La santé des femmes fragilisée par leur sous-représentation en recherche clinique

Dernière mise à jour 07/10/16 | Article
Les études cliniques ont souvent mis les femmes de côté, bien qu’elles représentent la moitié de la population mondiale. Cette exclusion mène à une prise en charge médicale de moindre qualité.

En 2009, les études avec financement public publiées dans les journaux de médecine interne à fort impact n’incluaient que 38% de femmes. Un manque de données qui a des conséquences importantes, hommes et femmes n’étant pas équivalents du point de vue biologique. Le débit cardiaque, le poids, la durée du transit, le métabolisme, l’élimination des substances tout comme l’expression ou la sensibilité de certains récepteurs, les hormones sexuelles et leurs fluctuations, changent considérablement d’un sexe à l’autre.

Ainsi, les femmes bénéficient d’une prévention, d’une détection et d’une prise en charge des maladies de moins bonne qualité, et elles répondent moins bien aux traitements, conçus majoritairement pour des hommes. Les analyses montrent aussi qu’elles sont plus souvent traitées en deçà de ce qui est recommandé et qu’elles souffrent davantage d’effets secondaires.

Une génitrice avant tout

Il faut remonter au XIXe siècle pour comprendre les raisons de cette sous-représentation féminine dans la recherche clinique. Au moment de l’apparition de la médecine expérimentale, véritable tournant pour la science, la femme est cantonnée à son rôle d’épouse et de mère. Eloignée des domaines publics de la société et considérée par celle-ci comme inférieure à l’homme, elle est avant tout perçue comme une génitrice.

Il faudra attendre longtemps pour que les mentalités évoluent. Ainsi, dans les années 1970, le milieu médical qui continue à ne percevoir la femme que par le prisme d’une éventuelle maternité l’exclut de la recherche de crainte d’exposer un fœtus à des risques pharmacologiques. Cette peur est si importante que même les femmes célibataires, sous contraception ou dont le mari a subi une vasectomie, sont écartées des études. Dans la pratique, cette discrimination va s’étendre à toutes les phases cliniques et même aux femmes de plus de 65 ans.

Le tournant des années 90

Il faudra attendre les années 90 pour que le monde médical réalise l’impact de cette faible participation sur l’efficacité des traitements et l’indésirabilité de leurs effets. En 1993, la Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis publie une «Guideline for the study and evaluation of gender differences in the clinical evaluation of drugs» (Recommandations pour l’étude et l’évaluation des différences de genre dans les études cliniques portant sur des médicaments), marquant la fin de l’exclusion des femmes. Lors de cette décennie, l’on promeut aussi une meilleure connaissance de leur santé avec la création en 1995 du département Genre, femmes et santé de l’OMS et du Réseau canadien pour la santé des femmes en 1993. En Suisse, le service Gender Health ne date que de 2001, alors que le Conseil de l’Europe attend 2006 pour éditer des recommandations favorisant l’inclusion des femmes dans les essais cliniques.

Inclure les femmes enceintes

Aujourd’hui, la communauté scientifique est consciente de la nécessité d’inclure suffisamment de femmes dans les études, même si l’analyse des données en fonction du genre est encore trop rare. Ainsi, en 2009, 64% des études publiées dans les journaux à fort impact de médecine interne n’en font encore mention ni dans leurs analyses, ni dans leurs données de base. Par ailleurs, l’inclusion des femmes enceintes dans les différentes phases d’études reste une question importante. La grossesse n’étant pas une protection contre les pathologies, les personnes concernées risquent de recourir à un traitement qui n’aura pas été adapté à leurs besoins.

La responsabilité de tous

Il sera probablement nécessaire de surreprésenter les femmes dans les études pour combler le manque de connaissances à leur sujet. Ce, en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’analyser les spécificités des pathologies et des traitements sur les femmes, et non d’étudier des problèmes spécifiquement féminins. Plus largement, il s’agit de promouvoir une médecine équitable entre les sexes, une responsabilité qui doit être partagée non pas seulement par le législateur ou le chercheur mais par tous les acteurs de la santé.

_________

Références

Adapté de «Les femmes, oubliées de la recherche clinique», Drs Mélisa Mathilde Potterat, Yvan Monnin, Pr Antoinette Pechère et Dr Idris Guessous, Service de médecine de premier recours, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), In Revue Médicale Suisse 2015;11:1733-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Recherche anticancer
LMD_vaccin_anti_cancer

Un vaccin anti-cancer pour bientôt?

Un vaccin contre le cancer pourrait-il bientôt être massivement déployé pour éviter la rechute chez les...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_comment_ARNm_histoire

Comment l’ARN messager va changer l’histoire de la médecine

La pandémie de Covid-19 aura permis un bond de géant dans la recherche en vaccinologie. La technologie de l’ARN messager (ARNm) s’est révélée être un outil performant pour combattre le virus et marque un tournant en médecine.
P21-04_invitée_Burton-Jeangros

«Il est important d’étudier la santé dans son contexte social»

Sociologue spécialisée dans la santé et la médecine à l’Université de Genève, la Pre Claudine Burton-Jeangros est une experte du risque et des inégalités sociales. Rencontre avec cette passionnée de l’humain et des parcours de vie.
LMD_Sclérose_plaques

Sclérose en plaques: un espoir pour les patients atteints d’une forme progressive

Si les avancées en matière de traitements de la sclérose en plaques se sont accélérées ces vingt dernières années, il reste difficile de ralentir les effets des formes dites «progressives» de la maladie, qui concernent près d’un tiers des patients. Une récente étude, ciblée sur la protection du système nerveux central, ouvre néanmoins des perspectives encourageantes.
Videos sur le meme sujet

Se relever malgré une maladie neurodégénérative

Des chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) et du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) ont testé un implant électronique capable de réactiver la moelle épinière dʹune personne souffrant dʹhypotension orthostatique.

Un labo pour lʹingénierie des véhicules pour personnes à mobilité réduite

Un nouveau laboratoire vient dʹouvrir à la Haute école spécialisée bernoise consacré aux véhicules pour personnes lésées de la moelle épinière.

Des fourmis "renifleuses" de cancers

Des chercheurs ont appris à des spécimens d'une espèce de fourmis à reconnaître des cellules cancéreuses en reniflant les composés organiques volatils de lignées cellulaires.