Le traitement de la dernière chance pour les défaillances cardiaques

Dernière mise à jour 31/03/16 | Article
Le traitement de la dernière chance pour les défaillances cardiaques
Première mondiale, un procédé thérapeutique permettant de traiter une valve cardiaque endommagée a été mis sur le marché. Ce dispositif concerne les personnes qui courent un risque élevé à supporter une chirurgie classique à cœur ouvert.

La chirurgie cardiaque ne cesse d’évoluer. Les techniques sont de moins en moins invasives. Dernière avancée en la matière, celle de médecins du King’s College Hospital à Londres, qui ont annoncé avoir pratiqué une mini-chirurgie cardiaque – la pose d’un ballon – sur un patient ne pouvant pas subir une chirurgie lourde.

Pionnier et guéri

Premier à bénéficier de cette thérapeutique, Richard Reach, un ouvrier britannique de 59 ans. Ce dernier s’est retrouvé avec une valve endommagée après une crise cardiaque. L’estimant trop fragile pour bénéficier d’une chirurgie à cœur ouvert, les médecins ont obtenu l’autorisation d’essayer sur lui un nouveau système: la pose d’un ballon. Cinq mois après sa mise en place, le cœur du patient avait suffisamment récupéré pour pouvoir enfin être opéré.

Une approche originale et simple

Afin de stopper le refoulement sanguin du malade, un ballon, de la taille d’un petit piment, est inséré par laparoscopie (chirurgie mini-invasive), à l’endroit où la valve est endommagée. Connecté à un port sous la peau, il peut être gonflé pour arrêter le reflux de sang et dégonflé en fonction de l’état du patient. «En utilisant un ballon ajustable pour réduire la quantité de sang qui fuit à travers la vanne, le cœur a une chance de récupérer suffisamment pour résister à une chirurgie de la valve classique», précise le Professeur Olaf Wendler, chef de l’équipe chirurgicale. D’après lui, cette technique pourrait s’appliquer plus largement: «L’insuffisance cardiaque concernant 1,5% de la population du Royaume Uni, 5 à 10% de ces patients pourraient en bénéficier.» Des études devront néanmoins être menées pour établir quel type de patients pourra bénéficier de cette technique.

_________

Références

Adapté de «Balloon “last chance treatment” for heart failure», Smitha Mundasad, BBC News–Health, janvier 2016.

 

 

 

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Papillomavirus: la lutte se précise

Papillomavirus: la lutte se précise

Après le frottis, le test HPV et l’auto-prélèvement, de nouvelles méthodes permettent de dépister ce...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le regard

L’orientation sexuelle? Elle est dans la prunelle!

Découverte américaine: la mesure de la dilatation de votre pupille – dans certaines circonstances bien particulière – permet de savoir où vous vous situez dans le vaste éventail de la sexualité humaine.
Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Jadis on lisait les lignes de la main. Demain on mirera une goutte de sang. Avec sans doute une plus grande précision.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Videos sur le meme sujet

Une nouvelle piste dans la recherche sur les douleurs neuropathiques

Comment venir à bout des douleurs neuropathiques?

Nouvel espoir pour les paraplégiques

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont étudié des rats paraplégiques à qui on a donné une thérapie pour retrouver l'usage de leurs pattes.