Ne vapotez pas n’importe quoi

Dernière mise à jour 22/10/19 | Article
vapotez_pas_nimporte_quoi
Suite aux décès de plusieurs vapoteurs survenus aux Etats-Unis et à l’hospitalisation d’un millier de patients, il est indispensable de ne pas mettre n’importe quel liquide dans son e-cigarette. Explications

Arrivée en Suisse en 2012, la vapoteuse, appelée aussi cigarette électronique, semblait ne présenter pratiquement que des avantages en comparaison à la cigarette normale. Exit les goudrons, les nitrosamines, les hydrocarbures, les aldéhydes, le monoxyde de carbone. Bref, exit tout un tas de substances cancérigènes que les fumeurs aspirent clope après clope. Avec la vapoteuse, l’accro à la nicotine pouvait désormais avoir sa dose sans inhaler tous ces produits. Sans oublier qu’il pouvait également conserver le geste nonchalant du fumeur heureux.

Ça, c’était avant. Avant que les Etats-Unis ne tirent la sonnette d’alarme en faisant état d’une épidémie de pneumonie lipidique liée au vapotage et faisant plusieurs morts. «C’est une maladie très rare, explique Jacques Cornuz, directeur d’Unisanté, Centre universitaire de médecine générale et santé publique à Lausanne. Nous ne sommes en effet pas censés avoir des composés lipidiques dans les alvéoles pulmonaires. Les rares cas décrits sont la conséquence d’aspiration non volontaire dans les bronches de substances huileuses (laxatifs, gouttes nasales).» En Suisse, un seul cas semblable à ceux évoqués en Amérique a été rendu public: celui d’une quadragénaire asthmatique et grande consommatrice d’e-cigarette hospitalisée en janvier à Winterthur. Toux, douleur thoracique, difficultés respiratoires, mais aussi grande fatigue et problèmes digestifs (diarrhées et vomissements), sont les symptômes qui ont amené ces patients à l’hôpital.

Produits huileux contenant du cannabis

Mais comment les vapoteurs se sont-ils retrouvés avec de l’huile dans le système respiratoire? Les personnes intoxiquées auraient inhalé, de manière volontaire ou accidentelle, des produits huileux contenant du cannabis. En d’autres termes, ils ne se sont pas rendus malades en utilisant leur vapoteuse dûment remplie avec les liquides prévus pour elle (contenant principalement du glycol et de la glycérine), mais bien en y mettant des produits qui ne sont pas faits pour ce type de dispositif électronique.

Mais attention, les huiles ne seraient pas seules en cause. «Selon les derniers éléments, les cas les plus graves et les décès répertoriés aux USA sont dus à une pneumonie toxique généralisée qui détruit les poumons, explique Jean-Paul Humair, directeur du CIPRET-Genève (Centre d’intervention pour la prévention du tabagisme) et médecin adjoint aux HUG. On pense qu’elle est causée par des produits toxiques liés au cannabis tels qu’un pesticide, un agent conservateur, une huile ou une substance pour extraire le THC. Pour le moment, nous n’avons que des hypothèses.» Pour rappel, dans une vapoteuse, les substances ne sont pas brûlées (et donc détruites), comme c’est le cas dans un joint, mais chauffées à basse température. Cette différence pourrait expliquer que certaines substances présentes dans les produits du cannabis restent dangereuses lorsqu’on les vapote, mais pas lorsqu’on les fume.

Au niveau pulmonaire, les toxines inhalées enflamment les alvéoles pulmonaires, leurs parois s’épaississent, ce qui entrave les échanges d’oxygène et de CO2, voire les rend impossibles. Dans les cas les moins graves, le patient reçoit de l’oxygène. Dans les cas sévères, il est mis sous assistance respiratoire. Et Jean-Paul Humair de mettre en garde: «Si on n’agit pas à temps avec les moyens adéquats, la respiration ne se fait plus et le patient décède.»

5 millions de morts annuelles dues au tabac dans le monde

Doit-on s’inquiéter chaque fois que l’on tire sur sa vapoteuse, même si elle est remplie d’un liquide vendu dans le commerce? Le directeur du CIPRET relativise: «Les études sur la vapoteuse sont récentes et nous manquons de données sur ses effets à long terme. Dans les études jusqu’à un an, les vapoteurs toussent moins que les fumeurs de tabac. Aux Etats-Unis, l’épidémie actuelle de pneumonie toxique liée au vapotage porte sur 1080 cas et 18 décès. 80% des cas ont consommé des produits à base de cannabis. Relevons que cette épidémie est une goutte d’eau par rapport aux 5 millions de morts annuelles dues au tabac dans le monde.» Et le spécialiste de rappeler que la cigarette classique est responsable de plusieurs dizaines de maladies, qu’elle est la première cause de mortalité prématurée dans les pays développés et qu’un fumeur sur deux risque de décéder des suites d’une maladie liée au tabac.

