Consommation modérée d'alcool: est-ce finalement bénéfique?

Dernière mise à jour 01/07/15 | Article
Consommation modérée d'alcool: est-ce finalement bénéfique?
Une étude rétrospective sur plus de 50 000 Britanniques et publiée récemment dans le «British Medical Journal» montre que les relatifs bienfaits d'une consommation modérée d'alcool dépendent aussi de l'âge des consommateurs.

Alors qu'il est établi depuis longtemps qu'une consommation élevée et régulière d'alcool est associée à un risque de mortalité proportionnellement plus marqué, les bénéfices ou les risques d'une consommation modérée continuent à alimenter un débat passionné.

En effet, le désormais célèbre «french paradox» (qui montrait que de boire quotidiennement un peu de vin rouge protégeait contre les maladies cardiovasculaires) avait incité à penser qu'une petite consommation d'alcool pouvait apporter quelques avantages pour la santé en général.

De nombreuses études ont voulu voir si cela se vérifiait. Et effectivement, lorsqu'on réunit les données de plus de quinze travaux, on arrive bien à la conclusion qu'une consommation quotidienne moyenne équivalant à environ 15 à 30 centilitres de vin est associée à un risque de mortalité, toutes causes confondues, d'environ 16% plus faible.

Plusieurs études plus récentes ont toutefois remis en question ce paradigme, en prétendant au contraire que toute consommation d'alcool entraînait en moyenne une mortalité accrue. D'où une controverse qui n'est pas près de s'éteindre.

Attention aux faux abstinents

Depuis lors, des scientifiques ont souligné que la plupart de ces études prenaient comme référence des individus qui disaient ne pas boire, mais que parmi eux se cachaient des hommes et des femmes qui dans leur passé avaient été de gros buveurs. Un «détail» susceptible de fausser les résultats, d'autant qu'il est avéré que les gros buveurs font en général moins cas de leur santé que le reste de la population.

Par ailleurs, l'écrasante majorité des études passées reliant la consommation d'alcool à la mortalité ne tenaient pas compte de l'âge des participants. Or, on sait aujourd'hui que la consommation d'alcool augmente chez les individus de plus de 65 ans, que les modifications physiologiques dues à l'âge retardent l'élimination de l'alcool dans le sang, et donc que les possibles bénéfices d'une consommation modérée d'alcool pourraient être plus marqués à partir d'un certain âge, et fausser également les résultats.

Pour ces diverses raisons, une équipe de chercheurs britanniques de l'University College de Londres a décidé de passer au crible les données existantes d'une très vaste étude menée chaque année en Angleterre depuis 1994, «The Health Survey for England», dont l'un des nombreux paramètres était justement la consommation d'alcool.

Deux classes d'âge principales

Les scientifiques londoniens ont donc eu pour premier objectif de séparer les «vrais abstinents», ceux qui n'avaient jamais consommé d'alcool, de ceux qui peut-être aujourd'hui ne buvaient plus mais avaient été par le passé des buveurs, voire de gros buveurs. Ils ont tenu ensuite à faire la distinction entre hommes et femmes. Enfin, ils ont décidé d'introduire dans leur analyse la tranche d'âge des participants. En s'inspirant de l'une des deux seules études antérieures qui avaient intégré cette donnée, ils ont décidé de constituer deux tranches principales de patients, hommes ou femmes: celle des individus de plus de 50 ans mais de moins de 65 ans, et celle des individus plus âgés. A noter toutefois que dans un calcul parallèle ils ont tout de même considéré les chiffres relatifs aux individus plus jeunes (dans la tranche 16-64 ans), bien que la pertinence des chiffres de mortalité à moins de 50 ans soit plus discutable.

En reprenant ainsi une à une les dizaines de milliers de données accumulées par la Health Survey for England sur une période globale de quinze ans, les auteurs de cette étude rétrospective se sont efforcés de corréler la consommation individuelle d'alcool au risque relatif de mourir prématurément. Pour cela, ils ont pris en compte la consommation hebdomadaire moyenne rapportée par chaque individu pour l'année écoulée ainsi que la quantité maximale d'alcool que chacun disait avoir bue au cours de la semaine passée.

