Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Dernière mise à jour 17/01/13 | Article
Les gènes de la goutte
Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.

La goutte n’a pas que des causes environnementales comme une nourriture riche et des habitudes de sédentaire. Elle possède également une composante génétique que les chercheurs ne connaissent pour l’heure qu’imparfaitement. Un article paru le 23 décembre 2012 dans la version électronique de la revue Nature Genetics apporte de nouvelles informations à ce sujet. Le papier décrit en effet la découverte de 18 nouvelles régions dans le génome humain impliquées dans la variation de la concentration d’acide urique dans le sang, principale cause de la goutte. Explications avec l’une des auteurs principaux du papier, Murielle Bochud, professeure assistante à l’Université de Lausanne et cheffe de clinique de l’Institut universitaire de médecine sociale et préventive au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).

Planète santé: Qu’est-ce que la goutte?

Murielle Bochud: C’est une arthrite aiguë, à savoir une inflammation aigüe des articulations. Elle est très fréquente dans les pays développés, touchant entre 1 et 2% de la population, principalement des hommes et généralement après 50 ans. Cette prévalence est actuellement en augmentation probablement en raison du vieillissement de la population, de facteurs liés aux habitudes alimentaires et au mode de vie, de la recrudescence de l’obésité, etc. C’est une maladie très douloureuse. Elle est pratiquement toujours associée à un taux d’acide urique anormalement élevé dans le sang. Cette anomalie est héritable d’une génération à l’autre (entre 40 et 70% des cas) ce qui justifie la recherche d’une cause génétique.

Qu’avez-vous découvert?

Nous avons identifié 18 nouvelles régions dans le génome humain associées à la variation d’acide urique dans le sang. Si l’on ajoute les régions qui ont été découvertes avant (et que notre étude a confirmées) nous en connaissons maintenant 28. Je précise que nous n’avons pas découvert de façon formelle quels gènes sont en cause mais certaines portions du génome. Chacune d’entre elles comporte plusieurs gènes.

A quoi ces informations vont-elles servir?

Elles permettent de mieux cibler la suite du travail, à savoir l’analyse plus fine des gènes potentiellement impliqués dans cette maladie. Il est plus aisé de concentrer ses efforts sur une cinquantaine de gènes plutôt que sur les 25 000 que compte notre génome. A plus long terme, la découverte des gènes impliqués dans l’apparition de la goutte et la compréhension de leur rôle précis dans ce processus peuvent fournir de nouvelles cibles thérapeutiques. Et donc d’éventuels médicaments.

Etes-vous sûre d’avoir découvert toutes les régions impliquées dans la variation du taux d’acide urique?

Notre méthode est solide dans la mesure où il est à peu près certain que toutes les régions découvertes sont réellement impliquées dans la variation du taux d’acide urique. En d’autres termes, il est peu probable que nous ayons produits des faux positifs. En revanche, notre méthode n’est pas infaillible. Cela signifie qu’il n’est pas exclu, en effet, que certaines régions soient passées inaperçues, notamment lorsque des variants génétiques rares sont en cause.

Combien de patients ont été enrôlés?

Environ 140000 personnes d’origine européenne. Grâce à un échantillon aussi vaste, nous avons pu détecter des variants génétiques associées à des changements très petits de l’acide urique entre les individus. Une centaine d’équipes du monde entier ont participé à l’étude. De notre côté, nous avons contribué avec les 6000 habitants de la Ville de Lausanne participant à l’étude CoLaus (Cohorte lausannoise, dirigée par les professeurs Peter Vollenweider et Gérard Waeber du CHUV, lire ci-contre).

Comment avez-vous opéré?

Le génome entier des patients a d’abord été passé au crible à l’aide de puces à ADN. Grâce à des méthodes statistiques bien rôdées, nous avons ensuite pu mettre en évidence des marqueurs génétiques qui sont associés, plus souvent que le hasard ne le permettrait, à des variations du taux d’acide urique dans le sang. Les marqueurs, qui sont des petites variations dans le code génétique existant entre les individus, nous informent que quelque part dans leur entourage est situé un gène impliqué dans la variation du taux d’acide urique.

La fonction des gènes situés dans ces environs est-elle connue?

Pas pour tous. Mais les régions que nous avons identifiées contiennent, entre autres, des types de gènes particuliers comme ceux qui sont impliqués dans le contrôle du métabolisme du glucose. C’est une découverte qui fait sens puisqu’il existe un lien entre la fonction de certains de ces gènes et la production d’acide urique.

A LIRE AUSSI

Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Papillomavirus: la lutte se précise

Papillomavirus: la lutte se précise

Après le frottis, le test HPV et l’auto-prélèvement, de nouvelles méthodes permettent de dépister ce...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PULS_patients_virtuels_recherche

Patients virtuels pour recherche réelle

Une équipe des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) utilise des patients virtuels pour faire de la recherche clinique. Des milliers de personnes porteuses du VIH pourraient en profiter.
Puls_Centre_simulation

Apprendre sans risque grâce à la simulation médicale

Haut lieu d’apprentissage, le Centre interprofessionnel de simulation à Genève offre aux étudiants et au personnel de la santé l’occasion de se former dans un contexte quasiment réel. Une méthode pédagogique fondée sur la coopération entre les différents corps de métiers.
Videos sur le meme sujet

Bienvenue dans le monde des pandoravirus

Silvio Dolzan vous emmène dans un monde bizarre, entre les virus et les cellules à noyau: celui des pandoravirus.