Quelle sera la dialyse du futur?

Dernière mise à jour 31/03/16 | Article
Quelle sera la dialyse du futur?
Le vieillissement de la population s’accompagne d’une augmentation de l’insuffisance rénale terminale. Face à cette augmentation et aux défis écologiques actuels, il semble nécessaire d’adapter les traitements existants.

L’insuffisance rénale est une altération de la fonction du rein, qui ne parvient plus à filtrer suffisamment le sang. Elle touche environ 8-16% de la population mondiale. Différents facteurs peuvent en être la cause, principalement le diabète et l'hypertension artérielle.

Quand le rein ne suit plus

Il existe plusieurs stades d’insuffisance rénale, le plus grave étant l’insuffisance rénale terminale. A ce stade, un traitement de substitution est nécessaire: la transplantation rénale ou la dialyse (hémodialyse ou dialyse péritonéale).

La transplantation rénale permet de remplacer le rein défaillant en greffant un rein de donneur. Il s’agit du traitement le plus optimal et la technique est efficace. Toutefois, les listes d’attente sont longues (plusieurs années) et les traitements immunosuppresseurs qui les accompagnent ne sont pas sans risque. La recherche se tourne donc vers la réalisation d’un rein artificiel à partir de cellules souches.

Prise de conscience écologique et nouveaux traitements

L'hémodialyse consiste à prélever le sang, à le dériver dans un filtre, puis à le restituer au patient. Le prélèvement se fait au niveau d'un accès vasculaire spécialement créé au bras, nommé fistule. L'hémodialyse a lieu trois fois par semaine et dure 3-5 heures par séance. Lors de dialyse péritonéale, le patient s'injecte avec l'aide d'un cathéter un liquide de dialyse (le dialysat) dans le ventre, et prélève le dialysat quelques heures plus tard avec l'aide d'un cathéter.

Les deux techniques de dialyse sont contraignantes et perturbent la vie quotidienne. De plus, elles sont  polluantes en raison des quantités d’eau nécessaires (hémodialyse: jusqu'à 500 litres par patient et par séance), du matériel non-recyclable et de l’énergie utilisée. La méthode de dialyse idéale serait donc une technique à faible risque de complications, écologique, à moindre coût, conservant l’indépendance du patient, et accessible aux populations rurales et en voie de développement.

Dans les années 60, les chercheurs de la NASA ont mis au point une technique de purification de l’eau usée, utilisée lors des voyages dans l’espace ou en cas de catastrophes humaines (guerre) pour réduire les quantités d’eau à transporter. Cette méthode a inspiré la dialyse portable à «sorbents», permettant de limiter les besoins en eau (six litres d’eau par séance). La dialyse portable est en cours d’étude et pourrait bientôt devenir réalité. Le grand défi consiste en la transplantation d’un rein élaboré à partir de cellules souches, mais  la recherche en est actuellement à un stade très préliminaire.

_________

Références

Adapté de «Que peut-on attendre de la dialyse dans le futur?», Dr Menno Pruijm, Drese Mélissa Schneider, Dr Sébastien Kissling et Pr Michel Burnier, Service de néphrologie et hypertension, CHUV; Dr François Saucy, Service de chirurgie thoracique et vasculaire, CHUV. In Revue Médicale Suisse 2015:11:514-20. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Papillomavirus: la lutte se précise

Papillomavirus: la lutte se précise

Après le frottis, le test HPV et l’auto-prélèvement, de nouvelles méthodes permettent de dépister ce...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le regard

L’orientation sexuelle? Elle est dans la prunelle!

Découverte américaine: la mesure de la dilatation de votre pupille – dans certaines circonstances bien particulière – permet de savoir où vous vous situez dans le vaste éventail de la sexualité humaine.
Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Jadis on lisait les lignes de la main. Demain on mirera une goutte de sang. Avec sans doute une plus grande précision.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Videos sur le meme sujet

Une nouvelle piste dans la recherche sur les douleurs neuropathiques

Comment venir à bout des douleurs neuropathiques?

Nouvel espoir pour les paraplégiques

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont étudié des rats paraplégiques à qui on a donné une thérapie pour retrouver l'usage de leurs pattes.

La psychologie humaine vient d’être modélisée

Les humains agissent en fonction de mille paramètres qui font appel à la fois à leurs envies, leurs souvenirs, l’instant présent, leur environnement, leurs obligations, leurs croyances ou leur besoin de sécurité.
Maladies sur le meme sujet
Insuffisance rénale

Insuffisance rénale

Le terme d’insuffisance rénale signale que les différentes fonctions des reins se dégradent. On parle d'insuffisance rénale aiguë lorsque cela se produit de manière brutale , et d'insuffisance rénale chronique quand la dégradation s’étend sur une période plus longue et persiste dans le temps.