Seulement les femmes âgées

Les chiffres qui découlent de leur analyse sont intéressants à plus d'un titre. Ils confirment tout d'abord que, comparés aux personnes disant ne pas boire, les buveurs réguliers ont un risque de mort prématurée de 3 à 4 fois plus élevé.

Pour les buveurs modérés, toutefois, les choses se révèlent beaucoup plus subtiles. Car si l'on constate effectivement, de façon statistiquement significative, que chez les hommes et les femmes de tous âges le risque de mortalité prématurée est sensiblement réduit pour des consommations d'alcool modestes allant jusqu'à l'équivalent de 2-3 verres de vin par jour, le bénéfice se révèle sensiblement plus faible lorsqu'on les compare avec de stricts abstinents, une fois exclus les anciens buveurs. Le bénéfice n'est toutefois pas négligeable pour autant, puisque les hommes peuvent alors profiter d'une réduction de risque de 25 à 50%,  pour des consommations quotidiennes jusqu'à l'équivalent de 1-3 verres de vin.

La même dérive (selon que l'on se réfère à de vrais ou de faux abstinents) se constate chez les femmes, avec un détail supplémentaire surprenant: le bénéfice qu'elles peuvent en tirer, à savoir une réduction relative du risque d'environ 30 à 40%, ne se vérifie en effet scientifiquement qu'après 65 ans, et pour des consommations quotidiennes jusqu'à l'équivalent de 1-2 verres de vin.

A votre santé, quand même…

En conclusion, cette étude démontre catégoriquement au moins une chose: le fait que la méthodologie adoptée jusqu'à présent ne tenait pas compte des anciens buveurs désormais assagis.

Mais son mérite additionnel est de montrer, dans les limites des variations statistiques acceptables, qu'une consommation modérée d'alcool n'entraîne en aucun cas une augmentation du risque de mortalité, et qu'elle apporte sans conteste des bénéfices, même s'ils sont parfois difficiles à chiffrer de façon strictement statistique.

Enfin, même si cette étude s'appuie essentiellement sur des informations rapportées par les patients, elle confirme sans réserve que pour les hommes de 50 à 64 ans une consommation d'alcool correspondant à 2-3 verres de vin par jour réduit leur risque de moitié. Quant aux femmes de plus de 65 ans, une consommation certes plus faible de 1-2 verres quotidiens leur procure tout de même une réduction de risque d'au moins 30%.

_________

Référence

Craig S. Knott, Ngaire Coombs, Emmanuel Stamatakis, Jane P Biddulph, BMJ 2015;350:h384

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Alcoolisme

Alcoolisme et efficacité du baclofène, la question reste ouverte

Les recherches en cours sur cet ancien médicament ne délivrent pas encore une réponse univoque.

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

Une fois ingurgité, l’éthanol contenu dans l’alcool passe très vite dans le sang et perturbe le fonctionnement du cerveau. Mais les effets néfastes sont très différents d’un individu à l’autre.
Videos sur le meme sujet

Dépendances: les proches souffrent aussi

Partager le quotidien d'une personne dépendante, l'aimer, supporter sa maladie n'est pas toujours facile. De nombreux proches d'alcooliques, de consommateurs de drogues, mais aussi de joueurs excessifs souffrent gravement de l'addiction de leur conjoint ou ami. L'antidote fait le point.

Alcool festif: gérer les risques

Toutes les générations ressentent du plaisir à partager un verre. Mais derrière cette image sympathique se cache une réalité plus sombre. Cette vidéo s'intéresse particulièrement à la consommation des adultes qui parfois se révèle excessive.

Alcool: en sortir autrement

L'aide aux personnes souffrant de leurs consommations alcooliques a changé. Moins culpabilisante, elle est aujourd'hui plus axée sur la personne, sur son rapport au produit et à sa consommation. Reportage avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.