Arrêter de fumer, les méthodes qui fonctionnent

Dernière mise à jour 05/07/16 | Article
Il est une mesure parmi d’autres pour dissuader les fumeurs: le paquet de cigarettes neutre vient d’arriver en France. Ceux qui veulent arrêter de fumer n’ont que l’embarras du choix face aux différentes méthodes qui existent sur le marché.

«Un fumeur sur deux meurt de maladies liées à son tabagisme», estime Mylena Frikart, médecin tabacologue à Lausanne. Cancer, maladies cardio-vasculaires, asthme, bronchite… la liste des méfaits du tabac est longue. Ecraser définitivement sa cigarette n’est pourtant pas facile: en moyenne, sept tentatives sont nécessaires pour y parvenir, car la nicotine figure parmi les substances les plus addictives au monde.

Pourtant, le nombre de fumeurs qui veulent arrêter ne cesse d’augmenter: 50,2% en 2013 contre 41,4% en 2011, selon un rapport du Monitorage suisse des addictions. Les médecins recommandent d’être particulièrement vigilant les trois premiers mois, qui sont, à l’égard du sevrage, les plus déterminants, et d’éviter de boire les trente premiers jours. Comme l’alcool désinhibe, il est dès lors plus facile de céder à la tentation de la cigarette. Surtout, les spécialistes conseillent certaines méthodes spécifiques. En voici les principales, présentées par ordre d’efficacité selon les dernières preuves scientifiques en la matière.

Le Champix®

Aussi appelée varénicline, cette molécule a été créée spécifiquement pour le sevrage tabagique. Utilisée pendant trois mois, elle permet d’«imiter l’effet de la nicotine au niveau du cerveau, ce qui atténue la sensation de manque», selon Mylena Frikart. Selon elle, il s’agit du moyen le plus efficace pour arrêter de fumer, malgré des effets secondaires importants. «Il arrive souvent qu’il provoque des nausées importantes en début de traitement ainsi que des maux de tête et des rêves assez angoissants», explique Carole Clair, médecin cheffe de clinique à la Policlinique médicale universitaire de Lausanne (PMU). Pris en charge par l’assurance-maladie et disponible sur ordonnance, ce médicament est administré avec beaucoup de précautions chez les personnes psychologiquement fragiles. «Des cas de troubles de l’humeur, de dépression, voire des idées suicidaires ont été constatés suite à la prise de ce traitement, même s’il est difficile de déterminer s’ils sont liés au traitement de varenicline ou au sevrage de nicotine», précise Carole Clair. La varénicline est par ailleurs contre-indiquée pour les femmes enceintes ou qui allaitent.

Le bupropion ou Zyban®

Souvent associé à des substituts nicotiniques, le bupropion augmente de manière significative les chances de succès d'abstinence à long terme. Fabriqué à l’origine pour traiter la dépression, «il augmente la concentration de dopamine cérébrale, comme le fait la nicotine», explique Mylena Frikart. Le traitement, uniquement disponible sur ordonnance, dure sept semaines. Il est contre-indiqué «chez les personnes épileptiques ou souffrant de troubles bipolaires», précise la tabacologue.

Les substituts nicotiniques

En vente libre et non remboursés par les assurances, les patchs, inhalateurs et sprays buccaux, gommes à mâcher et autres comprimés, multiplient par deux les chances de succès. Pris sur trois mois en général, les patchs sont souvent combinés à d’autres substituts pour augmenter leur efficacité.

La thérapie cognitivo-comportementale

Associée aux traitements médicamenteux, et pour un suivi d’un an en moyenne, la thérapie cognitivo-comportementale augmenterait les chances de réussite d’environ 50%. «Elle permet d’agir sur le comportement et les réflexes. Il s’agit de trouver des stratégies pour gérer les situations à risque. Cela passe par le découpage du temps en périodes de 24 heures, afin de fixer des objectifs supportables à la personne qui arrête de fumer», explique Mylena Frikart.

