Dépendances: les proches souffrent aussi

Dernière mise à jour 06/10/11 | Vidéo
Partager le quotidien d'une personne dépendante, l'aimer, supporter sa maladie n'est pas toujours facile. De nombreux proches d'alcooliques, de consommateurs de drogues, mais aussi de joueurs excessifs souffrent gravement de l'addiction de leur conjoint ou ami. L'antidote fait le point.

Partager le quotidien d'une personne dépendante ne doit pas être vécue comme une fatalité. Il est en effet possible de trouver un équilibre, de mener une vie heureuse après avoir pris conscience du problème. Mais pour y parvenir il est nécessaire de modifier son comportement, de reprendre sa vie en main, de décider pour soi-même et plus uniquement en fonction du partenaire dépendant. Ces changements peuvent être douloureux et difficiles à envisager mais le bénéfice peut être énorme, et la perspective d'une nouvelle vie, avec ou sans le conjoint, peut être à nouveau envisagée. Avec Georges-Alain Claret, intervenant au Centre d'aide et de prévention de la Ligue valaisanne contre les toxicomanies à Sierre.

A LIRE AUSSI

Alcool

Je pense qu’un de mes proches boit trop, comment lui dire ?

Face à une consommation excessive d’alcool, il peut être légitime de s’inquiéter. Mais lorsqu’un proche boit trop, comme aborder ce sujet le plus sereinement...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_alcool_trop_combien

Alcool: trop, c'est combien?

Pour trinquer, célébrer, se détendre… l'alcool est invariablement au rendez-vous. Le problème, outre ses conséquences sur la santé, tient dans sa fâcheuse tendance à se rendre indispensable au fil du temps. Quelles sont les limites d'une consommation «normale»?
Supp_La Côte_Addictions_solutions_miracle

Addictions: des solutions, mais pas de miracle

Une offre de plus en plus variée et la multiplication des comportements addictifs donnent du fil à retordre aux milieux de la prévention. La pandémie a également eu un impact sur la consommation. Thérapie, prise de conscience et volonté restent les meilleurs atouts pour sortir de la dépendance. Explications.
Illustré_dry_january_mettre

«Dry January» ou janvier sans alcool: pourquoi faut-il s’y mettre?

Pour la première fois, la Suisse soutient officiellement la campagne «Dry January» (lire encadré). Lancée en Grande-Bretagne en 2014, elle prône un mois d’abstinence d’alcool en janvier. Selon les experts, ce janvier sec permettrait de sensibiliser la population face à la banalisation de la consommation d’alcool. Pourquoi pourriez-vous y mettre, vous aussi? Les explications de la professeure Barbara Broers et du docteur Thierry Favrod-Coune, tous deux spécialistes en addictologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Christelle Baunez, une spécialiste des circuits de la récompense

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

La sérotonine freine lʹaddiction à la cocaïne

Des scientifiques de lʹUniversité de Genève (Unige) viennent de percer le mystère de la relative rareté, une personne sur cinq, du déclenchement d'une addiction chez les consommateurs et consommatrices de cocaïne.

Le chemsex ou la prise de drogues dans un contexte sexuel

Stéphane Délétroz se penche sur un phénomène qui prend de lʹampleur: le chemsex ou la prise de drogues dans un contexte sexuel.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.