Yves Auberson: «Avec Parkinson, on a vite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire»

Dernière mise à jour 15/11/20 | Questions/Réponses
Supp_La Côte_Interview_Auberson
Rien n’arrête Yves Auberson. Ni la maladie de Parkinson, ni la pandémie de Covid-19. Pour marquer ses 50 ans et les 15 ans de vie commune avec sa maladie, le Nyonnais s’est lancé un défi sportif ambitieux: réaliser une boucle de plus de 1000 km à travers les Alpes suisses en moins de 100 jours. Nous l’avons rencontré en pleine réalisation de ce périple.

L’adjectif qui le décrit le mieux…

«Tenace»

Son dicton préféré…

«Profite comme si demain était le dernier jour de ta vie»

      

Parlez-nous de votre défi. Il y a eu quelques changements…

Oui, on a dû faire de nombreuses modifications sur le projet initial. Je souhaitais à l’origine aller jusqu’en France, mais à cause de la pandémie et des restrictions de déplacement, nous avons dû nous cantonner à la Suisse. J’ai aussi renoncé au vélo, trop dangereux pour moi avec la maladie de Parkinson.

C’est important pour vous de vous fixer des buts?

Oui, même si mes plans ont changé, je voulais parvenir à réaliser ce défi. Et puis je ne le fais pas seulement pour moi. Je veux sensibiliser les gens à ce qu’est vraiment la maladie de Parkinson, leur montrer que ce n’est pas une maladie de vieux (j’ai été diagnostiqué à 35 ans).

Vous souhaitez aussi démontrer les bienfaits du sport et d’une bonne hygiène de vie pour ralentir l’évolution des symptômes. Arrivez-vous à tenir la maladie à distance?

Ce sont des symptômes qui encrassent la vie, mais qui ne doivent pas nous empêcher de continuer à avoir des activités. Car le sport a une énorme importance dans le bien-être au quotidien et dans la motricité. Avec cette maladie, on avite fait de se retrouver devant la télé à ne rien faire. Je veux démontrer qu’on peut continuer à faire des activités physiques, à des rythmes et des conditions différentes bien sûr.

Vous considérez-vous pour autant comme quelqu’un de «malade»?

Je suis conscient d’être malade, mais je ne veux pas que la maladie prenne le pas sur tout le reste. Certes, il y a des choses toutes bêtes que je ne peux plus faire comme du vélo, de la moto… Je dis souvent que Parkinson, c’est un accélérateur de vieillesse. Je vieillis simplement plus vite que les autres.

Quelle définition donneriez-vous à la notion de «bonne santé»?

Il y a deux facettes de la santé. Ce qui se voit à l’extérieur, comme certains symptômes de la maladie : les tremblements, les difficultés d’élocution… Et ce qui est intérieur et que personne ne peut soupçonner, ces choses qui nous rongent, les douleurs… Il faut vivre avec.

Qu’est-ce que la marche vous apporte?

Ça m’apporte le vide, l’espace pour laisser vagabonder mon esprit. Je pense parfois à des choses importantes, mais souvent je ne pense à rien, juste à mettre un pied devant l’autre.

Logistiquement, comment êtes-vous organisé?

J’ai une équipe de quatre personnes qui me suit et m’aide pour les détails du projet. Une équipe de L’EPFL qui travaille sur les maladies neurologiques m’appuie aussi dans cette démarche.

Vous vous êtes parfois blessé lors de vos randonnées… Poussez-vous trop votre corps dans ses limites?

J’ai eu quelques blessures mais je fais avec. Une entorse un jour ne m’empêchera pas de marcher le lendemain, j’avance beaucoup au mental. Je ressens vite quand je dépasse mes limites et j’ai la sagesse de ralentir. Certaines personnes pensent que je suis inconscient, mais c’est comme ça que j’arrive à vivre avec ma maladie. Et quand je me compare à certains malades qui ont Parkinson depuis moins longtemps que moi, je pense que je suis dans la bonne direction!

Utilisez-vous les médecines alternatives?

J’ai essayé des tas de choses. Quand on a Parkinson, il y a sans arrêt quelqu’un pour vous sortir un article de magazine en vous disant « tu devrais essayer ce truc ». Le problème, c’est qu’avec la quantité de soins et de traitements que l’on subit déjà, ça fait beaucoup. Personnellement, je ressens un vrai bénéfice avec les massages. Je vois depuis dix ans un masseur acupuncteur qui n’utilise pas d’aiguilles mais ses doigts. Ses massages sportifs sont parfois douloureux, mais me font du bien.

