Consommation excessive d’alcool: deux clics pour savoir où on en est

Dernière mise à jour 14/08/14 | Article
Consommation excessive d’alcool: deux clics pour savoir où on en est
Un questionnaire ultrarapide permettrait aux médecins généralistes de détecter simplement leurs patients les plus à risque.

La consommation excessive d’alcool constitue un fléau souvent sous-estimé. Selon l’OMS, elle serait chaque année à l'origine d'environ 2,25 millions de morts prématurées et d’une part importante de la morbidité au niveau mondial. Un récent rapport des Centers for Disease Control (Etats-Unis) établit que les boissons alcooliques sont aujourd’hui directement responsables d’un décès sur dix chez les citoyens américains en âge de travailler.

Il s’agit donc d’un problème considérable de santé publique. Et s’il était possible d’élaborer un questionnaire rapide, permettant aux médecins généralistes de diagnostiquer d’éventuels problèmes dans le cadre d’une consultation de routine? C’est la question que s’est posée un groupe de chercheurs de l’Université de Leicester (Grande-Bretagne).

Rapide et précis

Leur étude vient d’être publiée dans le British Journal of General Practice(1). Les chercheurs ont travaillé à partir de dix-sept travaux menés auprès d’un total de 5646 personnes. Cette analyse statistique leur a permis de constater que dans 87,2% des cas, les deux questions suivantes permettaient d’identifier les volontaires souffrant de problèmes liés à l’alcool:

  • A quelle fréquence vous arrive-t-il de consommer six verres d’alcool ou plus au cours d’une seule occasion?
  • Au cours des douze derniers mois, l’alcool vous a-t-il poussé à faire quelque chose que vous regrettez aujourd’hui?

Le Dr Alex Mitchell, auteur principal de l’étude, explique que les médecins généralistes sont particulièrement pressés par le temps. «Ils n’ont pas le temps de soumettre une longue liste de questions à chaque patient. Plus le questionnaire est court, plus il convient au médecin –et plus il y a de risques qu’il soit imprécis.»

Pour aller plus loin

L’étude statistique réalisée est efficace. Mais le Dr Mitchell souligne toutefois qu’elle ne peut à elle seule permettre de réaliser un diagnostic complet: «Notre travail montre que ces deux questions fonctionnent assez bien, mais lorsqu’elle permet de détecter une personne souffrant potentiellement d’un problème lié à l’alcool, un questionnaire plus détaillé de quatre questions doit alors être utilisé», tel que le test «CAGE», composé des questions suivantes:

  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de réduire votre consommation de boissons alcooliques?
  • Votre consommation a-t-elle suscité des critiques ou de l’agacement parmi votre entourage?
  • Vous êtes-vous déjà senti coupable de boire?
  • Avez-vous déjà ressenti le besoin de boire au réveil, pour calmer vos nerfs ou vous remettre d’une gueule de bois?

Les chercheurs expliquent qu’en associant leurs deux questions à ce test plus poussé, il est possible d’identifier les patients concernés par l’alcoolisme dans environ 90% des cas.

«De nos jours, les médecins généralistes n’interrogent leurs patients sur leur consommation d’alcool que dans 3% de leurs consultations, résument-ils. Les dépistages de routine basés sur des questions simples sont une tentative visant à améliorer la situation. Les données laissent penser que la stratégie des deux questions suivies par un test plus poussé est la plus pertinente.»

Mais rien n’interdit à chacun de ne pas attendre les questions de son médecin pour répondre à ce questionnaire. Et, si nécessaire, de l’informer du résultat obtenu.

__________

(1) Un résumé (en anglais) de cette étude est disponible ici.

A LIRE AUSSI

Addiction au travail
Qu’est-ce que la dopamine?

Qu’est-ce que la dopamine?

C’est le New York Times qui l’écrit: notre cerveau «regorge de substances chimiques», et l’une de ces...
Lire la suite
Alcool
Trouble du rythme cardiaque

Quand l’alcool fait que vous battez la chamade

C’est établi: une consommation de boissons alcooliques est susceptible de déclencher des palpitations...
Lire la suite
Tabac
Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

Arrêt du tabac et prise de poids: qui est concerné et qui ne l’est pas?

La prise de poids associée à l’arrêt du tabac représente un obstacle chez les fumeurs qui envisagent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Comment l’addiction modifie le cerveau

Neuroscientifique à l’Université de Genève, Christian Lüscher a élucidé les mécanismes cérébraux qui conduisent à l’addiction et a trouvé le moyen de les neutraliser chez les souris. Le chercheur a reçu le prix Théodore Ott 2017 pour ses travaux qui pourraient avoir d’importantes implications cliniques.
oktoberfest

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes à des arythmies cardiaques, c’est-à-dire des troubles qui touchent avant tout les personnes âgées.
Alcoolisme

Alcoolisme et efficacité du baclofène, la question reste ouverte

Les recherches en cours sur cet ancien médicament ne délivrent pas encore une réponse univoque.
Videos sur le meme sujet

L'alcool-défonce

A Genève chaque année, les collégiens fêtent l'Escalade dans la rue. Le 16 décembre dernier, en fin de matinée, une adolescente est tombée inanimée en plein cortège.

Alcool : quel est le verre de trop ?

En Suisse, chaque habitant de plus de 15 ans consomme en moyenne l'équivalent de 126 bouteilles de vin ou de 833 canettes de bière par année.

Alcool : quand faut-il s'inquiéter ?

En Suisse, l’accès facilité à l’alcool à bas prix permet aux ados et aux jeunes de boire en toute liberté.
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.