Prendre sa santé en main grâce à la technologie

Dernière mise à jour 21/08/19 | Questions/Réponses
prendre_sante_technologie
La Fondation The Ark encourage les acteurs économiques valaisans à innover. Sébastien Mabillard, responsable des start-ups, s’engage pour le développement d’outils digitaux dans le monde de la santé.

Salon valaisan
de la santé 2019

> Rencontre avec les robots humanoïdes Pepper et Nao

> Soigner à l’aide de la réalité virtuelle

> Les dernières applications santé

(Stand Fondation the Ark)

        

Vous avez lancé Swiss Digital Health, une plateforme dédiée à la santé digitale. L’avenir de notre système de santé passe-t-il vraiment par le numérique?

Sébastien Mabillard  La digitalisation a commencé par faire sa place dans les milieux industriels. Mais elle investit désormais tous les secteurs économiques. La santé, jusqu’ici, était un peu à la traîne dans ce domaine. A la Fondation The Ark, nous saisissons cette opportunité en initiant des projets innovants ou en proposant des pistes de développement.

Plusieurs méthodes de l’industrie peuvent être appliquées à la santé. Par exemple, si grâce à des outils digitaux on optimise la gestion des flux de patients, la prise en charge globale en sera améliorée. Il y a donc une réflexion générale à mener et de nombreux projets à encourager.

Le Valais deviendra-t-il la nouvelle «health valley» de Suisse?

C’est un bien grand terme, mais c’est vrai que nous nous sommes attachés à créer un environnement favorable au développement de la santé digitale. D’ailleurs, c’est aussi une volonté des autorités. La politique cantonale poursuit l’objectif de mettre en pratique des actions concrètes sur le terrain et créer tout un écosystème avec des acteurs qui communiquent, collaborent et réalisent des projets communs.

Le Salon valaisan de la santé est destiné au grand public. Pourquoi est-ce important de vous adresser directement à la population?

Le cœur d’un système de santé reste le patient. C’est notre préoccupation centrale, c’est à lui que les technologies qui arrivent sur le marché doivent s’adresser. Au Salon, nous allons rendre tout cela ludique en permettant aux visiteurs de tester des solutions, d’en apprendre plus sur la robotique, etc. Notre rôle, c’est de montrer que la santé concerne chacun d’entre nous et qu’il est possible de la prendre en main, grâce à la technologie.

Que peut-on découvrir sur le stand de The Ark?

Il y aura notamment un bar à applications mobiles. Des smartphones seront mis à disposition des visiteurs afin qu’ils puissent tester des applications innovantes. Les thématiques sont très variées : gestion de l’asthme, du diabète, prévention, exercice physique… Chacun choisira ce qui lui semble le plus utile.

Les visiteurs pourront également tester des applications qui fonctionnent avec des casques de réalité augmentée et virtuelle. Cette technologie est de plus en plus utilisée dans la santé. Elle est notamment utile dans le cadre de thérapies contre les phobies, pour se confronter à ses peurs et se désensibiliser.

On pourra aussi faire connaissance avec Pepper et Nao, des petits robots, qui vous expliqueront comment ils interviennent en pédiatrie ou auprès des seniors.

Fondation pour l’innovation en Valais

Haut lieu de l’entreprenariat, la Fondation The Ark incite les acteurs économiques et académiques valaisans à faire preuve de créativité et d’esprit d’entreprise. Elle favorise le développement de savoirs et œuvre pour le développement de l’innovation en Valais.

Dans cette optique, la plateforme Swiss Digital Health prend tout son sens. Son objectif? Initier des projets ambitieux et innovants pour améliorer le système de santé.

 _______

Paru dans Planète Santé magazine N° 35 – Spécial Salon valaisan de la santé – Octobre 2019

A LIRE AUSSI

Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Prédire les complications de la méningite bactérienne

Prédire les complications de la méningite bactérienne

Des chercheurs du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ont découvert que l’analyse génétique...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
innovation_digitale_seniors

L’innovation digitale frappe à la porte des seniors

L’avènement du digital a entraîné de rapides et profonds changements dans notre société. Au départ expérimentaux, les objets connectés font de plus en plus partie de notre quotidien. Un nouveau marché auprès des seniors commence même à se développer. Et avec lui, la promesse de simplifier les réseaux de soins et faciliter la vie des personnes prises en charge à domicile.

Tatouages connectés: gadget ou révolution?

Serons-nous tous tatoués demain? Le tatouage que l’on connaît aujourd’hui, esthétique et silencieux, pourrait bien devenir technologique et interactif.
PULS_geissbuhler_cybermedecine

«Cybermédecine: notre société doit faire des choix»

Les technologies numériques prennent une place toujours plus grande dans le système de santé. Selon le Pr Antoine Geissbuhler, médecin-chef du Service de cybersanté et de télémédecine et responsable du Centre de l’innovation des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), il faut veiller à en garder le contrôle.
Videos sur le meme sujet

Un jeu vidéo pour diagnostiquer Alzheimer

Charlie Dupiot présente un jeu vidéo qui pourrait aider à diagnostiquer la maladie dʹAlzheimer beaucoup plus tôt!

Un nez artificiel pour détecter des maladies

Diagnostiquer un malade en analysant son haleine sera sans doute bientôt possible.

L'intelligence artificielle pour sauver des vies d’enfants

Le big data et l’intelligence artificielle pourraient améliorer le diagnostic des maladie infantiles dans les pays en voie de développement, grâce à un protocole signé entre Terre des hommes et l’Université de Genève.