Révolution dans l’imagerie de la rétine

Dernière mise à jour 22/03/21 | Questions/Réponses
BV02_3 question à_Mantel_révolution_imagerie
3 questions à la Dre Irmela Mantel, coresponsable de l’unité de rétine médicale à l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

        

Vous testez, au sein de l’hôpital, un nouveau système d’imagerie. Quelle est son utilité pour votre pratique?

Dre Irmela Mantel Il a été développé pour visualiser les changements de l’épithélium pigmentaire, une structure de la rétine impliquée dans de nombreuses maladies, notamment la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Nous visualisions jusqu’à présent cette partie de l’œil en «bandes» par tomographie en cohérence optique (OCT); ce nouveau système nous permet désormais de le faire cellule par cellule. Cela peut potentiellement révolutionner notre pratique dans la détection précoce de certaines maladies, en collectant des images et des informations auxquelles nous n’avions pour l’instant accès qu’en histopathologie à partir de tissus d’une personne décédée.

En quoi consiste cette méthode exactement?

Elle associe une technologie déjà très poussée, Adaptive optics (AO) - concept de caméra fond d’œil qui permet d’obtenir une image de forte résolution des couches profondes de la rétine -, à une illumination d’orientation oblique d’un faisceau de lumière infrarouge à travers la sclère (blanc de l’œil). Cette technique diffère des appareils utilisés jusqu’à présent et dont l’orientation d’illumination alignée à l’axe visuel nous transmettait essentiellement des images de photorécepteurs.

Quelles sont les prochaines étapes pour tester son efficacité?

Cette machine, mise au point par l’équipe du Pr Christophe Moser, professeur associé au Laboratoire de dispositifs photoniques appliqués à l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et développée par une start-up, EarlySight, est actuellement en phase clinique. À l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, nous utilisons un prototype pour documenter la variation des résultats en fonction de l’âge, de la myopie ou de différentes pathologies de la rétine. Le but est de mieux comprendre et de dépister précocement les maladies impliquant l’épithélium pigmentaire, entre autres la DMLA. Cette technologie novatrice intéresse plusieurs centres ophtalmologiques en Suisse et ailleurs dans le monde. Certains sont également en train de s’en équiper.

___________
Paru dans Bien vu!, le magazine de la Fondation Asile des aveugles, Mars 2021.

Article repris du site  BienVu!

A LIRE AUSSI

Troubles de la vision
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Julie Grollier, une spécialiste des nano-neurones

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une nouvelle technique pour des hystérectomies moins douloureuses

L'hystérectomie est une opération chirurgicale visant à enlever tout ou une partie de l'utérus. Une nouvelle technique permet maintenant de mener à bien cette opération sans cicatrice et de manière moins douloureuse.

Un robot pour mieux diagnostiquer la maladie de Parkinson

Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus fréquente au monde après Alzheimer et il nʹexiste, à ce jour, pas de traitement efficace…