La génomique environnementale

Dernière mise à jour 04/02/16 | Audio
Loading the player ...
Stimulée par l’accélération des technologies du séquençage de l’ADN, la génomie environnementale ouvre des perspectives vertigineuses aux sciences du vivant.

Rédigé par des chercheurs du CNRS, un livre vient de paraître sur ce nouveau champ de recherche.

Présentation avec Dominique Joly, directrice scientifique adjointe de l’Institut écologie et environnement du CNRS, et co-auteur de "Empire du Vivant, l’ADN de l’Environnement".

A l’orée des années 2000, le séquençage à haut débit révolutionnait les capacités et la rapidité d’analyse de l’ADN. Grâce à ces nouvelles technologies, il est désormais possible d’inventorier et de caractériser des milliers d’espèces de macro et de micro-organismes, et d’accéder en quelques heures seulement à la séquence complète d’une bactérie. Les scientifiques peuvent également, à partir d’un simple échantillon de sol ou d’eau, connaître l’information génétique contenue dans de l’ADN ancien.

C’est ainsi une "datavalanche" de données de séquençage d’ADN qui tombe dans les éprouvettes des scientifiques. Mais à quoi peuvent bien servir toutes ces informations?

Selon ses promoteurs, ce nouveau champ de recherche représente une opportunité exceptionnelle pour répondre aux défis du XXle siècle dans les domaines de l’environnement, du réchauffement climatique et de la biodiversité. Plus généralement, la génomique environnementale devrait permettre de mieux maîtriser les impacts des changements globaux sur les écosystèmes.

On en parle avec Dominique Joly, directrice scientifique adjointe de l’Institut écologie et environnement du CNRS, et co-auteur de "Empire du Vivant, l’ADN de l’Environnement", paru aux éditions du Cherche midi, interrogée par Lucile Solari.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements

Rencontre avec François Spertini, spécialiste du système immunitaire

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.
Lire la suite
Technologie

Médecine digitale : la santé connectée

Le "quantified Self" ou "auto-quantification" consiste à récolter des données sur soi-même à l'aide de capteurs.
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
habitat_bien-etre_liens

Habitat et bien-être, des liens étroits

À l’heure où la recherche de logement en Suisse romande ressemble à un parcours du combattant, on peut s’interroger sur l’impact des déménagements sur le bien-être au cours de la vie. Le Dr Bram Vanhoutte, sociologue à l’Université de Manchester, s’est intéressé à cette question.
traitements_sida_sallègent

Les traitements du sida ne cessent de s’alléger

Un comprimé par jour, beaucoup moins d’effets secondaires: les trithérapies ont connu de grandes avancées ces dernières années. Mais elles ne parviennent toujours pas à éliminer le virus.
Hépatite B: les ruses du virus

Hépatite B: les ruses du virus

Lorsqu’il est menacé par notre système immunitaire, le virus de l’hépatite B contre-attaque pour parvenir à se multiplier dans nos cellules. Une équipe internationale, menée par des chercheurs genevois, a élucidé une de ses parades, ouvrant la voie à de nouveaux traitements contre cette infection du foie.
Videos sur le meme sujet

Resynchroniser des neurones pour gommer la schizophrénie

La recherche fondamentale élucide un mécanisme cérébral impliqué dans la schizophrénie.

Des pseudo-embryons de souris pour aider la recherche

Des chercheurs de l’Université de Genève (Unige), de l’Université de Cambridge et de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ont développé des pseudo-embryons artificiels de souris, capables de former les trois axes majeurs de l'organisme.

Quand des personnes paraplégiques réussissent à remarcher

En Suisse, au Laboratoire de marche du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), trois patients paraplégiques ont pu marcher grâce à une stimulation électrique via un implant et des mois d’entrainement.