Prendre sa santé en main grâce à la technologie

Dernière mise à jour 21/08/19 | Questions/Réponses
prendre_sante_technologie
La Fondation The Ark encourage les acteurs économiques valaisans à innover. Sébastien Mabillard, responsable des start-ups, s’engage pour le développement d’outils digitaux dans le monde de la santé.

Salon valaisan
de la santé 2019

> Rencontre avec les robots humanoïdes Pepper et Nao

> Soigner à l’aide de la réalité virtuelle

> Les dernières applications santé

(Stand Fondation the Ark)

        

Vous avez lancé Swiss Digital Health, une plateforme dédiée à la santé digitale. L’avenir de notre système de santé passe-t-il vraiment par le numérique?

Sébastien Mabillard  La digitalisation a commencé par faire sa place dans les milieux industriels. Mais elle investit désormais tous les secteurs économiques. La santé, jusqu’ici, était un peu à la traîne dans ce domaine. A la Fondation The Ark, nous saisissons cette opportunité en initiant des projets innovants ou en proposant des pistes de développement.

Plusieurs méthodes de l’industrie peuvent être appliquées à la santé. Par exemple, si grâce à des outils digitaux on optimise la gestion des flux de patients, la prise en charge globale en sera améliorée. Il y a donc une réflexion générale à mener et de nombreux projets à encourager.

Le Valais deviendra-t-il la nouvelle «health valley» de Suisse?

C’est un bien grand terme, mais c’est vrai que nous nous sommes attachés à créer un environnement favorable au développement de la santé digitale. D’ailleurs, c’est aussi une volonté des autorités. La politique cantonale poursuit l’objectif de mettre en pratique des actions concrètes sur le terrain et créer tout un écosystème avec des acteurs qui communiquent, collaborent et réalisent des projets communs.

Le Salon valaisan de la santé est destiné au grand public. Pourquoi est-ce important de vous adresser directement à la population?

Le cœur d’un système de santé reste le patient. C’est notre préoccupation centrale, c’est à lui que les technologies qui arrivent sur le marché doivent s’adresser. Au Salon, nous allons rendre tout cela ludique en permettant aux visiteurs de tester des solutions, d’en apprendre plus sur la robotique, etc. Notre rôle, c’est de montrer que la santé concerne chacun d’entre nous et qu’il est possible de la prendre en main, grâce à la technologie.

Que peut-on découvrir sur le stand de The Ark?

Il y aura notamment un bar à applications mobiles. Des smartphones seront mis à disposition des visiteurs afin qu’ils puissent tester des applications innovantes. Les thématiques sont très variées : gestion de l’asthme, du diabète, prévention, exercice physique… Chacun choisira ce qui lui semble le plus utile.

Les visiteurs pourront également tester des applications qui fonctionnent avec des casques de réalité augmentée et virtuelle. Cette technologie est de plus en plus utilisée dans la santé. Elle est notamment utile dans le cadre de thérapies contre les phobies, pour se confronter à ses peurs et se désensibiliser.

On pourra aussi faire connaissance avec Pepper et Nao, des petits robots, qui vous expliqueront comment ils interviennent en pédiatrie ou auprès des seniors.

Fondation pour l’innovation en Valais

Haut lieu de l’entreprenariat, la Fondation The Ark incite les acteurs économiques et académiques valaisans à faire preuve de créativité et d’esprit d’entreprise. Elle favorise le développement de savoirs et œuvre pour le développement de l’innovation en Valais.

Dans cette optique, la plateforme Swiss Digital Health prend tout son sens. Son objectif? Initier des projets ambitieux et innovants pour améliorer le système de santé.

 _______

Paru dans Planète Santé magazine N° 35 – Spécial Salon valaisan de la santé – Octobre 2019

A LIRE AUSSI

Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
Supp_La Côte_Interview_Auberson

Yves Auberson: «Avec Parkinson, on a vite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire»

Rien n’arrête Yves Auberson. Ni la maladie de Parkinson, ni la pandémie de Covid-19. Pour marquer ses...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
PMS_psychiatrie_2.0

La psychiatrie 2.0: comment ça marche?

Les technologies se sont insinuées aujourd’hui dans tous les pans de l’activité humaine. Tout ou presque est connecté, les appareils digitaux sont omniprésents et nombre d’algorithmes orientent nos activités et nos choix. Existe-t-il encore des domaines hors d’atteinte des technologies? Qu’en est-il de la psychiatrie?
PMS_interview_Rubovszky_telemedecine

«Nous avons recouru très tôt à la télémédecine pour garder le lien avec nos patients»

La pandémie de Covid-19 a bouleversé les codes, y compris dans le domaine de la psychiatrie. Le recours à la téléconsultation a permis aux psychiatres de poursuivre les prises en charge et d’accueillir de nouveaux patients, fragilisés par la situation sanitaire. Le Dr Grégoire Rubovszky, spécialiste en psychiatrie et psychothérapie FMH, médecin responsable du Centre Le Square à Genève, a accepté de répondre à nos questions sur la télémédecine.
Videos sur le meme sujet

L'intelligence artificielle dans un documentaire

"Cinq nouvelles du cerveau", cʹest le titre du dernier film du réalisateur Jean-Stéphane Bron qui sort le 1er septembre 2021 dans les salles de cinéma de Suisse romande.

Rencontre avec Julie Grollier, une spécialiste des nano-neurones

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une nouvelle technique pour des hystérectomies moins douloureuses

L'hystérectomie est une opération chirurgicale visant à enlever tout ou une partie de l'utérus. Une nouvelle technique permet maintenant de mener à bien cette opération sans cicatrice et de manière moins douloureuse.