Les nanotechnologies s’attaquent aux virus

Dernière mise à jour 01/06/16 | Article
Les nanotechnologies s’attaquent aux virus
Pour prévenir ou traiter les infections respiratoires, des chercheurs lémaniques élaborent des nanoparticules capables de leurrer les virus afin de les détruire. Leur recherche a reçu un prix scientifique Leenaards 2016.

Ils font rarement la une des médias et pourtant, ils provoquent d’importants dégâts. Certes, les virus respiratoires, et notamment les rhinovirus (responsables du rhume), ne génèrent la plupart du temps que des infections bénignes. Mais, chez les personnes fragiles, ces maladies peuvent occasionner des complications (pneumonie, bronchiolite, etc.) pouvant être mortelles. Pourtant on ne dispose d’aucun vaccin contre ces agents pathogènes – à l’exception de celui qui est responsable de la grippe – et l’on manque de traitements antiviraux appropriés.

C’est pourquoi des chercheurs lémaniques ont entrepris de développer des antiviraux susceptibles de lutter contre un large spectre de virus respiratoires. Ce travail a valu à trois d’entre eux, Caroline Tapparel Vu, virologue et professeure-assistante au Département de microbiologie et médecine moléculaire de l’Université de Genève (UNIGE), Laurent Kaiser, chef de service des maladies infectieuses aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et Francesco Stellacci, professeur à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), de recevoir l’un des prix scientifiques Leenaards 2016 qui leur permettra de poursuivre leurs recherches.

Fausse serrure

Nos voies respiratoires sont intérieurement tapissées de cellules munies de minuscules cils et d’autres qui secrètent du mucus. Lorsqu’un virus respiratoire pénètre dans notre nez, notre bouche ou nos yeux, il est «piégé par le mucus, puis chassé par les cils qui l’envoient dans le système digestif où il est éliminé», explique Caroline Tapparel Vu. Toutefois, il arrive parfois à franchir cet obstacle. Il s’accroche alors aux cellules ciliées grâce à un récepteur, une «serrure» dans laquelle il se loge à l’aide d’une protéine de surface que l’on pourrait comparer à une clé. Une fois en place, il s’ouvre et introduit son matériel génétique dans la cellule, ce qui lui permet de se multiplier. C’est ce mécanisme que les chercheurs ont entrepris de bloquer en fabriquant ce que Caroline Tapparel Vu nomme une «fausse serrure».

Nanoparticules d’or

L’originalité de la méthode concoctée par les chercheurs tient au matériau utilisé pour fabriquer ce leurre. Il s’agit de nanoparticules, de petites boules infiniment petites – dix mille fois plus petites qu’un cheveu – sur lesquelles est placé le récepteur cellulaire. Lorsque le virus s’y fixe, il se croit en présence d’une serrure «authentique». Il se désintègre et il est détruit. En outre, s’il tente de ruser en mutant sa clé, «celle-ci n’est plus fonctionnelle et ne lui permet plus de s’accrocher à une “vraie” serrure», précise la chercheuse.

Les premières nanoparticules élaborées à cette fin par l’EPFL étaient faites en or. La virologue les a testées en les mettant en présence de virus respiratoires «prélevés chez des patients des HUG», souligne-t-elle. Elle a alors constaté que les microbes étaient détruits et que les nanoparticules ne présentaient «aucune toxicité» pour les tissus respiratoires qui ont servi de support à l’expérience.

Cependant, même si l’or n’est pas délétère, il est préférable de le remplacer par un matériau biodégradable. La chercheuse compte donc tester «des particules à base de sucres, qui sont déjà d’ailleurs utilisées dans des sprays désodorisants».

Lutter contre Ebola ou Zika

Si la méthode fait la preuve de son efficacité virucide, on peut imaginer y avoir recours à titre préventif. L’entourage d’une personne souffrant d’une infection respiratoire pourrait s’en protéger, soit en utilisant un spray nasal, soit en vaporisant des nanoparticules dans l’habitation. Une autre solution, qui a la préférence de la microbiologiste, serait d’utiliser ces nanoparticules comme traitement pour neutraliser le microbe «au début de l’infection» et l’empêcher de se multiplier.

Les virus respiratoires ne sont d’ailleurs pas les seuls visés. Les auteurs de cette étude espèrent élaborer des leurres capables de mimer les récepteurs partagés par un grand nombre de virus afin d’obtenir des antiviraux à large spectre, «à l’image des antibiotiques qui peuvent lutter contre différentes bactéries». Ils ont déjà en ligne de mire les virus neurotropes (qui s’attaquent aux cellules nerveuses), mais aussi des pathogènes émergents comme Ebola ou Zika.

_________

En vidéo

Combattre les virus respiratoires grâce au monde de l’infiniment petit (Prix Leenaards scientifique 2016).

https://vimeo.com/156652524

 

A LIRE AUSSI

Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche anticancer
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
P21-04_invitée_Burton-Jeangros

«Il est important d’étudier la santé dans son contexte social»

Sociologue spécialisée dans la santé et la médecine à l’Université de Genève, la Pre Claudine Burton-Jeangros est une experte du risque et des inégalités sociales. Rencontre avec cette passionnée de l’humain et des parcours de vie.
LMD_Sclérose_plaques

Sclérose en plaques: un espoir pour les patients atteints d’une forme progressive

Si les avancées en matière de traitements de la sclérose en plaques se sont accélérées ces vingt dernières années, il reste difficile de ralentir les effets des formes dites «progressives» de la maladie, qui concernent près d’un tiers des patients. Une récente étude, ciblée sur la protection du système nerveux central, ouvre néanmoins des perspectives encourageantes.
Gener_preuves_scientifique_débat

Les preuves scientifiques, l’éternel débat?

De nombreuses études prouvent le bien-fondé des médecines complémentaires, selon le Dr Marc Schlaeppi, médecin oncologue et responsable du Centre de médecine intégrative de l’Hôpital cantonal de St-Gall. Interview.
Videos sur le meme sujet

Contrôler les neurones par l'optogénétique

Contrôler les neurones de la moëlle épinière par la lumière, cʹest ce que propose des scientifiques de lʹEcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Protéger le QI des personnes à risque de psychose

Donner des anti-dépresseurs dès lʹenfance pour préserver les facultés intellectuelles des personnes qui souffrent de certaines maladies psychiatriques, c'est d'idée développée dans une étude de lʹUniversité de Genève (Unige).