Hépatite B: les ruses du virus

Dernière mise à jour 26/04/16 | Article
Hépatite B: les ruses du virus
Lorsqu’il est menacé par notre système immunitaire, le virus de l’hépatite B contre-attaque pour parvenir à se multiplier dans nos cellules. Une équipe internationale, menée par des chercheurs genevois, a élucidé une de ses parades, ouvrant la voie à de nouveaux traitements contre cette infection du foie.

Très répandue dans le monde, l’hépatite B est souvent bénigne. Toutefois, lorsqu’elle devient chronique, elle peut engendrer des cirrhoses et des cancers du foie. D’après l’OMS, ces infections tueraient chaque année près de 800 000 personnes sur la planète. Même s’il existe déjà des médicaments efficaces contre cette maladie, il reste nécessaire d’élaborer de nouvelles stratégies de lutte. A cette fin, il faut comprendre comment le virus de l’hépatite B (VHB) parvient à envahir le foie en contournant le système immunitaire. C’est ce mécanisme que des chercheurs de l’Université de Genève ont élucidé, en collaboration avec leurs collègues français de l’Université Claude-Bernard à Lyon et du laboratoire américain Gilead.

Des micro-organismes dépendants

Les virus sont des micro-organismes surprenants. Incapables de se reproduire seuls, ils dépendent de la machinerie des cellules de leur hôte pour se développer et se multiplier. Ils se fixent à une protéine (un récepteur) située à la surface de la cellule et qui fait office de serrure dont ils ont la clé, puis ils fusionnent leur propre membrane avec celle de la cellule dans laquelle ils introduisent leur matériel génétique.

Certains virus mêlent leur génome à celui de leur hôte. Cela leur permet de fabriquer des composants qui, en s’assemblant, donnent naissance à de nouveaux virus. Ces derniers sortent ensuite de la cellule-hôte et vont infecter les cellules voisines. D’autres virus parviennent au même résultat, mais en procédant de manière différente. C’est le cas du VHB, dont le génome circulaire reste indépendant de celui de la cellule. «On ne sait pas pourquoi il se comporte ainsi, car il court alors un risque», souligne Michel Strubin, professeur-associé au Département de microbiologie et médecine moléculaire de l’Université de Genève (UNIGE). Il est, en effet, pris pour cible par les défenses de la cellule et en particulier par ce que l’on nomme des «facteurs de restriction». Ces protéines détectent certains composants viraux et s’y fixent de manière à «bloquer l’accès à la machinerie cellulaire au génome viral», explique le virologue. Dans le cas du VHB, elles sont en forme d’anneau.

La parade du virus

«Si l’histoire s’arrêtait là, il n’y aurait pas d’infection», poursuit-il. Mais le virus a trouvé la parade. Il produit une molécule, la protéine X, dont le rôle a été élucidé par les chercheurs. Elle a pour fonction d’«amener l’anneau dans une “poubelle moléculaire”, une structure que nos cellules utilisent pour dégrader les composants qui ne sont plus nécessaires à leur survie», explique Michel Strubin. De cette manière, le facteur de restriction est détruit et le VHB peut poursuivre sa multiplication.

Les auteurs de l’étude en ont apporté la preuve en travaillant sur des souris possédant des cellules de foie humaines, donc susceptibles d’avoir une hépatite B. «Lorsque les cellules ne sont pas infectées, on voit le facteur de restriction dans leur noyau. En revanche, lorsqu’elles sont infectées, cet anneau disparaît».

Nouvelle stratégie thérapeutique

Maintenant que l’on sait à quoi sert la protéine X, on peut envisager de traiter l’infection en la neutralisant. Une solution serait de l’empêcher de se fixer à la «boîte à ordures». Toutefois, «cela risque d’être une tâche impossible», commente le chercheur de l’UNIGE. Ce dernier envisage plutôt de laisser la protéine s’accrocher à la «poubelle», mais ensuite de «l’empêcher d’y jeter l’anneau».

Le laboratoire Gilead a déjà entrepris d’identifier des molécules qui pourraient faire ce travail. Le chemin sera toutefois long avant qu’on puisse disposer de médicaments utilisables. Il faudra notamment vérifier que ces traitements potentiels «n’auront pas d’effets secondaires néfastes et que le virus ne parviendra pas à y échapper en mutant».

Si cette nouvelle stratégie de lutte contre le VHB portait ses fruits, une approche similaire pourrait être envisagée contre les virus de l’herpès ou du papillomavirus humain qui possèdent également un génome circulaire. Toutefois, «cela reste hypothétique», conclut Michel Strubin.

A LIRE AUSSI

Troubles de la vision
bv_dossier_ophtalmologie_2.0

Ophtalmologie 2.0: ces innovations en passe de transformer les soins de demain

Depuis une vingtaine d’années, les progrès que connaît l’ophtalmologie sont incessants. Lasers, injections...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet

«La médecine personnalisée, ce n’est pas le futur, mais le présent»

Nous ne sommes pas égaux face à un médicament donné. Grâce à la pharmacogénomique, on peut désormais prédire quels seront les effets d’un traitement sur chacun, en fonction de ses gènes et de son mode de vie. La Pre Caroline Samer, responsable de l’Unité de pharmacogénomique et de thérapies personnalisées aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), est une grande spécialiste de cette nouvelle discipline.
demeces_greffe_neurones

Démences: l’espoir des greffes de neurones

Pour lutter contre les ravages des démences, la recherche scientifique s’acharne. Parmi les pistes de recherche, les thérapies cellulaires, qui suscitent un réel espoir.
Gener_preuves_scientifique_débat

Les preuves scientifiques, l’éternel débat?

De nombreuses études prouvent le bien-fondé des médecines complémentaires, selon le Dr Marc Schlaeppi, médecin oncologue et responsable du Centre de médecine intégrative de l’Hôpital cantonal de St-Gall. Interview.
Videos sur le meme sujet

Protéger le QI des personnes à risque de psychose

Donner des anti-dépresseurs dès lʹenfance pour préserver les facultés intellectuelles des personnes qui souffrent de certaines maladies psychiatriques, c'est d'idée développée dans une étude de lʹUniversité de Genève (Unige).

Remplacer, réduire et améliorer l'expérimentation animale

Comment améliorer les conditions des expérimentations animales dans la recherche en neurochirurgie ?

De mini cerveaux créés en laboratoire à des fins de recherche

À la haute école du paysage, d'ingénierie et d'architecture de Genève (HEPIA) un groupe de génie tissulaire cultive de mini cerveaux qui pourraient servir dans la recherche médicale et toxicologique.
Maladies sur le meme sujet
Les hépatites virales

Hépatite C

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Les hépatites virales

Hépatites B et D

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E

Les hépatites virales

Hépatites A et E

Les hépatites virales sont des maladies inflammatoires du foie causées par différents virus, dont les virus de l’hépatite A, B, C, D ou E