Les traitements du futur se cachent dans votre sang

Dernière mise à jour 18/11/14 | Article
Les traitements du futur se cachent dans votre sang
Notre sang est précieux. Nous le savons tous, sans pour autant avoir une idée précise de ce qu’il contient.

Nous connaissons les éléments les plus importants (globules, plaquettes...) mais ce que la population ignore souvent, c’est qu’il est également composé à 54% d’un liquide (le plasma) dont la principale fonction est de transporter les déchets dans le corps! Le sang est sollicité 365 jours par année dans les hôpitaux. Jugez plutôt: le CHUV reçoit quotidiennement l’équivalent de 50 dons, soit environ 14 litres de sang. Et rien que pour une opération de pose de prothèse de hanche, ce sont déjà 0,55 l qui sont réquisitionnés. Un chiffre qui grimpe encore lorsque le Service de chirurgie cardiaque effectue une transplantation de cœur ou de poumon, avec 1,7 l pour cette seule intervention!

Du sang pour les chercheurs

Mais depuis quelque temps, les chercheurs ont aussi besoin de notre sang pour pouvoir travailler. Pourquoi? Parce qu’il renferme notre ADN, autrement dit notre génome. Et c’est précisément ce patrimoine génétique qui pourrait constituer les fondations de la médecine de demain, appelée la médecine génomique. Tout a été dit ou presque sur l’acide désoxyribonucléique (le nom scientifique de l’ADN). Il a fallu attendre 2003 pour que cette gigantesque source d’information (il faudrait grosso modo 10 ans à un être humain pour la lire en totalité) soit décodée. De la couleur de nos yeux à notre densité capillaire en passant par notre souplesse, tout semble écrit dans les deux mètres (!) qui composent cette désormais célèbre double hélice.

Les biobanques, ambassades de la recherche

S’il est aujourd’hui très facile (et bien moins cher) de faire décoder son ADN, la communauté scientifique est encore loin d’en avoir percé tous les mystères. Pourtant, les promesses sont infinies: nous pourrions dépister au plus vite les potentiels risques de maladies dans une population ou chez un enfant, trouver des traitements ou même des thérapies directement sur le gène…

Tout semble possible dans un avenir plus si éloigné. Mais pour y arriver, les chercheurs ont besoin d’énormément de données.

Le raisonnement est simple: en recevant les informations de nombreuses personnes souffrant d’une maladie particulière, il sera plus facilement envisageable de déceler le point commun dans leurs génomes et ainsi trouver –un jour– le moyen de combattre la pathologie en question. C’est dans ce but précis que le CHUV et l’UNIL ont créé la Biobanque Institutionnelle de Lausanne (BIL) en 2013, une initiative unique en Europe qui recense déjà les échantillons et données de plusieurs milliers de patients.

Une goutte suffit

Attention, pas question de vampiriser la population: la BIL ne ponctionne que 9 ml de sang, soit une toute petite et unique éprouvette. Et seulement après avoir reçu l’accord du patient dont les données sont codées.

Ensuite? Cette banque est mise à disposition des chercheurs du CHUV, dans un cadre strict défini par une commission d’éthique, ainsi que par la législation cantonale et fédérale. Vous vous dites sûrement: «Mais alors, cela veut dire que mon sang va servir à trouver des super médicaments d’ici quelques années?»

Oui et non. Certes, la recherche sur le génome, ainsi que les moyens qui sont mis en œuvre à Lausanne et partout ailleurs dans le monde, permettent d’envisager un bond fantastique dans les années à venir. Toutefois, les étapes d’une recherche classique sont nombreuses et s’étendent sur plus de 10 ans entre le début des travaux et l’éventuel lancement d’une réalisation concrète!

Ce qui est sûr, c’est que plus les chercheurs auront d’échantillons, moins la recherche avancera à tâtons. Alors… êtes-vous prêt à ajouter votre petite goutte à l’océan?

    

Le sang en chiffres

Dans le corps d’un homme circulent en moyenne 5 à 6 litres de sang, 4 à 5 litres chez une femme et 4 litres chez un enfant.

Dans la moelle rouge des os, naissent chaque jour environ 25 milliards de globules rouges.

Les globules blancs sont 600 fois moins nombreux que les globules rouges.

Un adulte possède 30 milliards de globules rouges, soit 5 fois le tour de la terre, et des cellules 10 fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu.

Chaque jour, le CHUV reçoit 13,75 litres de sang, soit 50 dons. Mais… saviez-vous que: il faut en moyenne 0,55l pour une pose de prothèse totale de la hanche et 1,7l pour une transplantation de cœur ou de poumon.

Lors d’un effort intense, le cœur pompe 30 litres chaque minute! (5l au repos)

         

Articles sur le meme sujet
BV13_recherche_basse_vision

Les défis de la recherche en basse vision

De nombreuses innovations visent à aider les personnes malvoyantes ou aveugles dans leur vie quotidienne. Encore faut-il évaluer celles qui leur sont réellement utiles. C’est notamment le rôle de Fatima Anaflous, cheffe de projet de recherche en basse vision et responsable de la plateforme de recherche sur la réadaptation clinique de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, et de Saliou Sangare, vice-président de la Section vaudoise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) et lui-même malvoyant, qui participe au développement de moyens auxiliaires destinés à la basse vision.
LMD_ameliorer_vue_genes

Améliorer la vue grâce à des injections de gènes

La thérapie génique oculaire a le vent en poupe et pourrait traiter certaines pathologies altérant gravement la vision. Explications.
LMD_traitements_mucoviscidose

Les nouveaux traitements redonnent du souffle aux personnes atteintes de mucoviscidose

Cette maladie génétique, qui touche un millier de personnes en Suisse, se manifeste notamment par un épaississement des sécrétions respiratoires. Elle est due à un dysfonctionnement de la protéine CFTR. Une nouvelle trithérapie donne des résultats «spectaculaires». Explications.
Videos sur le meme sujet

Grande invitée: Noémie Boillat-Blanco, médecin adjointe au Service des maladies infectieuses du CHUV

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une étude suisse sur lʹexposition des enfants aux pesticides voit le jour

Pour la première fois en Suisse, une étude cherche à mesurer l'exposition des enfants aux pesticides dans trois régions viticoles (Valais, Trois Lacs, et près de Zurich) et une zone témoin dans lʹest des Grisons.

Stimulation électrique non invasive pour la moelle épinière

Des électrodes posées sur la peau permettent de retrouver des fonctions dans des mains ou bras paralysés.