«Les avancées de la génétique vont changer la pratique de la médecine et l’éthique de la procréation»

Dernière mise à jour 26/06/17 | Questions/Réponses
interview_antonarakis_genetique
Directeur du département de médecine génétique de l’Université de Genève, le professeur Stylianos Antonarakis a étudié les causes de plusieurs maladies héréditaires et découvert des gènes responsables de la trisomie 21. Il retrace son parcours et évoque l’avenir du diagnostic génétique.

Planète Santé: Votre diplôme de médecine en poche, vous vous êtes spécialisé d’abord dans la pédiatrie, puis vous avez bifurqué vers la génétique médicale et la recherche sur les maladies génétiques. Pourquoi ce choix?

Bio express

1974 Diplôme de médecine de l’Université d’Athènes (Grèce).

1982 Doctorat puis post-doctorat en génétique médicale au John Hopkins University School of Medicine, Baltimore (États-Unis).

1991 Nommé professeur dans ce même établissement.

1992 Arrivée à Genève pour y développer la génétique médicale.

2000 Fin du séquençage du chromosome 21.

2011 Création de la «Clinique du génome».

Pr S. Antonarakis: Je voulais m’orienter vers l’inconnu, car les choses qui sont acquises ne m’intéressent pas. Or, en médecine, à l’époque –années 1970–, on ne connaissait rien aux bases génétiques des maladies héréditaires. Je suis donc allé me former à la génétique médicale dans le plus grand institut existant dans ce domaine, le John Hopkins University School of Medicine, à Baltimore aux États-Unis. J’en suis parti quinze ans plus tard, professeur et responsable d’un grand laboratoire.

Pourquoi êtes-vous venu vous installer à Genève?

Ma femme et moi, nous voulions revenir en Europe car le café y est meilleur (rires). Je voulais travailler dans un pays où je pourrais développer la génétique médicale. J’ai constaté que l’Université de Genève avait la volonté de développer cette discipline et était prête à s’en donner les moyens. J’ai donc choisi de m’installer ici.

D’ailleurs, bien plus tard, en 2011, vous avez créé à Genève la «Clinique du génome». De quoi s’agit-il?

C’est une clinique avant-gardiste en Suisse et en Europe où les individus peuvent recevoir un diagnostic de leurs maladies génétiques sur la base du séquençage de leur génome. Pour les pathologies monogéniques, liées à la défaillance d’un seul gène, nous avons un très bon taux de détection. Nous pouvons offrir un diagnostic précis à 30% des patients, contre 4 à 5% auparavant.

Revenons à votre carrière de chercheur. Vous avez étudié plusieurs maladies héréditaires, notamment l’hémophilie, un trouble de la coagulation sanguine. Pourquoi?

D’abord parce que c’est une maladie génétique assez fréquente. Mais aussi parce qu’elle est liée à la défaillance d’un gène (celui du facteur VIII) situé sur le chromosome X, l’un des deux chromosomes sexuels. C’est pour cette raison qu’elle n’affecte que les garçons, qui ont un seul chromosome X –les filles en ont deux exemplaires, donc si l’un d’eux renferme le «mauvais» gène, l’autre peut pallier cette défaillance. Cette maladie était donc un bon modèle pour répondre à la question que l’on se posait: quels sont les types de mutations qui causent les maladies génétiques?

Nous avons ensuite créé une souris porteuse de la maladie que nous avons traitée en lui donnant la protéine qui lui manquait, le facteur VIII, produite par génie génétique. Cela a été une grande victoire car après, nous n’avons plus eu à nous battre pour prouver l’utilité du génie génétique à visée thérapeutique.

Cela dit, c’est à la trisomie 21 que vous devez votre plus grande renommée.

Les enfants trisomiques portent trois copies du chromosome 21, le plus petit du génome, au lieu de deux. Il y a trente ans, quand on a compris que pour pouvoir étudier les maladies génétiques il fallait pouvoir «lire» le génome humain, j’ai participé au séquençage de ce chromosome. Une fois connue l’infrastructure de ce matériel génétique, on a pu identifier des gènes responsables de la maladie.

Quelles ont été les implications cliniques?

Le travail était difficile, car il y a plus de deux cents gènes impliqués dans la trisomie 21 et chacun d’eux pourrait contribuer à la maladie. Toutefois, le décryptage de ce chromosome a permis de faire des progrès dans la détection de la maladie chez le fœtus. Il a permis aussi de mieux comprendre certains symptômes, comme la maladie d’Alzheimer précoce chez les personnes trisomiques. Mais on ne connaît toujours pas les gènes responsables de la déficience intellectuelle. Mon plus grand souhait serait de les découvrir.

Au rythme où va la génétique, dans le futur, on pourra prédire à un enfant les maladies dont il souffrira dans sa vie ou celles auxquelles il sera prédisposé. Ce déterminisme génétique n’est-il pas effrayant?

Il existe un déterminisme important pour les maladies monogéniques. Cependant, la plupart des pathologies sont polygéniques (liées à plusieurs gènes). Dans ces cas, on pourra seulement indiquer à l’enfant qu’il a un certain risque statistique de développer l’une ou plusieurs d’entre elles. Il y a toujours une part d’inconnu et de hasard.

En outre, si une personne sait qu’elle est prédisposée à souffrir de telle ou telle pathologie, elle peut modifier son mode de vie pour diminuer l’effet de ses «mauvais» gènes et accroître celui des «bons». Toutefois, cela va changer la pratique de la médecine et l’éthique de la procréation. Dans un lointain futur, les individus choisiront peut-être le partenaire avec qui ils veulent concevoir un enfant en fonction de son patrimoine génétique.

N’est-ce pas la porte ouverte à l’eugénisme?

Ce n’est pas un eugénisme imposé. Vous savez bien qu’aucun couple ne souhaite que son futur enfant souffre d’une maladie sérieuse. S’il y a un moyen médical, éthiquement accepté par la société, de corriger les erreurs de la nature, pourquoi ne pas l’utiliser?

______

Paru dans Planète Santé magazine N° 26 - Juin 2017

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Technologie
plongée_médecine_hyperbare

Plongée dans la médecine hyperbare

Avec ses gros hublots, elle a l’air d’un sous-marin échoué dans les sous-sols des Hôpitaux universitaires...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_arthrose_traitement

Arthrose: le traitement se cache-t-il en nous?

On pensait le cartilage entourant nos os adultes incapable de se régénérer. Il n’en serait rien. Les découvertes d’une étude américaine ouvrent même des perspectives intéressantes face à l’arthrose.
LMD_migraine

Migraine: des médicaments préventifs très attendus

De nouveaux traitements de fond contre les migraines ont fait leur entrée sur le marché suisse en 2018. Une première vague de patients a pu en bénéficier, mais le remboursement reste restreint.
Videos sur le meme sujet

Du nouveau sur les maladies intestinales inflammatoires

Des chercheurs de lʹHôpital de lʹIle, à Berne, ont annoncé avoir identifié des modifications dans la flore intestinale de personnes souffrant de maladies inflammatoires intestinales.

De nouvelles études sur la chloroquine

L'utilisation de lʹhydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19 semble induire une meilleure guérison.

La transfusion de plasma contre le Covid-19

Prélever des anticorps chez les patients guéris du Covid-19 et les administrer à des patients encore malades pour les aider à combattre le virus, c'est l'idée de l'essai clinique Coviplasm qui démarre en France.