Êtes-vous attentif à votre alimentation?

J’ai fait plus ou moins attention pendant certaines périodes de ma vie. En ce moment, je m’intéresse sérieusement à l’alimentation végane et au végétarisme. J’ai remarqué qu’arrêter le sucre provoque dans mon corps des changements assez spectaculaires. Mais c’est un drame pour moi car j’y suis accro! Pour réduire ma consommation excessive, je vais bientôt suivre un programme de désintoxication de trois semaines dans une clinique française.

Comment réagit votre entourage face à vos défis sportifs?

Ma maman s’inquiète beaucoup et m’appelle tous les soirs pour savoir si je vais bien! J’ai aussi beaucoup d’amis qui se sont impliqués dans ce défi. Au départ, je ne voulais pas faire quelque chose de médiatisé, c’était un projet pour moi, pour faire un break dans ma vie. Mais les gens qui m’entourent ont trouvé ce projet génial et s’en sont emparés, en ont parlé autour d’eux…

Vous avez réalisé en 2010 un tour du monde en famille. Qu’est-ce que cela vous a apporté?

À l’annonce de la maladie, on a décidé avec mon ex-femme de faire un break. On était sonnés par le diagnostic et on savait ce que cela voulait dire. On voulait un beau souvenir avec nos enfants. Et moi, j’avais besoin de savoir ce que je voulais faire de ma vie, car je n’étais pas forcément heureux professionnellement. Il me reste moins d’années à vivre que les autres, il était hors de question que je les vive comme ça.

Bio express

6 mars 1969 : Naissance à Genève.

1988 : Remporte le titre de champion suisse junior de golf.

1989 à 1997 : Carrière professionnelle de golf.

2004 : Premiers symptômes de la maladie de Parkinson.

2011 : Ouvre un centre de coaching sportif.

2010 : Réalise un tour du monde en famille.

2018 : Survit à un grave accident de scooter.

2020 : Réalise une boucle de plus de 1000 km à travers les Alpes suisses en moins de 100 jours.

____

Pour en savoir plus sur le Défi Parkinson : https://www.defi-parkinson.ch/

______

Paru dans le hors-série «Votre santé», La Côte, Novembre 2020.

   

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Santé des people
alexandre_jollien

Alexandre Jollien: «J’ai compris qu’il me fallait guérir de l’idée de guérir»

Il a fait de la philosophie, de la méditation et de la quête spirituelle son art de vivre. Depuis la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
 PS_licia_cherry_people

«Très tôt, on apprend aux femmes à contenir leur douleur»

Elle n’aime pas s’ennuyer, c’est le moins que l’on puisse dire. Animatrice télé, chanteuse, romancière, autrice jeunesse, maman… Licia Chery mène de front mille vies en une. Alors qu’elle a pris les commandes du jeu « C’est ma question » (RTS) en août 2020, la jeune femme publie un récit poignant retraçant le parcours de son ancêtre Achala lors de la traite atlantique, de l’Afrique jusqu’en Haïti.

«J’avais deux objectifs: nager et prendre du plaisir»

19 heures, 53 minutes et 7 secondes précisément: c’est le temps qu’il a fallu à Noam Yaron pour traverser le lac Léman à la nage dans sa longueur, soit 75 km. Un exploit, préparé de longue date et pour lequel rien n’a été laissé au hasard, dont le Vaudois a accepté de nous parler.
LC_Laurence_Cretegny

«La santé de mes proches passe avant la mienne»

Députée de Bussy-Chardonney (Parti libéral radical), agricultrice, entrepreneure, mère de quatre enfants, Laurence Cretegny ajoute une nouvelle corde à son arc en devenant Présidente du Grand Conseil vaudois pour l’année 2021-2022. Et première femme issue du monde agricole à se hisser à ce poste. Un mandat qui sera placé sous le signe de la responsabilité, de la liberté, et du respect – de l’autre et du territoire –, valeurs chères à son cœur.
Videos sur le meme sujet

Rencontre avec Carole Clair, grande spécialiste du genre en médecine

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque lʹon décède ?

Pour la première fois, des scientifiques ont enregistré lʹactivité dʹun cerveau humain en train de mourir.

Bienvenue dans le monde des métavers

Sarah Dirren vous propose une plongée dans le monde des métavers, ce méta-univers numérique qui réunit le monde réel et le monde virtuel.