Percée dans le traitement des cancers de l'oeil chez l'enfant

Dernière mise à jour 19/06/12 | Article
Examen des yeux d'une fillette
Des patients et ophtalmologues du monde entier viennent à Lausanne. Une nouvelle technique de chimiothérapie a déjà permis de sauver les yeux de dizaines d'enfants atteints de rétinoblastome avancé et considérés comme des cas désespérés.

Développée par le Pr Francis Munier, responsable de l'unité d'oncologie oculaire pédiatrique de l'Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, une nouvelle technique d'administration de chimiothérapie – l'injection directe du produit dans l'oeil – fait l'objet de deux publications et d'un éditorial dans le prestigieux British Journal of Ophthalmology.

Les résultats sont prometteurs: sur les 23 enfants qui ont bénéficié de cette approche comme traitement de la dernière chance, 19 sont en rémission complète (taux de sauvegarde de l'œil de 83%).

Depuis la présentation de ce nouveau procédé lors du congrès international d'oncologie oculaire à Buenos Aires en décembre dernier, des patients, mais aussi des ophtalmo-chirurgiens qui s'intéressent à cette technique affluent à Lausanne de partout. De plus, dix-sept centres ophtalmologiques ont manifesté leur intérêt à participer au protocole approuvé par la commission d'éthique et SwissMedic.

Le rétinoblastome: le cancer de l'oeil des enfants

Le rétinoblastome est une tumeur maligne de la rétine qui apparaît chez les très jeunes enfants. Il peut affecter les deux yeux. La tumeur se développe à partir de la rétine pour former des nodules qui peuvent se rompre et se répandre à l'intérieur de l'oeil dans la substance gélatineuse que l'on appelle le corps vitré. «raiter un rétinoblastome de stade avancé tout en préservant l'oeil et sa fonction est une gageure», explique le Pr Munier. La chimiothérapie est la solution privilégiée même si elle comporte des effets secondaires. Efficaces dans le rétinoblastome de stade précoce, les médicaments administrés par voie intraveineuse passent mal la «barrière rétinienne» pour atteindre les amas de cellules disséminés dans le corps vitré, rendant souvent l'énucléation inévitable pour stopper la progression de la maladie. Utilisée en dernier recours, la radiothérapie permet quelquefois de sauvegarder l'œil mais au risque d'induire d'autres tumeurs.

Chimiothérapie dans le vitré: de la prohibition à l'indication conditionnelle

En collaboration avec les unités d'hémato-oncologie pédiatrique (Dr M. Beck-Popovic) et de neuroradiologie (Dr S. Binaghi) du CHUV, le Pr Munier concentre depuis plusieurs années ses recherches dans le perfectionnement des traitements conservateurs du rétinoblastome. En 2008, il introduit la chimiothérapie intra-artérielle sélective. Elle consiste en une injection du produit directement dans l'artère ophtalmique. Cette voie permet d'éviter l'injection intra-veineuse classique qui nécessite des doses 10 fois supérieures pour obtenir le même effet.

L'injection directement dans le corps vitré a longtemps été un tabou pour traiter les cas de rétinoblastome avancé et réfractaire. Des médecins japonais ont les premiers investigué cette voie d'administration, mais sans obtenir la validation de la communauté scientifique, et cette technique est restée prohibée ailleurs dans le monde à cause du risque élevé de propagation des cellules malignes en dehors de l'œil.

Développer une nouvelle méthode d'injection dans le vitré en toute sécurité, a été le nouvel objectif du Pr Munier. En décembre 2011 il présente pour la première fois son procédé d'injection anti-reflux combinée à une cryocoagulation du point de passage de l'aiguille à -70°. Les cellules cancéreuses qui auraient pu être entraînées hors de l'oeil lors du retrait de l'aiguille sont ainsi détruites. En renforçant l'arsenal thérapeutique existant, l'introduction de cette nouvelle technique et sa diffusion vont permettre de repousser les limites des traitements conservateurs en offrant une réelle alternative à l'énucléation dans les cas les plus avancés et dans les récidives ayant résistés à tous les traitements conventionnels.

Lausanne est ainsi devenue le moteur de l'introduction de ce nouveau traitement porteur d'espoir pour tous les enfants atteints de rétinoblastome.

Pour en savoir plus

Hôpital ohptalmique universitaire Jules-Gonin

Article original: http://www.unil.ch/getactu/wwwfbm/1339762132501/

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Avancée dans la compréhension des douleurs neuropathiques

Les antalgiques classiques s’avèrent souvent impuissants face à une catégorie de douleurs chroniques,...
Lire la suite
Technologie
Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Intelligence artificielle: la médecine en mutation

Transports, secteurs militaire, bancaire, médical, logistique, robotique…: l’intelligence artificielle...
Lire la suite
Santé des people
Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Interview d'Agnes Wuthrich: «Il y a une part de fatalisme en moi et de confiance en la vie»

Présentatrice du téléjournal depuis huit ans, Agnès Wuthrich est devenue une figure familière des téléspectateurs...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Homme faisant des prélèvements d'eau

Environnement et cancer: un duo infernal?

Sujet très médiatisé, la relation entre cancer et environnement suscite des craintes liées aux facteurs de risques non maîtrisables: pollution de l’air et de l’eau, téléphonie mobile, etc. Le Professeur Boffetta fait le point.
Les cancers du côlon et de l’estomac mieux combattus

Les cancers du côlon et de l’estomac mieux combattus

Des avancées majeures dans la recherche et les traitements du cancer de l’estomac et du côlon ont permis d’améliorer le pronostic et la prise en charge des malades ces dernières années.
Videos sur le meme sujet

Le futur de la médecine

Demain, un tiers de la population aura plus de 65 ans. 40% de la population aura une maladie chronique. Les hôpitaux seront saturés, les médecins trop peu nombreux et les coûts de la santé continueront de prendre l’ascenseur. Dès lors, quelles sont les mesures adoptées par le monde médical pour répondre à ces problématiques?
Maladies sur le meme sujet
Pancreas

Cancer du pancréas

Chaque année en Suisse, 1100 personnes développent un cancer du pancréas (carcinome pancréatique), ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.