Veille sanitaire

La vapoteuse n’est toutefois pas inoffensive. L’European respiratory society a une position très claire sur la question, qui a fait état d’une publication en 2018: oui, la vapoteuse contient des produits chimiques potentiellement toxiques. Ils sont cependant moins nombreux et moins concentrés que ceux présents dans les cigarettes conventionnelles. Quoi qu’il en soit, l’épidémie outre-Atlantique n’est pas à prendre à la légère. «La communauté médicale attend avec beaucoup d’intérêt le rapport final en provenance des Etats-Unis pour connaître les causes exactes des décès, explique Jacques Cornuz. Avec des collègues romands, nous sommes en train de réfléchir à la mise en place d’un monitoring permettant d’être au courant des maladies que pourraient développer les vapoteurs. Cela pourrait fonctionner comme une veille sanitaire en collaboration avec les médecins installés et les centres d’urgence, à l’image de ce qui se fait déjà pour les maladies infectieuses.» Et le médecin de rappeler qu’il y a autant de façons de vapoter que de vapoteurs: «Certains inhalent pendant quelques secondes de manière profonde, d’autres plus longtemps mais moins intensément. Il est difficile d’obtenir des données scientifiques reproductibles.»

Vapoter pour arrêter de fumer

L’institut de médecine de famille de l’Hôpital de l’Île, à Berne, les HUG, Unisanté et d’autres centres en Suisse alémanique sont en train de mener l’étude ESTxENDS, financée par le Fonds National pour la Recherche scientifique, afin de tester la toxicité de la vapoteuse et son efficacité pour arrêter le tabac.

L’e-cigarette, ainsi que les liquides qui lui sont destinés entrent dans le champ d’application du droit alimentaire et sont considérés comme des objets usuels. Les vapoteuses ne sont ainsi pas soumises aux mêmes restrictions que la cigarette. Jean-Paul Humair milite pour une meilleure réglementation du vapotage, avec un contrôle de qualité des produits vendus dans le commerce, une interdiction de publicité, une taxation des produits de vapotage et un âge légal de vente dès 18 ans.

Conseils pour vapoter en toute sécurité

En attendant les résultats d’études sur les effets à long terme du vapotage, quelques recommandations sont utiles afin d’éviter de finir aux urgences.

- Ne pas vapoter des produits contenant du cannabis.

- Ne consommer que des liquides vendus spécialement pour les vapoteuses.

- Ne pas ajouter d’huile dans les liquides de vapotage.

- Ne pas acheter des e-liquides dans la rue ou sur internet.

- Ne pas faire soi-même des mélanges de liquides.

- Ne pas trafiquer sa vapoteuse.

Plus d’infos: addictionsuisse.ch

Conseils pour arrêter de fumer: carrefouraddictions.ch

________

Paru dans Le Matin Dimanche le 20/10/2019.

A LIRE AUSSI

Cannabis
tendance_cbd_quoi

Tendance CBD: de quoi s'agit-il?

Entre 2011 – année de la modification de la loi sur les stupéfiants – et aujourd’hui, le cannabidiol...
Lire la suite
Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cybersexe_quand_inquieter

Cybersexe: quand faut-il s’inquiéter?

Alors qu’un usage modéré du cybersexe peut avoir des effets positifs sur la vie sexuelle, une consommation peu contrôlée n’est pas sans risques. Où se situe la limite entre une utilisation saine et un comportement addictif? Explications.
Videos sur le meme sujet

Vapoteuses: l’empire du tabac contre-attaque

Face au succès grandissant des vapoteuses, l’empire du tabac contre-attaque. Avec IQOS, Glo, Ploom, etc., les cigarettiers ont trouvé le moyen de vendre à la fois du tabac et des dispositifs électroniques. Mais qu’en est-il de la santé?

Cigarettes électroniques : il est urgent d'attendre

La cigarette électronique fait un véritable tabac en Europe avec plus de 7 millions d’utilisateurs et un marché évalué à 500 millions d’euros.

Des e-joints à usage thérapeutique

Le cannabis est de plus en plus utilisé pour soulager ou soigner, mais les moyens de l’administrer ne sont pas idéaux.