Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Dernière mise à jour 16/07/13 | Article
Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines
Cette prouesse technique laisse espérer de futurs progrès dans le domaine de la médecine régénératrice.

C’est un tournant dans le secteur, aujourd’hui en plein développement, de l’usage médical qui pourra, demain ou après-demain, être fait des cellules souches. Un groupe de chercheurs japonais vient d’annoncer dans la revue scientifique Nature1 être parvenus à créer l’équivalent de foies humains à partir de ces cellules; des cellules qui ont pour caractéristique de pouvoir se transformer pour prendre les multiples formes de celles qui constituent l’ensemble des tissus, des organes et des fluides de l’organisme humain.

Ebauches fonctionnelles en trois dimensions

L’équipe des chercheurs était dirigée par les Prs Takanori Takebe et Hideki Taniguchi (département de médecine régénératrice, Yokohama City University). Les «foies» dont il est aujourd’hui question sont plus précisément des amas de cellules hépatiques humaines qui ont été obtenues après manipulations in vitro et cultures de cellules souches issues de trois sources différentes. Ces ébauches de foie (iPSC-lbs-liver buds) en trois dimensions d’une taille de quatre à cinq millimètres ont ensuite été transplantées dans des organismes de souris où elles ont pu se développer grâce au réseau de vascularisation qu’elles ont pu y trouver. Ces ensembles cellulaires présentent, selon les chercheurs, toutes les caractéristiques des fonctions hépatiques.

C’est ainsi que le tissu qui s'est développé a été notamment capable de produire des protéines spécifiques comme l'albumine ou d'avoir une fonction de détoxification. Selon les chercheurs, le temps de survie de la souris chez qui une défaillance hépatique avait été provoquée a pu être significativement amélioré. Pour le Pr Takebe, il est «beaucoup trop tôt pour dire si la technique pourrait fonctionner chez l'être humain».

Cellules iPS

Ce chercheur estime que les premiers essais sur l’homme ne commenceront sans doute pas avant une dizaine d’années. Il se montre néanmoins optimiste. En 2012 une autre recherche japonaise, alors publiée dans la revue Cell Transplantation2 laissait déjà espérer que la thérapie cellulaire appliquée au foie pourrait peut-être constituer une alternative à la transplantation hépatique.

La publication de Nature s’inscrit d’autre part dans un contexte particulier, puisqu’elle ne fait pas appel à des cellules souches embryonnaires obtenues après destruction d’un embryon humain. Elle a pour origine une autre découverte japonaise. Il s’agit de celle du Pr Shinya Yamanaka, qui a mis au point une technique de création de cellules souches à partir de prélèvements cellulaires sur des organismes adultes. Ces cellules sont ensuite génétiquement «déprogrammées» pour retrouver toutes les possibilités des cellules souches trouvées dans des embryons. On parle ici de cellules iPS. Cette nouvelle voie constitue une alternative au possible usage thérapeutique, contesté par certain pour des raisons éthiques, qui pourrait être fait des embryons humains.

 

1. Un résumé (en anglais) de la publication deNaturepeut être lu ici: http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature12271.html

2. Un résumé (en anglais) de cette publication peut être lu ici: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21669046

A LIRE AUSSI

Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Papillomavirus: la lutte se précise

Papillomavirus: la lutte se précise

Après le frottis, le test HPV et l’auto-prélèvement, de nouvelles méthodes permettent de dépister ce...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Le regard

L’orientation sexuelle? Elle est dans la prunelle!

Découverte américaine: la mesure de la dilatation de votre pupille – dans certaines circonstances bien particulière – permet de savoir où vous vous situez dans le vaste éventail de la sexualité humaine.
Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Une prise de sang pour dire le temps qu’il vous reste à vivre

Jadis on lisait les lignes de la main. Demain on mirera une goutte de sang. Avec sans doute une plus grande précision.
Les gènes de la goutte

Les gènes de la goutte dans les mailles du filet

Un consortium de plus de 150 équipes, parmi lesquelles des chercheurs lausannois, ont mis en commun les données de 140000 patients pour identifier 18 nouveaux «variants génétiques» impliqués dans l’augmentation du taux d’acide urique dans le sang, elle-même responsable de la goutte.
Videos sur le meme sujet

Thérapie cellulaire: une médecine régénérative

Comment régénérer les cellules de notre cœur après un infarctus ou celles de la peau après de graves brûlures ? Les études sont encore au stade précoce, mais elles donnent déjà beaucoup d'espoir.. Ce reportage vous montre quelques-unes des études en cours et leurs résultats surprenants.

Rencontre avec François Spertini, spécialiste du système immunitaire

Tous les vendredis, "CQFD" reçoit un homme ou une femme de science pour parler de son travail et de ses recherches.

La science pour aider les plus démunis: à l'assaut des maladies négligées

Du 14 au 18 août 2017, Adrien Zerbini vous propose une série consacrée à des chercheurs ou des innovations qui tentent d’améliorer le quotidien des plus démunis.