinés aux individus porteurs de cette mutation –et notamment au développement de traitements de sevrage «personnalisés» destinés en priorité à ces personnes.

On peut aussi imaginer des propositions de dépistage systématique qui permettraient, dès le plus jeune âge, d’identifier celles et ceux qui sont plus exposés que les autres au risque de dépendance tabagique(2).Plus généralement ce résultat devrait contribuer à considérer les consommateurs de tabac comme des malades souffrant d’une dépendance dont ils sont les victimes bien plus que les coupables.

1. Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici. Elle a été menée par de chercheurs de l’Institut Pasteur de Paris, du Centre national français de la recherche scientifique et de l’Université Pierre et Marie Curie de Paris. Ces chercheurs ont collaboré avec des collègues de l’Université de Cagliari, de l’Université de Pennsylvanie et de l’Université McGill de Montréal.

2. Certains chercheurs développent déjà des travaux visant à déterminer les profils génétiques à haut risque de dépendance tabagique. Une équipe de scientifiques américains, britanniques et néozélandais a publié des résultats intéressants et prometteurs dans ce domaine en mars 2013 dans la revue JAMA Psychiatry. Un résumé (en anglais) de leur travail est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
smokefree_selfie

«Smokefree»: un selfie salutaire

Personne n’aime se voir vieillir. Or, entre autres méfaits, la cigarette accélère le processus de vieillissement de la peau. Pour en avoir un aperçu, un photomaton propose aux fumeurs et aux non-fumeurs de se projeter en 2036. Souriez, c’est par ici!
Videos sur le meme sujet

Cigarettes électroniques : il est urgent d'attendre

La cigarette électronique fait un véritable tabac en Europe avec plus de 7 millions d’utilisateurs et un marché évalué à 500 millions d’euros.

Gros plan sur la BPCO

Le bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie des poumons qui donne lieu à une journée de sensibilisation à Lausanne.

Gros plan sur l'herbe à Nicot

Sarah Dirren s'intéresse à la culture d'une plante de la famille des solanacées, comme la tomate ou la patate.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.