La radio du dos, version 2.0

Dernière mise à jour 03/02/16 | Article
La radio du dos, version 2.0
En vingt secondes, l’EOS, un nouvel appareil d’imagerie, prend deux radios hyperprécises de toute votre personne grâce à l'informatique et à ses détecteurs ultrasensibles. Fait inédit: il le fait alors que vous êtes debout.

Un outil précieux pour comprendre et soigner les maux de dos, c'est ce qu'offre l'EOS, un appareil d'imagerie installé à la clinique de La Source à Lausanne depuis le printemps 2015. La technique­? La radiographie classique à rayons X, mais dopée par l'informatique et des détecteurs ultraperfectionnés. L'EOS se présente comme une cabine où l'on se tient debout. Deux émetteurs de rayons X, montés sur des rails verticaux, sont cachés dans ses parois. Ils sont disposés à angle droit, ce qui permet de prendre simultanément des images de face et de profil. En face d'eux, toujours dans les parois, on trouve les détecteurs, mais au lieu de plaques photographiques que viendraient frapper les rayons X, l’appareil utilise des chambres à fil, un dispositif hyperprécis inventé par le prix Nobel Georges Charpak (1924-2010) et utilisé à l’origine en physique des particules.

«­Au signal, ne plus bouger…­» En 20 à 25 secondes, les images sont produites. Elles présentent plusieurs avantages. Elles sont d'abord plus précises qu'une radio du dos classique. Pourquoi­? Parce qu’une radio classique de toute la colonne est en fait l’addition de trois clichés différents que l'on «scotche­» ensemble. Or, ce processus induit des imprécisions importantes. Dans l'EOS, au contraire, on réalise quelques dizaines de clichés, tous aussi précis les uns que les autres, que l'ordinateur va ensuite reconstituer en une seule image. L'EOS, malgré cela, expose à 10 à 100 fois moins de radiations que la radiographie classique car ses détecteurs sont beaucoup plus sensibles. Une caractéristique très importante, en particulier pour le suivi de scolioses chez les enfants qu’il faut éviter d’irradier inutilement.

Mais l'EOS présente aussi des avantages par rapport à l'IRM et au scanner, explique Duccio Boscherini, neurochirurgien à La Source. Ces deux dispositifs fournissent en effet des images de la colonne, mais pas du reste du corps, contrairement à l’EOS. Or, les genoux ou les hanches peuvent être la cause de déséquilibres créant des maux de dos. De même, scanner et IRM sont réalisés quand la personne est couchée. «Ils fournissent donc des images restreintes de l'anatomie, dans une position statique et non physiologique.» Par opposition, l'EOS montre toute la personne en position debout.

Définir la normalité

Les médecins se rendent compte que les maux de dos doivent être évalués de manière globale, qu'ils sont le résultat d'une interaction subtile entre la posture de la personne, sa musculature et des caractéristiques anatomiques qui lui sont propres. «Il existe un cône d'économie en position debout, relate le chirurgien, un ensemble de postures possibles où la musculature est sollicitée au minimum.» Quand on s'en écarte, celle-ci doit travailler davantage, ce qui augmente le risque de maux de dos.

On a désormais identifié des paramètres normaux, poursuit le chirurgien, des angles (de cambrure par exemple) ou des mesures (l'emplacement du centre de gravité) qui permettent de prédire si une personne risque davantage de connaître des maux de dos. Telle patiente, par exemple, a un sacrum presque à l'horizontale, illustre le spécialiste: c'est très rare et cela cause naturellement une cambrure exagérée qui explique ses maux de dos.

Ces valeurs, l'EOS les calcule aisément et les fournit rapidement. Une fois munis de ces données, les spécialistes comprennent mieux l'origine des maux de dos. Ces mesures sont également précieuses pour déterminer où opérer pour être le plus efficace, de même que pour évaluer comment la colonne s'est repositionnée après une opération.

Prise en position debout, cette image montre que le sacrum de cette personne débute presque à l'horizontale. L'extrême cambrure de la patiente est la source de ses maux de dos invalidants.

Prise en position debout, cette image montre que le sacrum de cette personne débute presque à l'horizontale. L'extrême cambrure de la patiente est la source de ses maux de dos invalidants.

 

On voit sur cette image une légère scoliose chez une personne jeune. Des images de radiographie permettent un suivi régulier de cette affection.

On voit sur cette image une légère scoliose chez une personne jeune. Des images de radiographie permettent un suivi régulier de cette affection.

Grâce à une reconstitution en 3D de la colonne, on voit ici une forte scoliose (colonne vertébrale anormalement incurvée) qui cause au patient des douleurs dans le bas du dos.

Grâce à une reconstitution en 3D de la colonne, on voit ici une forte scoliose (colonne vertébrale anormalement incurvée) qui cause au patient des douleurs dans le bas du dos.

Les radiographies sont aussi utiles pour évaluer la réussite d'une opération du dos. Cette personne a un dos très plat et il a fallu la réopérer pour modifier sa cambrure, et donc son centre de gravité.

Les radiographies sont aussi utiles pour évaluer la réussite d'une opération du dos.
Cette personne a un dos très plat et il a fallu la réopérer pour modifier sa cambrure, et donc son centre de gravité.

A LIRE AUSSI

Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
MV_bouger_connecte

Bouger connecté: véritable avantage ou simple gadget?

Le sportif moderne est connecté. Cardiofréquencemètre, podomètre, GPS: toutes ces fonctions peuvent être intégrées dans des montres-bracelets, des lunettes ou des chaussures, par exemple. Explications.
BV_lunettes_3D

Lunettes 3D: au cinéma, mais pas seulement…

Très prisées au cinéma ou dans les jeux vidéo, les lunettes 3D commencent à trouver leur utilité en médecine.
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections oculaires, premiers implants ont révolutionné la prise en charge de pathologies comme la myopie ou la cataracte. La suite, elle, s’annonce spectaculaire. Intelligence artificielle, implants rétiniens high-tech ou encore thérapie génique se préparent. Coup de projecteur sur ce qui nous attend avec les équipes de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin.
Videos sur le meme sujet

Un exosquelette pour retrouver la préhension

Un exosquelette pour la rééducation de la main après une attaque cérébrale ou un accident a été développé par Emovo Care, une spin-off de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) en contact étroit avec les utilisatrices, les utilisateurs et les thérapeutes, et testé dans plusieurs hôpitaux et centres de rééducation.

Une interface ordinateur-cerveau pour faire parler des personnes enfermées en elles-mêmes

Un patient touché par la sclérose latérale amyotrophique (SLA), qui enferme la personne consciente dans un corps totalement paralysé, est parvenu à retrouver une forme de communication.

Contrôler un robot par la pensée

Stéphane Délétroz s'intéresse à une recherche de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui va faciliter la vie des tétraplégiques.