L’intoxication massive d’alcool, symptôme de désarroi

Dernière mise à jour 31/10/11 | Article
Bouteilles de vin
La plupart des patients pris en charge aux urgences après avoir consommé une très importante quantité d’alcool sont des hommes, célibataires ou séparé, sans emploi, d’une quarantaine d’années, selon une étude menée à Lausanne.

Homme de 40 à 45 ans, célibataire, séparé ou divorcé, sans emploi ou chômeur, le profil type de la personne prise en charge aux urgences pour intoxication massive d’alcool ne correspond pas à celui du jeune fêtard, selon une étude menée au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) en 2008. Cette année-là, 411 personnes sont arrivées aux urgences du CHUV avec un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 3‰, seuil fixé par l’étude pour définir une intoxication massive d’alcool. Sur ces 411 admissions, un cas sur cinq, soit 83 admissions et 73 patients (certains ont été admis à plusieurs reprises), a été retenu dans l’étude qui s’est fixée comme objectif de considérer les aspects sociodémographiques, médicaux ainsi que la prise en charge des patients.

La crise de la quarantaine

Les résultats sont clairs: près de 80% des patients sont des hommes, 56,6% ont entre 40 et 59 ans (avec un pic de 41 à 45 ans), plus de 70% sont célibataires, séparés ou divorcés et la majorité est sans emploi ou au chômage. 45,8% sont Suisses, 38,6% Européens et 15,7% viennent d’un autre continent. Plus de la moitié des patients sont arrivés à l’hôpital en ambulance, le motif de recours le plus fréquent est l’intoxication alcoolique, suivie des traumatismes et des symptômes neurologiques. La plupart n’ont développé aucune complication; parmi celles qui ont surgi, figurent l’agitation, des tremblements et des problèmes respiratoires. Une petite moitié a présenté des troubles psychiatriques par le passé et une grande majorité était déjà connue pour être alcoolique. La plupart des patients sont arrivés dans la soirée ou la nuit. Ils restent en moyenne 20 heures à l’hôpital avant de rentrer, pour la plupart, directement à leur domicile.

D’autres études confirment que les hommes d’une quarantaine d’années sont plus souvent admis pour une intoxication alcoolique que les autres et ont tendance à revenir pour le même motif. Cette prédominance peut s’expliquer par une plus grande population dans la pyramide des âges, mais aussi par un comportement de consommation différent. Les adolescents ont par exemple tendance à boire de grosses quantités en une fois, notamment le week-end et les jours de fête, tandis que les adultes boivent plutôt sur le long terme. Les jeunes, moins tolérants aux effets de l’alcool, sont également plus susceptibles de développer des troubles du comportement qui les conduiront au poste de police plutôt qu’aux urgences. L’étude du CHUV, en révélant la précarité, sociale et émotionnelle, des gros buveurs, confirme les résultats d’une enquête menée aux Etats-Unis. Cette dernière recense comme personnes alcooliques une majorité de Noirs, sans assurance, fumeurs et dépressifs.

Le désarroi peut encourager les personnes à boire davantage, mais l’alcool peut également être à l’origine de leur situation. Les personnes présentant un syndrome de dépendance à l’alcool ont par exemple un risque plus élevé que la population générale de présenter des symptômes psychiatriques. L’alcool lui-même peut induire des troubles psychiatriques, mais il est souvent difficile de savoir lequel apparaît en premier.

Plus d’un cas par jour

La consommation globale d’alcool par habitant en Suisse a diminué ces dernières années (pour atteindre 10,2 litres d’alcool pur par habitant et par an, dès 15 ans, en 2008), mais les cas d’intoxication massive semblent, eux, en nette augmentation, selon les observations des responsables des services d’urgences et des médias. En 2008, 34’245 adultes ont été admis aux urgences du CHUV. Parmi ceux dont on a vérifié le taux d’alcoolémie, 1729 ont présenté un dosage positif. Parmi eux, 411 personnes présentaient un taux d’alcoolémie massive (supérieur ou égal à 3‰), ce qui représente 23,8% de tous les dosages positifs et 1,2% des admissions totales. Autrement dit, plus d’un patient intoxiqué massivement par l’alcool arrive aux urgences du CHUV chaque jour.

Ces cas engendrent des coûts importants pour la société, eux qui nécessitent de nombreux moyens diagnostiques et thérapeutiques en milieu hospitalier et représentent une charge de travail supplémentaire pour les services d’urgences. La plupart des diagnostics de sortie sont pourtant bénins, les complications rares et la majorité des traumatismes sans gravité. Pour réduire les coûts et décharger les services d’urgences, l’aménagement de centres de dégrisement, capables de distinguer les cas bénins des autres et prenant en charge les problèmes psychosociaux, pourrait être une option à étudier pour le futur.

Références

Adapté de « Intoxications alcooliques massives aux urgences: combien, qui, quoi et comment ? », P. Neves, Université de Lausanne, Dr N. Neuffer, Pr B. Yersin, Département des centres interdisciplinaires et logistique médicale, CHUV, in Revue médicale suisse 2011; 7: 1445-9, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
binge_drinking_cerveau

Le «binge drinking» provoque des altérations dans le cerveau des adolescents

Des chercheurs espagnols et portugais apportent la preuve objective des altérations cérébrales précoces induites par la pratique de plus en plus répandue chez les jeunes de la «biture express».
alcool_cerveau_diabete

Consommation d'alcool, cerveau et diabète

Deux études récentes jettent une nouvelle lumière sur les effets de la consommation d'alcool.
Des applications pour se mesurer

Des applications pour se mesurer

Un smartphone, c’est un ordinateur dans la poche, muni d’un GPS et de capteurs de mouvement. Les possibilités de mesurer son comportement au quotidien, sa santé ou l’évolution d’une maladie chronique sont donc innombrables. Notre sélection.
Videos sur le meme sujet

Combien d'alcool?

"Trop, c'est combien?", c’est le titre de la 4e édition de la semaine alcool qui a débuté le 11 mai 2017.

L'alcool-défonce

A Genève chaque année, les collégiens fêtent l'Escalade dans la rue. Le 16 décembre dernier, en fin de matinée, une adolescente est tombée inanimée en plein cortège.

Alcool : quel est le verre de trop ?

En Suisse, chaque habitant de plus de 15 ans consomme en moyenne l'équivalent de 126 bouteilles de vin ou de 833 canettes de bière par année.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.