La santé des femmes fragilisée par leur sous-représentation en recherche clinique

Dernière mise à jour 07/10/16 | Article
Les études cliniques ont souvent mis les femmes de côté, bien qu’elles représentent la moitié de la population mondiale. Cette exclusion mène à une prise en charge médicale de moindre qualité.

En 2009, les études avec financement public publiées dans les journaux de médecine interne à fort impact n’incluaient que 38% de femmes. Un manque de données qui a des conséquences importantes, hommes et femmes n’étant pas équivalents du point de vue biologique. Le débit cardiaque, le poids, la durée du transit, le métabolisme, l’élimination des substances tout comme l’expression ou la sensibilité de certains récepteurs, les hormones sexuelles et leurs fluctuations, changent considérablement d’un sexe à l’autre.

Ainsi, les femmes bénéficient d’une prévention, d’une détection et d’une prise en charge des maladies de moins bonne qualité, et elles répondent moins bien aux traitements, conçus majoritairement pour des hommes. Les analyses montrent aussi qu’elles sont plus souvent traitées en deçà de ce qui est recommandé et qu’elles souffrent davantage d’effets secondaires.

Une génitrice avant tout

Il faut remonter au XIXe siècle pour comprendre les raisons de cette sous-représentation féminine dans la recherche clinique. Au moment de l’apparition de la médecine expérimentale, véritable tournant pour la science, la femme est cantonnée à son rôle d’épouse et de mère. Eloignée des domaines publics de la société et considérée par celle-ci comme inférieure à l’homme, elle est avant tout perçue comme une génitrice.

Il faudra attendre longtemps pour que les mentalités évoluent. Ainsi, dans les années 1970, le milieu médical qui continue à ne percevoir la femme que par le prisme d’une éventuelle maternité l’exclut de la recherche de crainte d’exposer un fœtus à des risques pharmacologiques. Cette peur est si importante que même les femmes célibataires, sous contraception ou dont le mari a subi une vasectomie, sont écartées des études. Dans la pratique, cette discrimination va s’étendre à toutes les phases cliniques et même aux femmes de plus de 65 ans.

Le tournant des années 90

Il faudra attendre les années 90 pour que le monde médical réalise l’impact de cette faible participation sur l’efficacité des traitements et l’indésirabilité de leurs effets. En 1993, la Food and Drug Administration (FDA) des Etats-Unis publie une «Guideline for the study and evaluation of gender differences in the clinical evaluation of drugs» (Recommandations pour l’étude et l’évaluation des différences de genre dans les études cliniques portant sur des médicaments), marquant la fin de l’exclusion des femmes. Lors de cette décennie, l’on promeut aussi une meilleure connaissance de leur santé avec la création en 1995 du département Genre, femmes et santé de l’OMS et du Réseau canadien pour la santé des femmes en 1993. En Suisse, le service Gender Health ne date que de 2001, alors que le Conseil de l’Europe attend 2006 pour éditer des recommandations favorisant l’inclusion des femmes dans les essais cliniques.

Inclure les femmes enceintes

Aujourd’hui, la communauté scientifique est consciente de la nécessité d’inclure suffisamment de femmes dans les études, même si l’analyse des données en fonction du genre est encore trop rare. Ainsi, en 2009, 64% des études publiées dans les journaux à fort impact de médecine interne n’en font encore mention ni dans leurs analyses, ni dans leurs données de base. Par ailleurs, l’inclusion des femmes enceintes dans les différentes phases d’études reste une question importante. La grossesse n’étant pas une protection contre les pathologies, les personnes concernées risquent de recourir à un traitement qui n’aura pas été adapté à leurs besoins.

La responsabilité de tous

Il sera probablement nécessaire de surreprésenter les femmes dans les études pour combler le manque de connaissances à leur sujet. Ce, en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’analyser les spécificités des pathologies et des traitements sur les femmes, et non d’étudier des problèmes spécifiquement féminins. Plus largement, il s’agit de promouvoir une médecine équitable entre les sexes, une responsabilité qui doit être partagée non pas seulement par le législateur ou le chercheur mais par tous les acteurs de la santé.

_________

Références

Adapté de «Les femmes, oubliées de la recherche clinique», Drs Mélisa Mathilde Potterat, Yvan Monnin, Pr Antoinette Pechère et Dr Idris Guessous, Service de médecine de premier recours, Département de médecine communautaire, de premier recours et des urgences, Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), In Revue Médicale Suisse 2015;11:1733-6, en collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
genomique_personnalisera

La génomique personnalisera les soins donnés aux patients

La médecine de précision promet d’améliorer les diagnostics, d’adapter les traitements à chaque personne, mais aussi de prévenir de manière plus ciblée, voire de prédire les maladies.
Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Cette prouesse technique laisse espérer de futurs progrès dans le domaine de la médecine régénératrice.

Les bactériophages, des virus qui remplacent les antibiotiques

Avec l’émergence de «superbactéries» résistant à tous les traitements, une approche thérapeutique revient au goût du jour. En Suisse, l’Université de Lausanne et le CHUV y travaillent.
Videos sur le meme sujet

La génomique environnementale

Stimulée par l’accélération des technologies du séquençage de l’ADN, la génomie environnementale ouvre des perspectives vertigineuses aux sciences du vivant.

Lausanne, capitale de l'immunothérapie

L'immunothérapie est une arme supplémentaire, à côté de la chirurgie, de la radiothérapie et de la chimiothérapie, dans la lutte contre le cancer.

10 minutes pour décrocher de la coke

L’addiction à la cocaïne se soigne.