Traitera-t-on bientôt la maladie alcoolique en fonction du patrimoine génétique?

Dernière mise à jour 17/02/15 | Article
Traitera-t-on bientôt la maladie alcoolique en fonction du patrimoine génétique?
Des chercheurs allemands, suédois et américains annoncent un résultat qui peut laisser espérer le développement d’un traitement médicamenteux personnalisé de la dépendance à l’alcool.

La génétique permettra-t-elle de progresser dans la prise en charge médicale des personnes souffrant de maladie alcoolique? Un travail mené par des chercheurs américains, suédois et allemands dirigés par le Dr Victor Karpyak (psychiatre à la Mayo Clinic) le laisse penser. Il vient d’être publié dans Translational Psychiatry1.

Les auteurs ont travaillé à partir d’un médicament bien connu des alcoologues (et de nombreux malades): l’acamprosate, spécialité couramment utilisée dans la prise en charge de l’alcoolodépendance. L’acamprosate (ou Aotal®) est un «médicament utilisé dans la prise en charge de l’alcoolodépendance qui agit en réduisant l’excitabilité neuronale pour favoriser l’abstinence». Il est commercialisé par Merck Serono dans le cadre d’un maintien de l’abstinence associé à une prise en charge psychologique.

Abstinence plus longue

Les résultats obtenus dans ce nouveau travail montrent, schématiquement, que les patients porteurs de certains variants génétiques sont susceptibles de bénéficier de plus longues périodes d’abstinence, du moins au cours des premiers mois de traitement. Les chercheurs se sont intéressés à plusieurs gènes (GATA4, PER2 et SLC29A1) qui semblent directement associés à la réponse au traitement par l’acamprosate.

Les auteurs de cette étude ont également étudié le lien entre la variation dans les gènes candidats (impliqués dans le métabolisme et le transport de la glycine et les niveaux de glutamate) et la durée d’abstinence chez plusieurs centaines de patients alcoolo-dépendants traités avec l’acamprosate. Des études récentes indiquent que la glycine (un acide aminé qui active les récepteurs NMDA connus pour leur implication dans la mémoire) peut avoir un rôle important dans les troubles liés à l’alcool et la réponse au traitement.

Ce travail a permis de mettre en évidence que les patients porteurs de certaines variantes génétiques situées dans le gène GRIN2B parviennent à rester sobres plus longtemps que les autres. Ce résultat a pu être reproduit sur un échantillon d’une centaine d’autres patients alcoolodépendants traités en Allemagne.

Grâce à ce travail, on peut espérer que les bases d’un traitement médicamenteux personnalisé de l’alcoolo-dépendance soient désormais posées. Le développement d’un test pharmacogénétique permettrait aux médecins de choisir le traitement approprié pour certains sous-groupes de patients alcoolo-dépendants.

_________

1. Le texte complet (en anglais) de l’étude de Translational Psychiatry est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes à des arythmies cardiaques, c’est-à-dire des troubles qui touchent avant tout les personnes âgées.
Alcoolisme

Alcoolisme et efficacité du baclofène, la question reste ouverte

Les recherches en cours sur cet ancien médicament ne délivrent pas encore une réponse univoque.
Videos sur le meme sujet

L'alcool-défonce

A Genève chaque année, les collégiens fêtent l'Escalade dans la rue. Le 16 décembre dernier, en fin de matinée, une adolescente est tombée inanimée en plein cortège.

Alcool : quel est le verre de trop ?

En Suisse, chaque habitant de plus de 15 ans consomme en moyenne l'équivalent de 126 bouteilles de vin ou de 833 canettes de bière par année.

Alcool : quand faut-il s'inquiéter ?

En Suisse, l’accès facilité à l’alcool à bas prix permet aux ados et aux jeunes de boire en toute liberté.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.