Percée dans le traitement des cancers de l'oeil chez l'enfant

Dernière mise à jour 19/06/12 | Article
Examen des yeux d'une fillette
Des patients et ophtalmologues du monde entier viennent à Lausanne. Une nouvelle technique de chimiothérapie a déjà permis de sauver les yeux de dizaines d'enfants atteints de rétinoblastome avancé et considérés comme des cas désespérés.

Développée par le Pr Francis Munier, responsable de l'unité d'oncologie oculaire pédiatrique de l'Hôpital ophtalmique Jules-Gonin, une nouvelle technique d'administration de chimiothérapie – l'injection directe du produit dans l'oeil – fait l'objet de deux publications et d'un éditorial dans le prestigieux British Journal of Ophthalmology.

Les résultats sont prometteurs: sur les 23 enfants qui ont bénéficié de cette approche comme traitement de la dernière chance, 19 sont en rémission complète (taux de sauvegarde de l'œil de 83%).

Depuis la présentation de ce nouveau procédé lors du congrès international d'oncologie oculaire à Buenos Aires en décembre dernier, des patients, mais aussi des ophtalmo-chirurgiens qui s'intéressent à cette technique affluent à Lausanne de partout. De plus, dix-sept centres ophtalmologiques ont manifesté leur intérêt à participer au protocole approuvé par la commission d'éthique et SwissMedic.

Le rétinoblastome: le cancer de l'oeil des enfants

Le rétinoblastome est une tumeur maligne de la rétine qui apparaît chez les très jeunes enfants. Il peut affecter les deux yeux. La tumeur se développe à partir de la rétine pour former des nodules qui peuvent se rompre et se répandre à l'intérieur de l'oeil dans la substance gélatineuse que l'on appelle le corps vitré. «raiter un rétinoblastome de stade avancé tout en préservant l'oeil et sa fonction est une gageure», explique le Pr Munier. La chimiothérapie est la solution privilégiée même si elle comporte des effets secondaires. Efficaces dans le rétinoblastome de stade précoce, les médicaments administrés par voie intraveineuse passent mal la «barrière rétinienne» pour atteindre les amas de cellules disséminés dans le corps vitré, rendant souvent l'énucléation inévitable pour stopper la progression de la maladie. Utilisée en dernier recours, la radiothérapie permet quelquefois de sauvegarder l'œil mais au risque d'induire d'autres tumeurs.

Chimiothérapie dans le vitré: de la prohibition à l'indication conditionnelle

En collaboration avec les unités d'hémato-oncologie pédiatrique (Dr M. Beck-Popovic) et de neuroradiologie (Dr S. Binaghi) du CHUV, le Pr Munier concentre depuis plusieurs années ses recherches dans le perfectionnement des traitements conservateurs du rétinoblastome. En 2008, il introduit la chimiothérapie intra-artérielle sélective. Elle consiste en une injection du produit directement dans l'artère ophtalmique. Cette voie permet d'éviter l'injection intra-veineuse classique qui nécessite des doses 10 fois supérieures pour obtenir le même effet.

L'injection directement dans le corps vitré a longtemps été un tabou pour traiter les cas de rétinoblastome avancé et réfractaire. Des médecins japonais ont les premiers investigué cette voie d'administration, mais sans obtenir la validation de la communauté scientifique, et cette technique est restée prohibée ailleurs dans le monde à cause du risque élevé de propagation des cellules malignes en dehors de l'œil.

Développer une nouvelle méthode d'injection dans le vitré en toute sécurité, a été le nouvel objectif du Pr Munier. En décembre 2011 il présente pour la première fois son procédé d'injection anti-reflux combinée à une cryocoagulation du point de passage de l'aiguille à -70°. Les cellules cancéreuses qui auraient pu être entraînées hors de l'oeil lors du retrait de l'aiguille sont ainsi détruites. En renforçant l'arsenal thérapeutique existant, l'introduction de cette nouvelle technique et sa diffusion vont permettre de repousser les limites des traitements conservateurs en offrant une réelle alternative à l'énucléation dans les cas les plus avancés et dans les récidives ayant résistés à tous les traitements conventionnels.

Lausanne est ainsi devenue le moteur de l'introduction de ce nouveau traitement porteur d'espoir pour tous les enfants atteints de rétinoblastome.

Pour en savoir plus

Hôpital ohptalmique universitaire Jules-Gonin

Article original: http://www.unil.ch/getactu/wwwfbm/1339762132501/

A LIRE AUSSI

Recherche et nouveaux traitements
L’électroencéphalographie (EEG) mesure l’activité électrique du cerveau par l’intermédiaire d’électrodes collées sur le crâne

Comment le cerveau se réorganise après une attaque cérébrale

En étudiant la manière dont les neurones réagissent après un accident vasculaire cérébral (AVC), des...
Lire la suite
Santé des people
Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Robin Williams aurait souffert de la démence à corps de Lewy

Cette maladie dégénérative du cerveau ressemble à la fois à la maladie de Parkinson et à celle d’Alzheimer....
Lire la suite
Santé des people
alexandre_jollien

Alexandre Jollien: «J’ai compris qu’il me fallait guérir de l’idée de guérir»

Il a fait de la philosophie, de la méditation et de la quête spirituelle son art de vivre. Depuis la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
PS42_INTERVIEW_Dietrich

«L’oncologie a fait plus de progrès en deux décennies qu’en 2000 ans»

Il envisageait de devenir pédiatre, avant d’être happé par l’univers de l’oncologie, ses défis et les rencontres exceptionnelles avec des patientes et des patients frappés par la maladie. À une année de prendre sa retraite, le Pr Pierre-Yves Dietrich, chef du Département d’oncologie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et professeur à la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE), jette un œil dans le rétroviseur de trois décennies de carrière pour se réjouir des progrès actuels, avant de rapidement se tourner vers l’avenir et les combats qu’il souhaite encore mener.
Videos sur le meme sujet

Mieux comprendre le cancer afin de mieux le traiter

Une équipe de lʹUniversité de Genève (UNIGE) a découvert comment apparaissent les métastases.

Détecter les tumeurs cancéreuses avant quʹelles ne soient visibles

Une recherche menée à lʹUniversité de Fribourg (UNIFR) révèle une nouvelle manière de dépister le cancer du sein, même à un stade précoce.
Maladies sur le meme sujet
Pancreas

Cancer du pancréas

Chaque année en Suisse, 1100 personnes développent un cancer du pancréas (carcinome pancréatique), ce qui correspond à environ 3% de toutes les maladies cancéreuses.