La cigarette électronique

«C’est un outil intéressant qui agit comme un substitut nicotinique pour les gens qui n’arrivent pas à cesser de fumer par les méthodes usuelles», selon Jean-Paul Humair, médecin tabacologue et directeur du Centre d’information pour la prévention du tabagisme (CIPRET) à Genève. Ce dernier précise cependant que les études sur les premiers modèles, dont les méthodes n’étaient pas optimales, n’ont pas montré d’effet significatif sur l’arrêt du tabac. Elles ne sont toutefois pas encore assez approfondies pour qu’on puisse le conclure de manière définitive. «La cigarette électronique n’existe en Europe que depuis 2006. Il y a plusieurs fournisseurs sur le marché et la technologie évolue très vite», explique Mylena Frikart. Attention cependant au «risque d’absorption accidentelle de nicotine pure, qui est toxique», précise Jean-Paul Humair.

Homéopathie, hypnose et acupuncture

Même si l’efficacité de ces méthodes alternatives n’a pas été prouvée, «je ne vois aucun problème à ce qu’une personne complète ainsi son traitement. Il n’y a pas d’effets secondaires: si c’est bénéfique, pourquoi ne pas essayer? Tout ce qui peut être utile est bon à prendre!», réagit Mylena Frikart.

Les livres

Les livres comme La méthode simple pour en finir avec la cigarette d’Allen Carr sont aussi un complément intéressant, selon la tabacologue. «Arrêter de fumer, c’est aussi changer de style de vie. Il faut se donner le temps et les moyens de le faire, cela peut donc tout à fait passer par des lectures en plus du traitement principal».

La Suisse frileuse face au paquet neutre

Le paquet de cigarettes sans logo et sans publicité n’a pour l’instant été adopté que par l’Australie, le Royaume Uni, l’Irlande et tout récemment par la France. En Suisse, le Conseil fédéral a estimé en 2014 que cette idée allait «trop loin». «Il faudrait interdire totalement toutes les formes de publicité et introduire les paquets neutres, mais le pouvoir des lobbies rend cet objectif difficilement réalisable en Suisse», commente Jean-Paul Humair. Pourtant, les paquets neutres ont un effet dissuasif, comme le montre une enquête faite en Australie. «La mesure la plus efficace reste la hausse importante et régulière du prix», note Jean-Paul Humair. Une mesure que la Suisse n’applique pas de manière optimale: le coût du paquet de cigarettes n’a augmenté que de 10 centimes en 2013 et de 20 centimes en 2014.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
smokefree_selfie

«Smokefree»: un selfie salutaire

Personne n’aime se voir vieillir. Or, entre autres méfaits, la cigarette accélère le processus de vieillissement de la peau. Pour en avoir un aperçu, un photomaton propose aux fumeurs et aux non-fumeurs de se projeter en 2036. Souriez, c’est par ici!

Tabac et habitudes numériques

La Ligue pulmonaire lance un programme de coaching par SMS.

Maladies de l’intestin: l’effet paradoxal du tabac

Bien que peu connus, les effets du tabac sur les maladies inflammatoires de l’intestin sont déterminants et peuvent être aussi nocifs que bénéfiques. Mais quels sont ces effets?
Videos sur le meme sujet

Poly-consommation: drogues multiples, risques multiples

La consommation de plusieurs substances en parallèle, alcool, cigarette, joints, etc., n'est pas sans conséquences. Ou se trouve la limite légale, et surtout les risques pour la santé?

Fumée passive: fumer nuit gravement à son voisin!

Fumer n'est pas bon pour la santé, mais que dire - et faire! - lorsque c'est la fumée des autres qui est le problème.

Arrêter de fumer: un chemin difficile

Fumer nuit à la santé. On le sait désormais avec certitude et l'on commence à prendre des mesures importantes pour protéger la population. Pourtant, arrêter n'est pas toujours facile. Le point avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Radio des poumons

Cancer du poumon

Chaque année en Suisse, environ 3800 personnes développent un cancer du poumon (carcinome bronchique, cancer bronchopulmonaire), ce qui correspond à 10% de toutes les maladies cancéreuses.