Médecine humanitaire: l’innovation low cost

Dernière mise à jour 09/11/16 | Article
humanitaire_innovation
Pour certaines régions du globe, prendre en compte les conditions dans lesquelles on utilisera les équipements médicaux est fondamental.

Pour soigner efficacement dans les pays en voie de développement, il faut innover. En développant par exemple des instruments qui prennent en compte les contraintes dans lesquelles on les utilisera –électricité intermittente, chaleur et humidité notamment. Le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de l'Université de Genève, décrit l'impact de l’«innovation low cost» sur la médecine humanitaire.

Planète Santé­: Comment proposer des solutions adaptées à la réalité du terrain des pays en voie de développement­?

Pr Antoine Flahault: Dès le départ, il faut concevoir ces projets avec les régions concernées. C’est une question d’efficacité: ce sont les personnes sur place qui connaissent les contraintes de sécurité, de météorologie, d’acceptation sociale, etc. Cela évite des projets voués à l’échec comme celui d’instaurer des autopsies systématiques dans un pays où le respect dû aux morts l’interdit totalement.

Le consortium suisse Global Diagnostix est-il un bon exemple de cette approche­?

Absolument. Global Diagnostix développe un appareil de radiologie robuste, simple d'emploi et bon marché. Mais des appareils solides et demandant peu de maintenance sont aussi intéressants dans des économies développées aux budgets contraints!

Le Sud a besoin d'équipements médicaux mais aussi de moyens de connaître précisément la santé de ses populations.

Un système d’information fi able est la clé de voûte d’un système de santé. Sans registres des naissances et des décès, on n’a aucune chance d’orienter les politiques de santé ou de définir des priorités. Recueillir et analyser ces données contribuerait aussi à organiser une meilleure chaîne de transmission entre santé communautaire et médecine plus spécialisée. Actuellement, les hôpitaux des pays du sud fonctionnent mal dès qu’ils sont en périphérie. Par conséquent, patients et soignants convergent vers les hôpitaux de la capitale et les engorgent.

Les acteurs privés ont-ils aussi leur rôle à jouer dans l'évolution de la médecine humanitaire?

Il ne faut pas voir la question dogmatiquement, on a besoin de tout le monde! Gavi, l'alliance du vaccin, est un excellent exemple. C'est un partenariat public-privé et il fonctionne. Il faut mettre à la même table philanthropes, responsables de santé publique et industriels. Et demander à ces derniers si, tout en respectant leur modèle économique, ils ne peuvent pas réduire leur marge et la compenser par un accroissement du volume de leurs ventes.

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_applications_resolutions_realite

Apps santé: les alliées partielles de nos bonnes résolutions

Mieux manger, pratiquer du sport, arrêter de fumer ou améliorer son sommeil… De nombreuses applications pour smartphones et objets connectés promettent de nous motiver et de nous permettre de tenir nos résolutions. Des moyens qui peuvent nous soutenir pour changer certains comportements, mais qui ne sont qu’une partie de la solution.
BV_lampe_a_fente

La lampe à fente: l’outil de base des ophtalmologues

Toutes celles et ceux qui ont consulté un ou une ophtalmologue en ont fait l’expérience: le visage calé à un appareil par un appui frontal et une mentonnière, il s’agit de fixer un rai de lumière de l’œil droit, puis du gauche, en regardant successivement dans toutes les directions. Cet examen à la lampe à fente est systématiquement pratiqué dans tous les cabinets d’ophtalmologie.
PULS_IA_service_sante

IA: un outil puissant au service de la santé

À l’ère du numérique, où le volume de données médicales ne cesse de croître, l’intelligence artificielle (IA) offre de nouvelles opportunités. Ses multiples applications apportent potentiellement un soutien précieux pour traiter et analyser ces grandes quantités d’informations. Aide au diagnostic, prédiction des risques, optimisation des traitements: le but de l’IA est, au final, d’améliorer la prise en charge des patientes et des patients et d’optimiser la recherche scientifique.
Videos sur le meme sujet

Du Covid à la réhabilitation motrice

Mary Vacharidis revient sur lʹexpérience dʹun spécialiste de la réhabilitation pour les personnes présentant un handicap physique qui sʹest retrouvé paralysé après avoir connu de graves complications liées au Covid-19.

Ça nʹa pas de science: l'AI contre la désinformation

Il y a les opinions, les rumeurs, les modes et il y a la science.

Des machines au service du mouvement

Stéphane Délétroz présente TWIICE, un exosquelette conçu par lʹéquipe de recherche REHAssist du Laboratoire BIOROB de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et piloté par Silke Pan, une artiste-acrobate paraplégique suite à un accident et maintenant sportive d'élite et à nouveau acrobate.