Optimiser la recherche clinique grâce à l’IA

Dernière mise à jour 07/11/22 | Article
PULS_recherche_clinique_IA
La recherche pourrait tirer profit de l’intelligence artificielle (IA), avec pour but ultime, des bénéfices pour les patientes et patients.

Prévention des infections à l’hôpital

Les infections nosocomiales (acquises à l’hôpital) touchent 10 à 15% de la population mondiale. Et si l’intelligence artificielle pouvait aider à prévenir et contrôler ces infections? C’est l’objet d’une des recherches de Douglas Teodoro, professeur assistant au Département de radiologie et informatique médicale à l’Université de Genève (UNIGE): «Nous cherchons à prédire le risque d’infection pour chaque nouveau ou nouvelle patiente, en construisant des modélisations représentant son parcours dans l’hôpital. Nous récoltons pour ce faire des données relatives aux lits et locaux occupés, au personnel ayant été en contact avec la personne, etc. L’algorithme gère tout cet historique. La mise en commun de cette masse de données génère de nouvelles informations sur les caractéristiques des patientes et patients infectés. À terme, l’idée est de pouvoir aider les équipes à introduire de nouvelles barrières pour réduire le risque de contamination.»

Prenons un exemple: «Il faut savoir qu’environ 85% des essais cliniques visant la mise au point de nouveaux traitements se soldent par un échec avant d’être approuvés par les agences européenne ou américaine de médicaments», indique Douglas Teodoro, professeur assistant au Département de radiologie et informatique médicale à l’Université de Genève (UNIGE). En cause, entre autres, la présence de failles dans les protocoles de recherche, rédigés par les différents chercheurs et chercheuses impliquées et qui comportent toutes les informations sur la méthode, les objectifs, le déroulement, etc., de l’étude. «Nous disposons de registres où sont répertoriés pas moins de 500’000 essais cliniques ayant ou non abouti. Grâce à des algorithmes, nous pouvons parcourir et analyser rapidement ces bases de données pour évaluer le risque d’échec et identifier quelles parties d’un nouveau protocole posent problème.» Améliorer ces processus pourrait accélérer la mise sur le marché des nouveaux médicaments et réduire par là même leur prix, qui dépend en partie des coûts de la recherche – environ 1,3 milliard de francs pour chaque remède approuvé.

Outil de prédiction

Concernant l’efficacité des médicaments, nous savons qu’elle peut varier en fonction des individus. La création de cohortes homogènes, à l’aide de l’IA, pourrait être utile pour prédire la réponse aux traitements de personnes partageant les mêmes caractéristiques dans un but de médecine personnalisée, explique Douglas Teodoro: «Nous utilisons des algorithmes pour donner une meilleure représentation numérique de chaque personne, de ses caractéristiques de santé, de sa maladie, de sa génétique, de ses antécédents, etc. Les variables sont si nombreuses que même le ou la meilleure des médecins ne peut les assimiler seule.»

Dépister l’insuffisance rénale aiguë

Dans le Service de néphrologie et d’hypertension des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), une étude sur le rôle de l’intelligence artificielle (IA) dans l’identification des patients et patientes à risque d’insuffisance rénale aiguë pourrait bientôt voir le jour. Aux HUG, quelque 20% des personnes sont concernées. Non soignée, cette maladie est lourde de conséquences: insuffisance rénale chronique, dialyse, allongement du séjour à l’hôpital et mortalité augmentée. «Aujourd’hui, pour la découvrir, il faut expressément la rechercher. Nous recourons pour cela à un système de scores. Mais grâce à l’IA et à ses puissants algorithmes, nous pourrions peut-être mieux identifier les personnes à risque dans tout l’hôpital et appliquer rapidement des mesures de prévention pour éviter les complications», explique la Pre Sophie De Seigneux, médecin-cheffe du Service de néphrologie et d’hypertension des HUG. Plusieurs travaux dans d’autres centres hospitaliers ont montré l’intérêt de l’IA dans ces situations.

________

Article repris du site  pulsations.swiss

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
 PS_licia_cherry_people

«Très tôt, on apprend aux femmes à contenir leur douleur»

Elle n’aime pas s’ennuyer, c’est le moins que l’on puisse dire. Animatrice télé, chanteuse, romancière,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_IA_service_sante

IA: un outil puissant au service de la santé

À l’ère du numérique, où le volume de données médicales ne cesse de croître, l’intelligence artificielle (IA) offre de nouvelles opportunités. Ses multiples applications apportent potentiellement un soutien précieux pour traiter et analyser ces grandes quantités d’informations. Aide au diagnostic, prédiction des risques, optimisation des traitements: le but de l’IA est, au final, d’améliorer la prise en charge des patientes et des patients et d’optimiser la recherche scientifique.
PULS_radiologie_phare_IA

Radiologie: un domaine phare pour l’IA

Elle est par excellence une discipline dans laquelle l’intelligence artificielle (IA) pourrait faire une percée révolutionnaire.
MV_bouger_connecte

Bouger connecté: véritable avantage ou simple gadget?

Le sportif moderne est connecté. Cardiofréquencemètre, podomètre, GPS: toutes ces fonctions peuvent être intégrées dans des montres-bracelets, des lunettes ou des chaussures, par exemple. Explications.
Videos sur le meme sujet

La culture cellulaire 3D pour remplacer l'expérimentation animale

Des scientifiques ont peut-être trouvé une piste pour remplacer l'expérimentation animale dans la recherche médicale, en particulier celle contre le cancer.

Le zinc pour traiter une maladie génétique rare

Le zinc pourrait améliorer la santé des enfants atteints dʹencéphalopathie pédiatrique.

Les secrets de la longévité

Dirigés par des équipes de lʹEPFL et de lʹUniversity of Tennessee Health Science Center (UTHSC), des scientifiques ont étudié lʹinteraction complexe entre les gènes, le genre, la croissance et lʹâge, ainsi que leur influence sur la variation de la longévité.