Innovation: un ange gardien à portée de main

Dernière mise à jour 28/01/15 | Article
Innovation: un ange gardien à portée de main
«Guardian Angel», c’est le nom d’un projet ambitieux d’envergure internationale auquel l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) participe depuis quelques années. De quoi on parle?

     

     

Comme dans les meilleurs films de science-fiction, les scientifiques travaillent sur des systèmes intelligents –des sortes d’assistants personnels– capables de se substituer à nos sens afin de détecter, à notre place, des dangers présents dans l’environnement (pollution, allergènes, virus, bactéries, gaz dangereux, etc.) pour que nous puissions nous en protéger. Ces interfaces modulables et personnalisables seront conçues pour analyser des situations dites extrêmes qu’on ne sait pas quantifier aujourd’hui. Il s’agira, en effet, d’enregistrer tous les facteurs impliqués dans des états complexes tels que le stress, la fatigue, l’état de nutrition et d’hydratation, etc.

La technologie du futur

Mihai Adrian Ionescu, professeur au Laboratoire des dispositifs nanoélectroniques de l’EPFL, nous explique à quoi cela ressemblera: «Ces capteurs intelligents et non intrusifs pourront être intégrés à n’importe quel type de surface, dont la peau ou des objets de tous les jours, comme un bracelet, un t-shirt, etc. C’est le concept de l’"Internet des objets", dispersés dans l’environnement mais reliés entre eux de manière centralisée et connectés sans fil à internet. Autre aspect important de cette technologie du futur, ces capteurs seront écologiques, car fabriqués dans des matériaux abondants (en carbone ou en silicium). Ils s’auto-alimenteront et seront bio-dégradables».

Selon le chercheur, il faut s’imaginer que notre environnement sera rempli de ces petits dispositifs, capables d’enregistrer en temps réel des milliards d’informations! Cette technologie a comme but de décrire avec finesse le fonctionnement de notre organisme et ses interactions avec notre style de vie et notre environnement. Prévention des maladies, management du stress, maintien de la santé, anti-aging, voilà autant de domaines qui pourront bénéficier de ces progrès. Rendez-vous dans dix ans.

A LIRE AUSSI

Santé des people
Supp_La Côte_Interview_Auberson

Yves Auberson: «Avec Parkinson, on a vite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire»

Rien n’arrête Yves Auberson. Ni la maladie de Parkinson, ni la pandémie de Covid-19. Pour marquer ses...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS38B_ascension_télémédecine

L’irrésistible ascension de la télémédecine

Pour la télémédecine, le COVID-19 a fait l’effet d’un accélérateur de pratiques. Quantité d’outils ont été développés afin de répondre aux nécessités de la crise sanitaire. Plébiscités par les patients, ils devraient se pérenniser.
PS38B_télémédecne_repères_juridiques

La télémédecine en manque de repères juridiques

La législation a un train de retard sur la pratique de la télémédecine. En l’absence de loi spécifique, des règles générales s’appliquent. Explications.
interview_yannick_muller

«CRISPR-Cas9 est une technologie révolutionnaire»

Depuis 2012, les biologistes disposent d’un nouvel outil: CRISPR-Cas9. Ces «ciseaux moléculaires» viennent d’être distingués par le prix Nobel de chimie 2020. Yannick Muller, médecin associé au Service d’immunologie et d’allergie du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), revient des États-Unis, pays pionnier dans l’emploi de cette technologie. Il compte l’utiliser pour élaborer de nouvelles thérapies contre les maladies auto-immunes.
Videos sur le meme sujet

La science et la technologie au service de l'humanitaire

Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a mis en place un partenariat avec les Écoles polytechniques fédérales de Zurich (ETHZ) et de Lausanne (EPFL).

Des stéthoscopes intelligents et autonomes

Diagnostiquer une maladie pulmonaire via le son quʹelle émet, cʹest traditionnellement ce que fait votre médecin lorsquʹil écoute vos poumons via son stéthoscope.

Une méthode non invasive dʹobservation de la moëlle épinière

Des chercheurs de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont mis au point une technique non invasive d'observation de l'activité de la moëlle épinière.