Traitera-t-on bientôt la maladie alcoolique en fonction du patrimoine génétique?

Dernière mise à jour 17/02/15 | Article
Traitera-t-on bientôt la maladie alcoolique en fonction du patrimoine génétique?
Des chercheurs allemands, suédois et américains annoncent un résultat qui peut laisser espérer le développement d’un traitement médicamenteux personnalisé de la dépendance à l’alcool.

La génétique permettra-t-elle de progresser dans la prise en charge médicale des personnes souffrant de maladie alcoolique? Un travail mené par des chercheurs américains, suédois et allemands dirigés par le Dr Victor Karpyak (psychiatre à la Mayo Clinic) le laisse penser. Il vient d’être publié dans Translational Psychiatry1.

Les auteurs ont travaillé à partir d’un médicament bien connu des alcoologues (et de nombreux malades): l’acamprosate, spécialité couramment utilisée dans la prise en charge de l’alcoolodépendance. L’acamprosate (ou Aotal®) est un «médicament utilisé dans la prise en charge de l’alcoolodépendance qui agit en réduisant l’excitabilité neuronale pour favoriser l’abstinence». Il est commercialisé par Merck Serono dans le cadre d’un maintien de l’abstinence associé à une prise en charge psychologique.

Abstinence plus longue

Les résultats obtenus dans ce nouveau travail montrent, schématiquement, que les patients porteurs de certains variants génétiques sont susceptibles de bénéficier de plus longues périodes d’abstinence, du moins au cours des premiers mois de traitement. Les chercheurs se sont intéressés à plusieurs gènes (GATA4, PER2 et SLC29A1) qui semblent directement associés à la réponse au traitement par l’acamprosate.

Les auteurs de cette étude ont également étudié le lien entre la variation dans les gènes candidats (impliqués dans le métabolisme et le transport de la glycine et les niveaux de glutamate) et la durée d’abstinence chez plusieurs centaines de patients alcoolo-dépendants traités avec l’acamprosate. Des études récentes indiquent que la glycine (un acide aminé qui active les récepteurs NMDA connus pour leur implication dans la mémoire) peut avoir un rôle important dans les troubles liés à l’alcool et la réponse au traitement.

Ce travail a permis de mettre en évidence que les patients porteurs de certaines variantes génétiques situées dans le gène GRIN2B parviennent à rester sobres plus longtemps que les autres. Ce résultat a pu être reproduit sur un échantillon d’une centaine d’autres patients alcoolodépendants traités en Allemagne.

Grâce à ce travail, on peut espérer que les bases d’un traitement médicamenteux personnalisé de l’alcoolo-dépendance soient désormais posées. Le développement d’un test pharmacogénétique permettrait aux médecins de choisir le traitement approprié pour certains sous-groupes de patients alcoolo-dépendants.

_________

1. Le texte complet (en anglais) de l’étude de Translational Psychiatry est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac
Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

Une fois ingurgité, l’éthanol contenu dans l’alcool passe très vite dans le sang et perturbe le fonctionnement du cerveau. Mais les effets néfastes sont très différents d’un individu à l’autre.

Consommation d’alcool: la pente de la dépendance

Avec le temps, la consommation d’alcool peut devenir excessive. Lorsque la dépendance est présente, les conséquences sont physiques, psychiques et sociales.
Videos sur le meme sujet

Dépendances: les proches souffrent aussi

Partager le quotidien d'une personne dépendante, l'aimer, supporter sa maladie n'est pas toujours facile. De nombreux proches d'alcooliques, de consommateurs de drogues, mais aussi de joueurs excessifs souffrent gravement de l'addiction de leur conjoint ou ami. L'antidote fait le point.

Alcool festif: gérer les risques

Toutes les générations ressentent du plaisir à partager un verre. Mais derrière cette image sympathique se cache une réalité plus sombre. Cette vidéo s'intéresse particulièrement à la consommation des adultes qui parfois se révèle excessive.

Alcool: en sortir autrement

L'aide aux personnes souffrant de leurs consommations alcooliques a changé. Moins culpabilisante, elle est aujourd'hui plus axée sur la personne, sur son rapport au produit et à sa consommation. Reportage avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.