Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines

Dernière mise à jour 16/07/13 | Article
Des foies ont été créés à partir de cellules souches humaines
Cette prouesse technique laisse espérer de futurs progrès dans le domaine de la médecine régénératrice.

C’est un tournant dans le secteur, aujourd’hui en plein développement, de l’usage médical qui pourra, demain ou après-demain, être fait des cellules souches. Un groupe de chercheurs japonais vient d’annoncer dans la revue scientifique Nature1 être parvenus à créer l’équivalent de foies humains à partir de ces cellules; des cellules qui ont pour caractéristique de pouvoir se transformer pour prendre les multiples formes de celles qui constituent l’ensemble des tissus, des organes et des fluides de l’organisme humain.

Ebauches fonctionnelles en trois dimensions

L’équipe des chercheurs était dirigée par les Prs Takanori Takebe et Hideki Taniguchi (département de médecine régénératrice, Yokohama City University). Les «foies» dont il est aujourd’hui question sont plus précisément des amas de cellules hépatiques humaines qui ont été obtenues après manipulations in vitro et cultures de cellules souches issues de trois sources différentes. Ces ébauches de foie (iPSC-lbs-liver buds) en trois dimensions d’une taille de quatre à cinq millimètres ont ensuite été transplantées dans des organismes de souris où elles ont pu se développer grâce au réseau de vascularisation qu’elles ont pu y trouver. Ces ensembles cellulaires présentent, selon les chercheurs, toutes les caractéristiques des fonctions hépatiques.

C’est ainsi que le tissu qui s'est développé a été notamment capable de produire des protéines spécifiques comme l'albumine ou d'avoir une fonction de détoxification. Selon les chercheurs, le temps de survie de la souris chez qui une défaillance hépatique avait été provoquée a pu être significativement amélioré. Pour le Pr Takebe, il est «beaucoup trop tôt pour dire si la technique pourrait fonctionner chez l'être humain».

Cellules iPS

Ce chercheur estime que les premiers essais sur l’homme ne commenceront sans doute pas avant une dizaine d’années. Il se montre néanmoins optimiste. En 2012 une autre recherche japonaise, alors publiée dans la revue Cell Transplantation2 laissait déjà espérer que la thérapie cellulaire appliquée au foie pourrait peut-être constituer une alternative à la transplantation hépatique.

La publication de Nature s’inscrit d’autre part dans un contexte particulier, puisqu’elle ne fait pas appel à des cellules souches embryonnaires obtenues après destruction d’un embryon humain. Elle a pour origine une autre découverte japonaise. Il s’agit de celle du Pr Shinya Yamanaka, qui a mis au point une technique de création de cellules souches à partir de prélèvements cellulaires sur des organismes adultes. Ces cellules sont ensuite génétiquement «déprogrammées» pour retrouver toutes les possibilités des cellules souches trouvées dans des embryons. On parle ici de cellules iPS. Cette nouvelle voie constitue une alternative au possible usage thérapeutique, contesté par certain pour des raisons éthiques, qui pourrait être fait des embryons humains.

 

1. Un résumé (en anglais) de la publication deNaturepeut être lu ici: http://www.nature.com/nature/journal/vaop/ncurrent/full/nature12271.html

2. Un résumé (en anglais) de cette publication peut être lu ici: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21669046

A LIRE AUSSI

Santé des people
Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Jennifer Covo: «J'apprécie qu'une certaine distance soit préservée entre le médecin et son patient. Chacun son rôle.»

Présentatrice du Téléjournal à la Radio Télévision Suisse, Jennifer Covo nous dévoile quelques aspects...
Lire la suite
Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
interview_antonarakis_genetique

«Les avancées de la génétique vont changer la pratique de la médecine et l’éthique de la procréation»

Directeur du département de médecine génétique de l’Université de Genève, le professeur Stylianos Antonarakis a étudié les causes de plusieurs maladies héréditaires et découvert des gènes responsables de la trisomie 21. Il retrace son parcours et évoque l’avenir du diagnostic génétique.
immunothérapie_miracle_mélanome

L’immunothérapie fait des miracles contre le mélanome

Une personne sur cinq en Suisse développe un cancer de la peau au cours de sa vie. Mais de nouvelles thérapies augmentent significativement la survie des patients atteints de mélanome sévère.
sclerose_cholesterol

Sclérose en plaques: la piste du cholestérol

Cette maladie neurologique est due à un dérèglement du système immunitaire: au lieu de protéger l’organisme, les globules blancs pénètrent dans le cerveau et la moelle épinière, et attaquent le système nerveux. Et ce, probablement avec l’aide du cholestérol, soupçonnent trois chercheuses romandes. Leur projet de recherche vient de recevoir le prix 2017 de la Fondation Leenaards de la recherche médicale translationnelle.
Videos sur le meme sujet

Ecstasy: une drogue qui soigne?

Ce reportage surprenant de la BBC raconte l'histoire de Tim, un cascadeur de 39 ans victime de la maladie de Parkinson.

Faut-il congeler les cellules souches de bébé ?

On s'est aperçu que le sang du cordon ombilical est très riche en cellules souches sanguines, d'où l'idée de le récupérer plutôt que de l'éliminer.

Les cobayes humains en Inde

Pour les industries pharmaceutiques, l'Inde est un formidable réservoir de cobayes humains.