Lunettes 3D: au cinéma, mais pas seulement…

Dernière mise à jour 13/12/21 | Article
BV_lunettes_3D
Très prisées au cinéma ou dans les jeux vidéo, les lunettes 3D commencent à trouver leur utilité en médecine.

Les amateurs d’Avatar, Gravity et autres longs métrages aux décors spectaculaires le savent bien: ils et elles doivent parfois chausser des lunettes 3D pour pouvoir s’immerger dans leur film préféré. Ces lunettes miment en fait la vision naturelle, autrement dit la vue en trois dimensions, de tout ce qui nous entoure.

En effet, lorsque nous sommes devant un objet, nos yeux le voient sous deux angles très légèrement différents. «Il en résulte deux images que notre cerveau superpose et fusionne pour nous permettre de voir le monde en relief. Nous pouvons ainsi apprécier la profondeur, les distances relatives ou encore les angles des éléments qui le composent. C’est ce qu’on appelle la vision stéréoscopique», explique la Prof. Aki Kawasaki, médecin adjointe à l’unité de neuro-ophtalmologie de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.

Inconfort

Les films en 3D s’inspirent de ce processus en diffusant non pas une, mais deux images de la même scène, captées avec des caméras espacées. Diverses techniques sont ensuite utilisées pour faire en sorte que chacun de nos yeux voie uniquement l’image qui lui est destinée. Certaines lunettes – comme celles, en carton, distribuées avec des vidéos ou des jeux – utilisent des filtres de couleurs complémentaires (rouge et bleu, par exemple). D’autres emploient des verres polarisés et sélectionnent donc les images en fonction de leur polarisation (qui décrit la vibration du champ électrique). D’autres encore, dites «actives», diffusent les deux images avec un petit décalage dans le temps.

Quoi qu’il en soit, «ces dispositifs ne reproduisent pas fidèlement la vision, précise Aki Kawasaki. Dans la réalité, nos yeux changent de position en fonction de l’objet qu’ils regardent, alors que lorsqu’on porte ces lunettes, les deux images constituent un point fixe devant nous». Nos yeux sont donc sans cesse obligés d’accommoder, «ce qui crée parfois de l’inconfort et même une certaine fatigue oculaire, voire, dans de rares cas, des vertiges. Toutefois, ces effets secondaires déplaisants sont transitoires», rassure l’experte.

De la publicité au bloc opératoire

Heureusement, car ces lunettes 3D sont de plus en plus fréquemment utilisées par la télévision, le cinéma, les jeux vidéo, etc. Les images en trois dimensions «sont aussi exploitées par la publicité», constate Aki Kawasaki. Et de citer l’exemple du «chat de Shinjuku»: un gros chat en trois dimensions qui apparaît comme suspendu en l’air en haut d’un immeuble de Tokyo. Bien qu’il semble plus vrai que nature, il ne s’agit en fait que d’un hologramme, «ce qui montre à quel point ce type de technique est avancé», note la spécialiste.

En dehors de leurs aspects ludiques, les lunettes 3D trouvent déjà divers usages dans l’enseignement et l’industrie, mais aussi dans le domaine médical. «Elles participent à la formation des chirurgiens et permettent à des radiologues d’obtenir des reconstructions en trois dimensions de l’anatomie de leurs patients», ajoute la neuro-ophtalmologue. À l’avenir, elles pourraient également aider à la réhabilitation visuelle, en particulier pour des enfants atteints de strabisme ou des personnes souffrant de DMLA (dégénérescence maculaire liée à l’âge). Ce n’est qu’un début, car elles trouveront certainement bien d’autres applications.

______

Article repris du site  BienVu!

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_applications_resolutions_realite

Apps santé: les alliées partielles de nos bonnes résolutions

Mieux manger, pratiquer du sport, arrêter de fumer ou améliorer son sommeil… De nombreuses applications pour smartphones et objets connectés promettent de nous motiver et de nous permettre de tenir nos résolutions. Des moyens qui peuvent nous soutenir pour changer certains comportements, mais qui ne sont qu’une partie de la solution.
BV_lampe_a_fente

La lampe à fente: l’outil de base des ophtalmologues

Toutes celles et ceux qui ont consulté un ou une ophtalmologue en ont fait l’expérience: le visage calé à un appareil par un appui frontal et une mentonnière, il s’agit de fixer un rai de lumière de l’œil droit, puis du gauche, en regardant successivement dans toutes les directions. Cet examen à la lampe à fente est systématiquement pratiqué dans tous les cabinets d’ophtalmologie.
PULS_IA_service_sante

IA: un outil puissant au service de la santé

À l’ère du numérique, où le volume de données médicales ne cesse de croître, l’intelligence artificielle (IA) offre de nouvelles opportunités. Ses multiples applications apportent potentiellement un soutien précieux pour traiter et analyser ces grandes quantités d’informations. Aide au diagnostic, prédiction des risques, optimisation des traitements: le but de l’IA est, au final, d’améliorer la prise en charge des patientes et des patients et d’optimiser la recherche scientifique.
Videos sur le meme sujet

Du Covid à la réhabilitation motrice

Mary Vacharidis revient sur lʹexpérience dʹun spécialiste de la réhabilitation pour les personnes présentant un handicap physique qui sʹest retrouvé paralysé après avoir connu de graves complications liées au Covid-19.

Ça nʹa pas de science: l'AI contre la désinformation

Il y a les opinions, les rumeurs, les modes et il y a la science.

Des machines au service du mouvement

Stéphane Délétroz présente TWIICE, un exosquelette conçu par lʹéquipe de recherche REHAssist du Laboratoire BIOROB de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et piloté par Silke Pan, une artiste-acrobate paraplégique suite à un accident et maintenant sportive d'élite et à nouveau acrobate.