Le robot qui distribue les médicaments

Dernière mise à jour 06/06/13 | Article
Les boîtes de médicaments en vrac avancent sur un tapis pour être scannées et rangées dans le robot
Depuis plus d’un an, les collaborateurs de la pharmacie de l’Hôpital de Genève sont assistés par un robot. Celui-ci, tout à la fois, range les médicaments, les stocke et les sort pour les commandes des différents services. Résultat: une distribution plus fiable et plus efficace.
Pr Bonnabry

A l’intérieur du robot, le     Pr Bonnabry. Derrière lui, le plateau mobile qui déplace les boîtes de médicaments

Boss. Hugot Boss. C’est le nom du robot de distribution des médicaments des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il turbine depuis 2011 dans la pharmacie de l’hôpital. Il est le premier de son genre à avoir été installé dans un hôpital suisse. Le professeur Pascal Bonnabry nous en fait une visite guidée.

La fonction d’Hugot Boss? Automatiser le rangement et la distribution des médicaments. Dans les unités de soins, les infirmiers préparent les médicaments pour les traitements des patients. Si des préparations viennent à manquer, ils les commandent à la pharmacie centrale. Le robot fournit les médicaments qu’il a en stock, le reste est complété par des humains. Il détient deux tiers des deux mille références de la pharmacie.

Selon quel critère les médicaments sontils gérés par la machine? «La boîte doit être carrée, pour pouvoir rentrer dans les étagères, et munie d’un code-barres pour qu’elle puisse être reconnue par le robot», assène le pharmacien-chef Pascal Bonnabry. On n’y range donc pas les boîtes rondes, celles qui sont trop lourdes, ainsi que les préparations qui doivent être gardées au frais et les stupéfiants.

Les bénéfices du robot sont doubles: il est plus efficace – on estime qu’il réalise le travail de trois personnes – et permet aux collaborateurs de la pharmacie de passer moins de temps à se déplacer dans les rayons. Et il est plus fiable. La distribution effectuée par des humains connaît 1% d’erreur, avec Hugot, ce taux descend à 0,25%. N’est-il pas parfait? Non, car il arrive encore, dans de rares cas, qu’une porte de la gare de distribution se ferme mal et qu’une boîte de médicaments tombe dans la mauvaise caisse.

Pour la visite guidée, consultez notre galerie photo «Le robot pharmacien».

Articles sur le meme sujet

Vision: le monde virtuel à la rescousse

La réalité virtuelle peut-elle être utilepour la vision? Réponses avec le Dr Diego Ghezzi, responsable de la recherche en technologie chirurgicale à l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin de Lausanne.
PS49_sport_connecte_bonne_idee

Se mettre au sport connecté: une bonne idée?

Smartphones, montres connectées, patchs collés sur la peau ou encore semelles intelligentes: les nouvelles technologies se bousculent pour accompagner nos sorties sportives. Mais sont-elles toujours utiles?
LMD_applications_resolutions_realite

Apps santé: les alliées partielles de nos bonnes résolutions

Mieux manger, pratiquer du sport, arrêter de fumer ou améliorer son sommeil… De nombreuses applications pour smartphones et objets connectés promettent de nous motiver et de nous permettre de tenir nos résolutions. Des moyens qui peuvent nous soutenir pour changer certains comportements, mais qui ne sont qu’une partie de la solution.
Videos sur le meme sujet

Meditron: le grand modèle de langage de lʹEPFL pour le savoir médical

Des scientifiques de lʹÉcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé "Meditron", une paire de grands modèles de langage* open source adaptée au domaine médical.

10 ans de CQFD: lʹinfluence de lʹIA et du numérique sur les hôpitaux

Et une 10ème sortie spéciale pour lʹéquipe de CQFD qui fête ses 10 ans cette année!