Quand l’alcool devient médicament

Dernière mise à jour 17/05/18 | Article
alcool_devient_medicament
Bon nombre de personnes boivent de l’alcool pour soulager des souffrances psychiques ou physiques. Cette forme de consommation augmente le risque de dépendance et peut aggraver la problématique de base. Cette question sera au cœur de la Journée nationale sur les problèmes liés à l’alcool le 24 mai 2018.

«Matin, midi et soir – quand l’alcool devient médicament»: tel est le thème de la Journée nationale sur les problèmes liés à l’alcool 2018. Les personnes qui souffrent de certaines maladies ont un risque accru de développer un problème d’alcool. Cela peut s’expliquer par le fait que l’alcool est utilisé comme une sorte de médicament: bien des patientes et patients atteints de troubles psychiques y ont recours pour atténuer leurs symptômes. Des études montrent que la probabilité de développer une consommation d’alcool problématique est doublée en cas de dépression, par exemple, alors qu’elle est six fois plus importante lors de troubles bipolaires.

L’alcool n’est pas un remède

«Lorsque je suis seul à la maison le soir et que je bois un verre, je supporte mieux ma solitude». «J’étais incapable de quitter mon appartement pour prendre l’air. Je pensais que la seule chose qui pouvait me faire du bien, c’était de boire». «Quand je sais que je vais devoir effectuer des tâches difficiles au travail, je dois d’abord boire quelque chose pour tenir le coup». «J’ai besoin d’alcool, sinon, je ne supporterais pas mes peurs». La consommation d’alcool peut atténuer certains symptômes à court terme, comme le stress ou l’anxiété. Mais cela peut favoriser une consommation à long terme qui provoquera de nouveaux troubles (anxieux, etc.) ou renforcera les troubles existants. L’alcoolisme influence négativement l’évolution et le traitement de ces troubles, et vice-versa.

Des voix dans la tête

«Lorsque j’entends des voix dans ma tête et que je bois de l’alcool, les voix ne disparaissent pas, mais elles deviennent plus supportables». D’après les estimations, les personnes atteintes de schizophrénie ont un risque trois fois plus élevé de devenir alcooliques. Lorsqu’elles cumulent les deux maladies, leur état de santé se détériore et elles ont souvent tendance à être plus agressives vis-à-vis des autres ou plus suicidaires.

L’alcool est aussi fréquemment utilisé pour atténuer d’autres problèmes tels que douleurs (chroniques), stress et troubles du sommeil. Or, il est prouvé par exemple que l’alcool n’améliore pas la qualité du sommeil, au contraire.

Les aînés constituent d’ailleurs un groupe à risque, car avec l’âge, les troubles de ce type sont plus fréquents.

Journée nationale sur les problèmes liés à l’alcool

La Journée nationale sur les problèmes liés à l’alcool est organisée conjointement par les trois associations régionales des professionnels de l’addiction (Fachverband Sucht, GREA et INGRADO) ainsi que par Addiction Suisse, la Croix-Bleue, les Alcooliques Anonymes (AA) et la Société suisse de médecine de l’addiction. Elle est financée par le Fonds de prévention des problèmes liés à l’alcool.

Des actions dans toute la Suisse

Le 24 mai 2018, un large éventail de manifestations mises sur pied par les organisations actives dans le domaine de l’addiction se dérouleront dans toute la Suisse.

A LIRE AUSSI

Alcool
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
vin_plaisir_dose

Le vin peut être un plaisir quotidien, mais à petite dose

Le vin entraîne peu de risques pour la santé quand il est consommé à faible dose. Mais l’excès a de fortes répercussions sur le cerveau, le foie et le cœur.
Arrêter de fumer

Arrêter de fumer, peur de grossir: les astuces des diététiciens

Il n’existe pas de recette miracle pour un sevrage tabagique réussi. Souvent compensatoires, les fringales sont des adversaires redoutables pour les personnes craignant une prise de poids. La cause principale de la prise de poids est une augmentation des apports alimentaires. Le goût et l’odorat, qui étaient alors masqués par la consommation du tabac, se voient décuplés. C’est le bon moment pour retrouver les vraies saveurs des aliments et de les déguster! Suivez nos conseils.
Videos sur le meme sujet

Le comment du pourquoi: mélanges et gueule de bois

Les mélanges aggravent-ils la gueule de bois?

Combien d'alcool?

"Trop, c'est combien?", c’est le titre de la 4e édition de la semaine alcool qui a débuté le 11 mai 2017.

L'alcool-défonce

A Genève chaque année, les collégiens fêtent l'Escalade dans la rue. Le 16 décembre dernier, en fin de matinée, une adolescente est tombée inanimée en plein cortège.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.