«Alcochoix+»: contrôler sa consommation d’alcool avant d’en dépendre

Dernière mise à jour 06/02/12 | Article
Tas de bouchons
Eviter la dépendance à l’alcool avant qu’il ne soit trop tard. Facile à dire mais comment s’y prendre? Une méthode originale très appréciée au Canada est arrivée en Suisse romande grâce au Groupement romand d’Etudes des Addictions (GREA). Des précisions avec le Dr Thierry Favrod-Coune, référent alcool en médecine de premier recours aux HUG.

«Alcochoix+» est un programme destiné aux gens qui s’inquiètent de leur consommation d’alcool ou de ses conséquences. Ceux qui arrivent encore à contrôler leur penchant pour la boisson mais qui prennent déjà entre 14 (pour les femmes) ou 21 (pour les hommes) et 48 verres d’alcool par semaine ou plus de 4 verres par occasion, et désirent modifier leurs habitudes. Car n’oublions pas que l’alcool peut aussi être un problème même s’il n’y a pas encore dépendance au sens médical du terme. Cette méthode ne s’adresse donc pas aux alcoolodépendants qui n’arrivent plus à réduire par eux-mêmes leur boisson.

Pour le Dr Thierry Favrod-Coune, «c’est une très bonne idée de proposer une approche de contrôle et  de réduction de leur consommation à des gens qui ne sont pas dépendants mais  ont une consommation excessive. Ce projet concerne une population qui ne fréquente pas habituellement les services d’aide aux personnes dépendantes. On veut toucher les gens qui ne sont pas encore malades.»

Des résultats prometteurs

Au Canada, ce sont d’ailleurs des travailleurs sociaux, des associations, des éducateurs qui proposent gratuitement «Alcochoix+ » à la population. La méthode est donc diffusée à une très large échelle et a même été rachetée par le Ministère de la Santé. «Là-bas, c’est l’approche bottom-up qui prévaut, on fait même de la pub pour «Alcochoix+» à la radio, précise le Dr Favrod-Coune.

Près de 90% des gens qui ont suivi le programme au Québec en 2004 considèrent qu’«Alcochoix+» leur a permis de modifier leurs habitudes de consommation d’alcool et 95% d’entre eux le recommanderaient à un ami. En outre, des chiffres canadiens montrent que trois mois après le début du programme, les hommes avaient diminué leur consommation de 44% passant de 34 verres hebdomadaires à 19, alors que les femmes accusaient une baisse moyenne de 41% et réduisaient leur consommation de 27 à 16. Un an plus tard, les hommes avaient conservé leurs nouvelles habitudes et les femmes avaient diminué encore un peu plus, en passant à 14 verres par semaine.

Effort de prévention

Quand on désire tenter cette méthode, on reçoit un «Guide pour choisir et atteindre vos objectifs» qui offre des informations, des pistes de réflexion, et des outils d’auto-observation et de contrôle. L’idée est que l’individu se prenne en main et opère des choix éclairés. Et, surtout, qu’il établisse son objectif de consommation en toute connaissance de cause. « Avec cette brochure, chacun peut avancer à son rythme, l’objectif est laissé libre, explique le médecin. C’est une optique différente que recevoir un patient en consultation. Ce côté guide pratique permet de responsabiliser les gens. Ils reçoivent un outil et sont suivis par un conseiller s’ils le souhaitent. Une approche groupale est aussi possible, et très efficace. C’est vraiment une approche de prévention au sein d’une population à risques afin d’éviter la dépendance.»

A LIRE AUSSI

Alcool

Les excès d’alcool provoquent des arythmies cardiaques

Même ponctuelle, l’alcoolisation massive est délétère pour le cœur. Elle expose des personnes jeunes...
Lire la suite
Alcool
Rangée de bouteilles

L'alcoolique face à ses émotions

Le patient alcoolique est démuni face aux situations émotionnelles. Pour lui, il est plus facile de boire...
Lire la suite
Drogues
interview_luscher_addiction

«L’addiction et la dépendance sont deux choses différentes»

Ces phénomènes n’affectent pas le cerveau de la même manière. Éclairages de Christian Lüscher, neuroscientifique...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Illustré_dry_january_mettre

«Dry January» ou janvier sans alcool: pourquoi faut-il s’y mettre?

Pour la première fois, la Suisse soutient officiellement la campagne «Dry January» (lire encadré). Lancée en Grande-Bretagne en 2014, elle prône un mois d’abstinence d’alcool en janvier. Selon les experts, ce janvier sec permettrait de sensibiliser la population face à la banalisation de la consommation d’alcool. Pourquoi pourriez-vous y mettre, vous aussi? Les explications de la professeure Barbara Broers et du docteur Thierry Favrod-Coune, tous deux spécialistes en addictologie aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG).
PS37_gmel_personne_soigne

«Seule une personne sur dix se soigne»

En 2019, le Pr Gerhard Gmel a reçu le prestigieux Prix Jellinek pour ses travaux sur la consommation d’alcool. Chercheur à Addiction Suisse et professeur associé à la Faculté de biologie et de médecine au sein du Service de médecine des addictions du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), il nous parle de ses travaux et soulève les enjeux de la problématique épineuse des addictions.
LMD_fêtes_gueule_de_bois

Des fêtes de fin d’année sans gueule de bois?

Éviter les lendemains de fête difficiles, un Graal pour beaucoup de personnes. Des scientifiques ont récemment publié des travaux dans lesquels ils ont évalué les effets de plantes et de sels minéraux censés limiter les symptômes de la gueule de bois.
Videos sur le meme sujet

Je pense qu’un de mes proches boit trop, comment lui dire ?

Face à une consommation excessive d’alcool, il peut être légitime de s’inquiéter. Mais lorsqu’un proche boit trop, comme aborder ce sujet le plus sereinement possible?

Le comment du pourquoi: médicament et alcool

La consommation modérée d'alcool est-elle vraiment déconseillée avec la prise de médicaments?

La consommation modérée dʹalcool ne protège pas des AVC

Il nʹest pas rare dʹentendre quʹun ou deux verres dʹalcool par jour, de vin par exemple, protègerait des accidents vasculaires cérébraux (AVC).
Maladies sur le meme sujet
Foie

Cirrhose

La cirrhose et une maladie chronique du foie. Les cellules normales sont progressivement remplacées par une grande quantité de tissu cicatriciel, ce qui conduit à une diminution du fonctionnement de cet organe.