Fumer expose-t-il au risque de souffrir de schizophrénie?

Dernière mise à jour 31/07/15 | Article
Fumer expose-t-il au risque de souffrir de schizophrénie?
Une étude de chercheurs britanniques met en lumière une corrélation a priori inquiétante entre la consommation de tabac et la survenue d’une schizophrénie. Voici les données.

Dirigés par le Dr James H. MacCabe (Département des psychoses, King’s College London), les auteurs ont repris les travaux déjà menés sur ce thème. Les résultats de cette large méta-analyse viennent d’être publiés dans The Lancet Psychiatry(1). Ils suggèrent fortement (mais sans toutefois en apporter la preuve) que le tabagisme pourrait être directement impliqué dans l’apparition de la psychose schizophrénique –parallèlement à d’autres facteurs génétiques et environnementaux.

Auto-médication

L’hypothèse d’une association entre la consommation de tabac et des manifestations psychotiques n’est pas nouvelle mais n’a jamais été véritablement élucidée. Une des explications avancée pour tenter de comprendre pourquoi les personnes psychotiques semblent plus fréquemment susceptibles de fumer: la tentative de faire «passer le temps», de soulager temporairement des sensations de détresse, voire même de réduire l’intensité des symptômes de la schizophrénie (ou l’intensité des effets secondaires des médications antipsychotiques). Serait-ce donc une sorte d’auto-médication?

Les auteurs britanniques (associés à un chercheur espagnol) ont mené la méta-analyse de 61 études dites «d'observation» effectuées sur ce sujet et portant au total sur 14555 fumeurs et 273162 non-fumeurs. Ils ont observé que plus de la moitié des participants (57%) étaient fumeurs et que les participants psychotiques étaient trois fois plus susceptibles de fumer. Il apparaît en outre que les fumeurs quotidiens psychotiques ont développé leur psychose environ un an plus tôt que les non-fumeurs. Le tabagisme est associé à un développement plus précoce de la maladie psychotique, et un âge plus précoce du début de la consommation de tabac est associé à un risque accru de psychose.

Libération de dopamine

«Bien qu'il soit difficile de déterminer le sens de la relation, nos résultats suggèrent que le tabagisme doit être pris au sérieux en tant que facteur de risque possible de psychose», résume le Dr James MacCabe. Son équipe invoque notamment les effets de la consommation de tabac sur l’activité du cerveau. En augmentant la libération de dopamine, la nicotine pourrait peser sur les mécanismes neuro-pathologiques conduisant au développement de la psychose schizophrénique.

Des études complémentaires sont nécessaires pour éclaircir les relations pouvant ou non exister entre les différentes formes de tabagisme, la dépendance à la nicotine et le développement de troubles psychotiques. Faut-il attendre la confirmation de l’existence de cette relation de causalité pour dire qu’il y a là, si besoin était, un nouvel argument pour s’abstenir de fumer?

_________

1 Le résumé (en anglais) de l’étude de The Lancet Psychiatry est disponible ici. On peut également voir ici le résume qu’en a fait la BBC.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
immunotherapie_poumon

L’immunothérapie, une arme contre le cancer du poumon

De tous les cancers, celui qui touche les poumons est le plus mortel. Chaque année en Suisse, 3000 personnes y succombent. L’immunothérapie, visant à renforcer les défenses naturelles, donne à espérer.
smokefree_selfie

«Smokefree»: un selfie salutaire

Personne n’aime se voir vieillir. Or, entre autres méfaits, la cigarette accélère le processus de vieillissement de la peau. Pour en avoir un aperçu, un photomaton propose aux fumeurs et aux non-fumeurs de se projeter en 2036. Souriez, c’est par ici!
essoufflement_chronique

400 000 Suisses souffrent d’essoufflement chronique

Conséquence du tabagisme, la BPCO, ou bronchopneumopathie chronique obstructive, touche une population toujours plus large. D’ici à 2030, elle sera même le troisième facteur mondial de mortalité.
Videos sur le meme sujet

Cigarettes électroniques : il est urgent d'attendre

La cigarette électronique fait un véritable tabac en Europe avec plus de 7 millions d’utilisateurs et un marché évalué à 500 millions d’euros.

Gros plan sur la BPCO

Le bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie des poumons qui donne lieu à une journée de sensibilisation à Lausanne.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, on dénombre environ 4100 nouveaux cas de cancer du poumon (carcinome bronchique), ce qui représente 10 % de toutes les maladies cancéreuses. Le cancer du poumon touche plus souvent les hommes (62 %) que les femmes (38 %). C’est le deuxième cancer le plus fréquent chez l’homme, et le troisième chez la femme. C’est aussi le plus meurtrier, avec 3100 décès par an.