Mécanismes de la prise de poids à l'arrêt de la cigarette

Dernière mise à jour 02/05/13 | Article
Mécanismes de la prise de poids à l'arrêt de la cigarette
La prise de poids à l'arrêt de la cigarette est un phénomène qui touche deux tiers des personnes qui entament un sevrage tabagique. Précisions.

En général la prise de poids est d’entre trois et cinq kilos, et représente souvent  le poids qu'on aurait pesé si on n’avait jamais fumé. Néanmoins, elle peut aussi atteindre des valeurs plus élevées si elle n'est pas prise en charge.

De telles prises de poids n’ont pas qu’une seule cause, elles sont liées à de nombreux processus. D’une part, on observe chez le fumeur en voie de sevrage une diminution du métabolisme de base. Le corps va brûler moins de calories, et cet effet sera proportionnel au nombre de cigarettes normalement fumées. D’autre part, on remarque souvent dans le même temps des changements  dans les habitudes alimentaires, embrayés pour surmonter les difficultés du sevrage (par exemple une sensation de faim plus importante, un attrait plus important pour le sucré ou une gestion du stress par les aliments ).

Souvent cet excès d'aliments est le responsable numéro un d'une prise de poids qui dépasse les trois à cinq kilos.

De plus, la nicotine stimule aussi le métabolisme des graisses, ce qui signifie qu'elles sont stockées moins facilement quand on fume.

Cependant, bien que ces facteurs  semblent positifs pour la régulation du poids corporel, il ne faut pas oublier les aspects néfastes de la nicotine. Si le métabolisme des graisses se trouve augmenté, le stockage de ces dernières se fait principalement en zone abdominale. La nicotine  accroît en outre la synthèse du mauvais cholestérol et la résistance à l'insuline. Tous ces facteurs augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires et de diabète.

A ces changements de comportement et de métabolisme s’ajoute le fait que les habitudes alimentaires du fumeur sont généralement moins équilibrées que celles de la population non fumeuse. Il y a ainsi chez les fumeurs davantage de personnes sédentaires dont l’hygiène alimentaire est peu équilibrée. On constate souvent, par exemple, une absence de petit-déjeuner, une consommation plus importante de mets gras et sucrés, d’alcool et de café, ainsi qu’un apport insuffisant en fibres et vitamines.

En résumé les facteurs qui vont favoriser une prise de poids à l’arrête de la cigarette sont:

  • La baisse du métabolisme de base.
  • La gestion du stress par les aliments.
  • La disparition de l'effet coupe-faim.
  • La compensation de la gestuelle par les aliments.
  • La sédentarité.

Ayant posé ce constat, que faire pour palier à ces phénomènes et s'armer contre une prise de poids à l'arrêt de la cigarette? Pour avoir plus d’informations et de conseils, lisez nos «Conseils pour prévenir et limiter une prise de poids à l’arrêt de la cigarette».

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
Videos sur le meme sujet

Après la dernière cigarette

Le tabagisme fait de nombreuses victimes en Suisse et beaucoup de fumeurs tentent de mettre un terme à leur addiction.

La réalité virtuelle: soigner les phobies et les addictions

La réalité virtuelle quitte petit à petit les sphères académiques pour entrer dans les vies du grand public.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.