Le robot qui distribue les médicaments

Dernière mise à jour 06/06/13 | Article
Les boîtes de médicaments en vrac avancent sur un tapis pour être scannées et rangées dans le robot
Depuis plus d’un an, les collaborateurs de la pharmacie de l’Hôpital de Genève sont assistés par un robot. Celui-ci, tout à la fois, range les médicaments, les stocke et les sort pour les commandes des différents services. Résultat: une distribution plus fiable et plus efficace.
Pr Bonnabry

A l’intérieur du robot, le     Pr Bonnabry. Derrière lui, le plateau mobile qui déplace les boîtes de médicaments

Boss. Hugot Boss. C’est le nom du robot de distribution des médicaments des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il turbine depuis 2011 dans la pharmacie de l’hôpital. Il est le premier de son genre à avoir été installé dans un hôpital suisse. Le professeur Pascal Bonnabry nous en fait une visite guidée.

La fonction d’Hugot Boss? Automatiser le rangement et la distribution des médicaments. Dans les unités de soins, les infirmiers préparent les médicaments pour les traitements des patients. Si des préparations viennent à manquer, ils les commandent à la pharmacie centrale. Le robot fournit les médicaments qu’il a en stock, le reste est complété par des humains. Il détient deux tiers des deux mille références de la pharmacie.

Selon quel critère les médicaments sontils gérés par la machine? «La boîte doit être carrée, pour pouvoir rentrer dans les étagères, et munie d’un code-barres pour qu’elle puisse être reconnue par le robot», assène le pharmacien-chef Pascal Bonnabry. On n’y range donc pas les boîtes rondes, celles qui sont trop lourdes, ainsi que les préparations qui doivent être gardées au frais et les stupéfiants.

Les bénéfices du robot sont doubles: il est plus efficace – on estime qu’il réalise le travail de trois personnes – et permet aux collaborateurs de la pharmacie de passer moins de temps à se déplacer dans les rayons. Et il est plus fiable. La distribution effectuée par des humains connaît 1% d’erreur, avec Hugot, ce taux descend à 0,25%. N’est-il pas parfait? Non, car il arrive encore, dans de rares cas, qu’une porte de la gare de distribution se ferme mal et qu’une boîte de médicaments tombe dans la mauvaise caisse.

Pour la visite guidée, consultez notre galerie photo «Le robot pharmacien».

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
 PS_licia_cherry_people

«Très tôt, on apprend aux femmes à contenir leur douleur»

Elle n’aime pas s’ennuyer, c’est le moins que l’on puisse dire. Animatrice télé, chanteuse, romancière,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_IA_service_sante

IA: un outil puissant au service de la santé

À l’ère du numérique, où le volume de données médicales ne cesse de croître, l’intelligence artificielle (IA) offre de nouvelles opportunités. Ses multiples applications apportent potentiellement un soutien précieux pour traiter et analyser ces grandes quantités d’informations. Aide au diagnostic, prédiction des risques, optimisation des traitements: le but de l’IA est, au final, d’améliorer la prise en charge des patientes et des patients et d’optimiser la recherche scientifique.
PULS_recherche_clinique_IA

Optimiser la recherche clinique grâce à l’IA

La recherche pourrait tirer profit de l’intelligence artificielle (IA), avec pour but ultime, des bénéfices pour les patientes et patients.
PULS_radiologie_phare_IA

Radiologie: un domaine phare pour l’IA

Elle est par excellence une discipline dans laquelle l’intelligence artificielle (IA) pourrait faire une percée révolutionnaire.
Videos sur le meme sujet

Des machines au service du mouvement

Stéphane Délétroz présente TWIICE, un exosquelette conçu par lʹéquipe de recherche REHAssist du Laboratoire BIOROB de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), et piloté par Silke Pan, une artiste-acrobate paraplégique suite à un accident et maintenant sportive d'élite et à nouveau acrobate.

Gros plan sur le sens du toucher numérique

Lucia Sillig s'intéresse à l'haptique numérique, qui concerne tout ce que les tablettes, les écrans et les manettes peuvent donner comme retour tactile.