Des nanopinces pour aider à traiter des infections bactériennes résistantes

Dernière mise à jour 28/02/24 | Audio
Loading the player ...
Des scientifiques de lʹÉcole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont mis au point des nanopinces sur puce qui peuvent piéger et manipuler des bactéries et des virions (la forme infectieuse dʹun virus).

Une technique qui permet de sélectionner des bactériophages - des virus mangeurs de bactéries - plus efficacement et rapidement que lors dʹune sélection par marqueurs chimiques ou par biorécepteurs, deux méthodes utilisées aujourdʹhui.

Cette approche pourrait accélérer et révolutionner les thérapies phagiques, un espoir contre les infections bactériennes résistantes aux antibiotiques. Lʹétude, dirigée par Nicolas Villa et Enrico Tartari de lʹéquipe de Romuald Houdré de lʹEPFL, a été publiée dans la revue "Small" (28.01.24).

Avec Nicolas Villa, post-doctorant à lʹEPFL et co-auteur de lʹétude. Un sujet de Stéphane Délétroz.

Une émission CQFD - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
BV13_recherche_basse_vision

Les défis de la recherche en basse vision

De nombreuses innovations visent à aider les personnes malvoyantes ou aveugles dans leur vie quotidienne. Encore faut-il évaluer celles qui leur sont réellement utiles. C’est notamment le rôle de Fatima Anaflous, cheffe de projet de recherche en basse vision et responsable de la plateforme de recherche sur la réadaptation clinique de l’Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, et de Saliou Sangare, vice-président de la Section vaudoise de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) et lui-même malvoyant, qui participe au développement de moyens auxiliaires destinés à la basse vision.
LMD_ameliorer_vue_genes

Améliorer la vue grâce à des injections de gènes

La thérapie génique oculaire a le vent en poupe et pourrait traiter certaines pathologies altérant gravement la vision. Explications.
LMD_traitements_mucoviscidose

Les nouveaux traitements redonnent du souffle aux personnes atteintes de mucoviscidose

Cette maladie génétique, qui touche un millier de personnes en Suisse, se manifeste notamment par un épaississement des sécrétions respiratoires. Elle est due à un dysfonctionnement de la protéine CFTR. Une nouvelle trithérapie donne des résultats «spectaculaires». Explications.
Videos sur le meme sujet

Grande invitée: Noémie Boillat-Blanco, médecin adjointe au Service des maladies infectieuses du CHUV

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

Une étude suisse sur lʹexposition des enfants aux pesticides voit le jour

Pour la première fois en Suisse, une étude cherche à mesurer l'exposition des enfants aux pesticides dans trois régions viticoles (Valais, Trois Lacs, et près de Zurich) et une zone témoin dans lʹest des Grisons.

Stimulation électrique non invasive pour la moelle épinière

Des électrodes posées sur la peau permettent de retrouver des fonctions dans des mains ou bras paralysés.