Génétique: quels espoirs pour la médecine?

Dernière mise à jour 21/07/16 | Article
La génétique a déjà toute sa place en médecine, notamment en matière de prédiction des risques, de diagnostic, mais aussi de traitements personnalisés. A l’avenir, son importance pourrait encore grandir. Aujourd’hui en effet, décrypter le génome humain –c’est-à-dire «déchiffrer» les trois milliards de lettres qui composent notre ADN– est possible à un prix abordable, et qui ne fera que diminuer. Vincent Mooser, responsable du Département des laboratoires du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), estime d’ailleurs que «d’ici dix à quinze ans, ce séquençage fera partie du bilan de santé».

Prédire et Prévenir des maladies

Lorsqu’une maladie est présente dans une famille, il est déjà possible de pratiquer un test génétique sur un des membres pour prédire s’il aura, ou non, un risque élevé de souffrir de cette pathologie. L’exemple le plus connu est celui du cancer du sein familial, dû à une mutation sur deux gènes particuliers (BRCA1 et 2). Les femmes qui en sont porteuses bénéficient d’un suivi régulier; certaines d’entre elles peuvent aussi recourir, comme l’a fait Angelina Jolie, à la mastectomie (ablation d’un ou des deux seins). Grâce au séquençage du génome, d’autres maladies devraient bénéficier de ces tests qui permettent de faire de la prévention ciblée.

Préciser le diagnostic

Fondé sur des bases génétiques, le diagnostic deviendra plus précis. L’examen du génome d’un patient diabétique «permettra par exemple d’identifier les anomalies génétiques ayant conduit à sa maladie et ainsi de mieux adapter le traitement à son cas», précise le spécialiste du CHUV. Autre exemple de troubles qui pourraient bénéficier de ces avancées: les retards mentaux. «Il y a cinq ans, on connaissait les bases génétiques responsables de 5 à 10% de ces troubles; aujourd’hui, nous en sommes à 25%». La recherche se poursuit et elle devrait permettre de «mieux soigner et de mieux prédire les risques de ces troubles dans une famille».

Des traitements à la carte

De nombreux médicaments sont très efficaces chez certains patients, alors qu’ils sont sans effet sur d’autres. Les analyses génétiques permettront de prédire, chez certains d’entre eux, s’ils répondront ou non à un traitement. Cette démarche est déjà utilisée dans le domaine du cancer où l’analyse du profil génétique de la tumeur est couramment pratiquée, afin de mieux adapter la chimiothérapie. Ce type d’examen pourra être étendu à l’ADN hérité des parents pour l’étude d’autres maladies, y compris des très courantes comme l’hypertension. «Actuellement, constate Vincent Mooser, près de la moitié des patients hypertendus ne répondent pas aux médicaments. Ce phénomène a, dans certains cas, une base génétique et, quand on l’aura élucidée, il devra être possible d’améliorer l’efficacité du traitement et de réduire ainsi les coûts de la santé». En outre, la génétique devrait permettre d’éviter les effets secondaires liés à certains traitements. Chez les personnes infectées par le virus HIV, les résultats obtenus sont «tout à fait remarquables, s’enthousiasme le médecin. Auparavant, 3% d’entre elles développaient des réactions d’hypersensibilité à un médicament, l’abacavir, qui pouvaient être graves». Désormais, grâce à l’analyse d’un marqueur génétique qui identifie les patients qui ne supporteront pas le traitement, le risque est devenu nul. La pratique pourrait se généraliser et concerner bien d’autres médicaments.

De nombreux défis

Aujourd’hui réservée au traitement de quelques maladies rares, la thérapie génique –qui consiste à «réparer» ou à «remplacer» un gène altéré par son équivalent sain– devrait, elle aussi, connaître prochainement un nouvel essor. Certes, l’emploi de la génétique à des fins médicales soulève des questions éthiques et légales. En outre, avant que la population puisse réellement bénéficier de cette médecine génomique, d’importants défis devront être relevés. Il faudra notamment analyser les génomes de millions de personnes, afin de disposer d’un catalogue de mutations cliniquement importantes. Mais quoi qu’il en soit, estime Vincent Mooser, «son développement est inéluctable».

A LIRE AUSSI

Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
interview_antonarakis_genetique

«Les avancées de la génétique vont changer la pratique de la médecine et l’éthique de la procréation»

Directeur du département de médecine génétique de l’Université de Genève, le professeur Stylianos Antonarakis a étudié les causes de plusieurs maladies héréditaires et découvert des gènes responsables de la trisomie 21. Il retrace son parcours et évoque l’avenir du diagnostic génétique.
immunothérapie_miracle_mélanome

L’immunothérapie fait des miracles contre le mélanome

Une personne sur cinq en Suisse développe un cancer de la peau au cours de sa vie. Mais de nouvelles thérapies augmentent significativement la survie des patients atteints de mélanome sévère.
sclerose_cholesterol

Sclérose en plaques: la piste du cholestérol

Cette maladie neurologique est due à un dérèglement du système immunitaire: au lieu de protéger l’organisme, les globules blancs pénètrent dans le cerveau et la moelle épinière, et attaquent le système nerveux. Et ce, probablement avec l’aide du cholestérol, soupçonnent trois chercheuses romandes. Leur projet de recherche vient de recevoir le prix 2017 de la Fondation Leenaards de la recherche médicale translationnelle.
Videos sur le meme sujet

Ecstasy: une drogue qui soigne?

Ce reportage surprenant de la BBC raconte l'histoire de Tim, un cascadeur de 39 ans victime de la maladie de Parkinson.

Faut-il congeler les cellules souches de bébé ?

On s'est aperçu que le sang du cordon ombilical est très riche en cellules souches sanguines, d'où l'idée de le récupérer plutôt que de l'éliminer.

Les cobayes humains en Inde

Pour les industries pharmaceutiques, l'Inde est un formidable réservoir de cobayes humains.