Le robot qui distribue les médicaments

Dernière mise à jour 06/06/13 | Article
Les boîtes de médicaments en vrac avancent sur un tapis pour être scannées et rangées dans le robot
Depuis plus d’un an, les collaborateurs de la pharmacie de l’Hôpital de Genève sont assistés par un robot. Celui-ci, tout à la fois, range les médicaments, les stocke et les sort pour les commandes des différents services. Résultat: une distribution plus fiable et plus efficace.
Pr Bonnabry

A l’intérieur du robot, le     Pr Bonnabry. Derrière lui, le plateau mobile qui déplace les boîtes de médicaments

Boss. Hugot Boss. C’est le nom du robot de distribution des médicaments des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il turbine depuis 2011 dans la pharmacie de l’hôpital. Il est le premier de son genre à avoir été installé dans un hôpital suisse. Le professeur Pascal Bonnabry nous en fait une visite guidée.

La fonction d’Hugot Boss? Automatiser le rangement et la distribution des médicaments. Dans les unités de soins, les infirmiers préparent les médicaments pour les traitements des patients. Si des préparations viennent à manquer, ils les commandent à la pharmacie centrale. Le robot fournit les médicaments qu’il a en stock, le reste est complété par des humains. Il détient deux tiers des deux mille références de la pharmacie.

Selon quel critère les médicaments sontils gérés par la machine? «La boîte doit être carrée, pour pouvoir rentrer dans les étagères, et munie d’un code-barres pour qu’elle puisse être reconnue par le robot», assène le pharmacien-chef Pascal Bonnabry. On n’y range donc pas les boîtes rondes, celles qui sont trop lourdes, ainsi que les préparations qui doivent être gardées au frais et les stupéfiants.

Les bénéfices du robot sont doubles: il est plus efficace – on estime qu’il réalise le travail de trois personnes – et permet aux collaborateurs de la pharmacie de passer moins de temps à se déplacer dans les rayons. Et il est plus fiable. La distribution effectuée par des humains connaît 1% d’erreur, avec Hugot, ce taux descend à 0,25%. N’est-il pas parfait? Non, car il arrive encore, dans de rares cas, qu’une porte de la gare de distribution se ferme mal et qu’une boîte de médicaments tombe dans la mauvaise caisse.

Pour la visite guidée, consultez notre galerie photo «Le robot pharmacien».

A LIRE AUSSI

Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Prédire les complications de la méningite bactérienne

Prédire les complications de la méningite bactérienne

Des chercheurs du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ont découvert que l’analyse génétique...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

Le robot renifleur pour détecter les cancers

Les recherches sur l’utilisation de nez artificiels pour détecter les cancers s’accélèrent. Des chercheurs finlandais ont présenté en juin un appareil de ce type, capable de déceler les tissus cancéreux en cours d’opération chirurgicale. Explications.
technologies_service_rehabilitation

Les technologies au service de la neuroréhabilitation

Jeux vidéo, réalité virtuelle, robots : ces technologies peuvent aider à réduire l’impact des lésions cérébrales. Ludiques, elles motivent le patient et l’incitent à augmenter l’intensité et la durée de ses exercices. Personnalisées, elles s’adaptent aux progrès de chacun. Encore faut-il les évaluer. C’est l’objectif de la plateforme NeuroTech lancée par le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne.
jeux_video_progres

Des jeux vidéo accélèrent les progrès des patients

Des jeux «sérieux» – ou serious games –, utilisant ou non la réalité virtuelle, sont testés sur des patients souffrant de sclérose en plaques et sur d’autres ayant subi un accident vasculaire cérébral (AVC).
Videos sur le meme sujet

5G et santé: quels sont les dangers?

En Suisse, les ondes électromagnétiques de la 5G ne sont, pour l’instant, pas très différentes des ondes de la 3G, 4G, du bluetooth ou du WiFi. Le problème principal avec la 5G: la multiplication des objets connectés qui émettent fortement et à proximité de notre corps et de notre cerveau.