Consommation excessive d’alcool: deux clics pour savoir où on en est

Dernière mise à jour 14/08/14 | Article
Consommation excessive d’alcool: deux clics pour savoir où on en est
Un questionnaire ultrarapide permettrait aux médecins généralistes de détecter simplement leurs patients les plus à risque.

La consommation excessive d’alcool constitue un fléau souvent sous-estimé. Selon l’OMS, elle serait chaque année à l'origine d'environ 2,25 millions de morts prématurées et d’une part importante de la morbidité au niveau mondial. Un récent rapport des Centers for Disease Control (Etats-Unis) établit que les boissons alcooliques sont aujourd’hui directement responsables d’un décès sur dix chez les citoyens américains en âge de travailler.

Il s’agit donc d’un problème considérable de santé publique. Et s’il était possible d’élaborer un questionnaire rapide, permettant aux médecins généralistes de diagnostiquer d’éventuels problèmes dans le cadre d’une consultation de routine? C’est la question que s’est posée un groupe de chercheurs de l’Université de Leicester (Grande-Bretagne).

Rapide et précis

Leur étude vient d’être publiée dans le British Journal of General Practice(1). Les chercheurs ont travaillé à partir de dix-sept travaux menés auprès d’un total de 5646 personnes. Cette analyse statistique leur a permis de constater que dans 87,2% des cas, les deux questions suivantes permettaient d’identifier les volontaires souffrant de problèmes liés à l’alcool:

  • A quelle fréquence vous arrive-t-il de consommer six verres d’alcool ou plus au cours d’une seule occasion?
  • Au cours des douze derniers mois, l’alcool vous a-t-il poussé à faire quelque chose que vous regrettez aujourd’hui?

Le Dr Alex Mitchell, auteur principal de l’étude, explique que les médecins généralistes sont particulièrement pressés par le temps. «Ils n’ont pas le temps de soumettre une longue liste de questions à chaque patient. Plus le questionnaire est court, plus il convient au médecin –et plus il y a de risques qu’il soit imprécis.»

Pour aller plus loin

L’étude statistique réalisée est efficace. Mais le Dr Mitchell souligne toutefois qu’elle ne peut à elle seule permettre de réaliser un diagnostic complet: «Notre travail montre que ces deux questions fonctionnent assez bien, mais lorsqu’elle permet de détecter une personne souffrant potentiellement d’un problème lié à l’alcool, un questionnaire plus détaillé de quatre questions doit alors être utilisé», tel que le test «CAGE», composé des questions suivantes:

  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de réduire votre consommation de boissons alcooliques?
  • Votre consommation a-t-elle suscité des critiques ou de l’agacement parmi votre entourage?
  • Vous êtes-vous déjà senti coupable de boire?
  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de boire au réveil, pour calmer vos nerfs ou vous remettre d’une gueule de bois?

Les chercheurs expliquent qu’en associant leurs deux questions à ce test plus poussé, il est possible d’identifier les patients concernés par l’alcoolisme dans environ 90% des cas.

«De nos jours, les médecins généralistes n’interrogent leurs patients sur leur consommation d’alcool que dans 3% de leurs consultations, résument-ils. Les dépistages de routine basés sur des questions simples sont une tentative visant à améliorer la situation. Les données laissent penser que la stratégie des deux questions suivies par un test plus poussé est la plus pertinente.»

Mais rien n’interdit à chacun de ne pas attendre les questions de son médecin pour répondre à ce questionnaire. Et, si nécessaire, de l’informer du résultat obtenu.

__________

(1) Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Tabac
Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

Cigarette électronique: serait-elle dangereuse pour les artères?

On ne cesse de vanter les avantages de la e-cigarette en la comparant aux cigarettes normales à base...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Traitement de l’addiction: sortir de l’ornière

Le traitement de l’addiction constitue une prise en charge globale qui engage les valeurs du patient, sa vie et sa place dans la société.
L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

L’alcool diminue rapidement les réflexes au volant

Une fois ingurgité, l’éthanol contenu dans l’alcool passe très vite dans le sang et perturbe le fonctionnement du cerveau. Mais les effets néfastes sont très différents d’un individu à l’autre.

Consommation d’alcool: la pente de la dépendance

Avec le temps, la consommation d’alcool peut devenir excessive. Lorsque la dépendance est présente, les conséquences sont physiques, psychiques et sociales.
Videos sur le meme sujet

Dépendances: les proches souffrent aussi

Partager le quotidien d'une personne dépendante, l'aimer, supporter sa maladie n'est pas toujours facile. De nombreux proches d'alcooliques, de consommateurs de drogues, mais aussi de joueurs excessifs souffrent gravement de l'addiction de leur conjoint ou ami. L'antidote fait le point.

Alcool festif: gérer les risques

Toutes les générations ressentent du plaisir à partager un verre. Mais derrière cette image sympathique se cache une réalité plus sombre. Cette vidéo s'intéresse particulièrement à la consommation des adultes qui parfois se révèle excessive.

Alcool: en sortir autrement

L'aide aux personnes souffrant de leurs consommations alcooliques a changé. Moins culpabilisante, elle est aujourd'hui plus axée sur la personne, sur son rapport au produit et à sa consommation. Reportage avec l'Antidote.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.