La radio du dos, version 2.0

Dernière mise à jour 03/02/16 | Article
La radio du dos, version 2.0
En vingt secondes, l’EOS, un nouvel appareil d’imagerie, prend deux radios hyperprécises de toute votre personne grâce à l'informatique et à ses détecteurs ultrasensibles. Fait inédit: il le fait alors que vous êtes debout.

Un outil précieux pour comprendre et soigner les maux de dos, c'est ce qu'offre l'EOS, un appareil d'imagerie installé à la clinique de La Source à Lausanne depuis le printemps 2015. La technique­? La radiographie classique à rayons X, mais dopée par l'informatique et des détecteurs ultraperfectionnés. L'EOS se présente comme une cabine où l'on se tient debout. Deux émetteurs de rayons X, montés sur des rails verticaux, sont cachés dans ses parois. Ils sont disposés à angle droit, ce qui permet de prendre simultanément des images de face et de profil. En face d'eux, toujours dans les parois, on trouve les détecteurs, mais au lieu de plaques photographiques que viendraient frapper les rayons X, l’appareil utilise des chambres à fil, un dispositif hyperprécis inventé par le prix Nobel Georges Charpak (1924-2010) et utilisé à l’origine en physique des particules.

«­Au signal, ne plus bouger…­» En 20 à 25 secondes, les images sont produites. Elles présentent plusieurs avantages. Elles sont d'abord plus précises qu'une radio du dos classique. Pourquoi­? Parce qu’une radio classique de toute la colonne est en fait l’addition de trois clichés différents que l'on «scotche­» ensemble. Or, ce processus induit des imprécisions importantes. Dans l'EOS, au contraire, on réalise quelques dizaines de clichés, tous aussi précis les uns que les autres, que l'ordinateur va ensuite reconstituer en une seule image. L'EOS, malgré cela, expose à 10 à 100 fois moins de radiations que la radiographie classique car ses détecteurs sont beaucoup plus sensibles. Une caractéristique très importante, en particulier pour le suivi de scolioses chez les enfants qu’il faut éviter d’irradier inutilement.

Mais l'EOS présente aussi des avantages par rapport à l'IRM et au scanner, explique Duccio Boscherini, neurochirurgien à La Source. Ces deux dispositifs fournissent en effet des images de la colonne, mais pas du reste du corps, contrairement à l’EOS. Or, les genoux ou les hanches peuvent être la cause de déséquilibres créant des maux de dos. De même, scanner et IRM sont réalisés quand la personne est couchée. «Ils fournissent donc des images restreintes de l'anatomie, dans une position statique et non physiologique.» Par opposition, l'EOS montre toute la personne en position debout.

Définir la normalité

Les médecins se rendent compte que les maux de dos doivent être évalués de manière globale, qu'ils sont le résultat d'une interaction subtile entre la posture de la personne, sa musculature et des caractéristiques anatomiques qui lui sont propres. «Il existe un cône d'économie en position debout, relate le chirurgien, un ensemble de postures possibles où la musculature est sollicitée au minimum.» Quand on s'en écarte, celle-ci doit travailler davantage, ce qui augmente le risque de maux de dos.

On a désormais identifié des paramètres normaux, poursuit le chirurgien, des angles (de cambrure par exemple) ou des mesures (l'emplacement du centre de gravité) qui permettent de prédire si une personne risque davantage de connaître des maux de dos. Telle patiente, par exemple, a un sacrum presque à l'horizontale, illustre le spécialiste: c'est très rare et cela cause naturellement une cambrure exagérée qui explique ses maux de dos.

Ces valeurs, l'EOS les calcule aisément et les fournit rapidement. Une fois munis de ces données, les spécialistes comprennent mieux l'origine des maux de dos. Ces mesures sont également précieuses pour déterminer où opérer pour être le plus efficace, de même que pour évaluer comment la colonne s'est repositionnée après une opération.

Prise en position debout, cette image montre que le sacrum de cette personne débute presque à l'horizontale. L'extrême cambrure de la patiente est la source de ses maux de dos invalidants.

Prise en position debout, cette image montre que le sacrum de cette personne débute presque à l'horizontale. L'extrême cambrure de la patiente est la source de ses maux de dos invalidants.

 

On voit sur cette image une légère scoliose chez une personne jeune. Des images de radiographie permettent un suivi régulier de cette affection.

On voit sur cette image une légère scoliose chez une personne jeune. Des images de radiographie permettent un suivi régulier de cette affection.

Grâce à une reconstitution en 3D de la colonne, on voit ici une forte scoliose (colonne vertébrale anormalement incurvée) qui cause au patient des douleurs dans le bas du dos.

Grâce à une reconstitution en 3D de la colonne, on voit ici une forte scoliose (colonne vertébrale anormalement incurvée) qui cause au patient des douleurs dans le bas du dos.

Les radiographies sont aussi utiles pour évaluer la réussite d'une opération du dos. Cette personne a un dos très plat et il a fallu la réopérer pour modifier sa cambrure, et donc son centre de gravité.

Les radiographies sont aussi utiles pour évaluer la réussite d'une opération du dos.
Cette personne a un dos très plat et il a fallu la réopérer pour modifier sa cambrure, et donc son centre de gravité.

A LIRE AUSSI

Santé des people
Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Présentatrice du téléjournal depuis huit ans, Agnès Wuthrich est devenue une figure familière des téléspectateurs...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_robots_enfants_hospitalises

Hoppy et Billy, robots de compagnie en pédiatrie

«Il aide beaucoup mon fils durant ses soins pas très sympathiques. Il nous aide aussi à passer le temps, qui est parfois bien long aux soins intensifs.» Celui dont parle Caroline, maman de Hugo, 7 ans, n’est ni un infirmier, ni un médecin, mais… un robot.
plongée_médecine_hyperbare

Plongée dans la médecine hyperbare

Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). La chambre hyperbare est pourtant une merveille de technologie, irremplaçable pour traiter avec l’oxygène les accidents de plongée, les intoxications à des fumées, les plaies à cicatrisation difficile, les lésions après une radiothérapie, les gelures ou encore les infections des os.

Le robot renifleur pour détecter les cancers

Les recherches sur l’utilisation de nez artificiels pour détecter les cancers s’accélèrent. Des chercheurs finlandais ont présenté en juin un appareil de ce type, capable de déceler les tissus cancéreux en cours d’opération chirurgicale. Explications.
Videos sur le meme sujet

Intelligence artificielle versus intelligence humaine

Lʹintelligence artificielle est-elle vraiment intelligente? Pour répondre à cette question, il faut commencer par se pencher sur les similarités entre lʹintelligence artificielle et la nôtre.

Comment rendre l'intelligence artificielle bénéfique

L'importance cruciale de rendre lʹintelligence artificielle (IA) robustement bénéfique, cʹest le thème de l'ouvrage "Le fabuleux chantier".

L'Immersive Lab, entre art et science

Imaginé par Daniel Bisig et Jan Schacher, tous deux artistes numériques, et chercheurs à l'Institut d'informatique musicale et de technologie du son de la Haute École dʹart de Zurich, l'Immersive Lab est un espace interactif et multisensoriel qui vise à mettre en réseau l'art et la science.