Perdre du muscle avec l’âge: une menace pour l’autonomie

Dernière mise à jour 08/02/16 | Article
Perdre du muscle avec l’âge: une menace pour l’autonomie
Le vieillissement menace l’autonomie d’une personne de multiples façons. La perte de masse et de force musculaire liée à l’âge, que l’on désigne par le nom de sarcopénie, risque par exemple d’entraver sérieusement des gestes apparemment simples de la vie quotidienne. C’est pourquoi il est important de mieux diagnostiquer ce syndrome.

Avec l’âge, notre corps subit de nombreuses transformations, en particulier un changement dans sa composition: davantage de graisse, moins de muscles. Il s’agit d’une évolution normale liée au vieillissement. Cependant, au-delà d’un certain seuil, cette situation risque d’entraîner une diminution de la force musculaire qui peut avoir de fâcheuses conséquences, limitant certains gestes de la vie quotidienne et augmentant le risque de chutes. A terme, c’est l’indépendance de la personne âgée qui est alors menacée.

Un grand syndrome gériatrique

Cette diminution de la masse et par conséquent de la force musculaire liée à l’âge porte un nom: la sarcopénie. Il n’est pas simple pour autant de la diagnostiquer, ni de déterminer avec pertinence à quel stade cette manifestation du vieillissement devient problématique.

Si vous êtes âgé de 65 ans ou plus, il est possible que votre médecin aborde avec vous l’état de votre capital musculaire et vous propose quelques tests dans son cabinet. Selon votre poids et votre taille, vous pouvez être plus ou moins à risque de développer une sarcopénie, dont les symptômes seront par exemple plus manifestes en cas d’important surpoids.

Pour définir un degré de perte musculaire excédant la normale, un praticien peut en quelque sorte faire usage de sa «calculette», afin de mesurer un indice de masse squelettique appendiculaire (c’est-à-dire la musculature des membres supérieurs et inférieurs). Cette mesure prend en compte la masse musculaire des membres et la taille. Pour cela, il utilisera un appareil à rayons X spécialement étudié à cet effet.

Si la masse musculaire a son importance, la force et la puissance musculaires sont des indices encore plus utiles pour déterminer une diminution des capacités physiques susceptible d’avoir des conséquences indésirables. Pour obtenir des critères diagnostiques plus solides, des experts européens ont mis en commun leur expérience et ont défini la sarcopénie comme un grand syndrome gériatrique, au même titre que l’ostéoporose. Un lien est ainsi clairement établi entre la perte de force et de masse musculaire et des conséquences telles que le handicap physique, une altération de la qualité de vie, voire un risque accru de décès.

Evaluation de la marche et de l’équilibre

Vitesse de marche et force de préhension sont autant de critères pris en compte dans diverses recherches visant à préciser les contours de la sarcopénie et les risques qu’elle entraîne. Il s’agit là de mesures complexes dont les résultats ne sont pas toujours simples à interpréter.

Parallèlement, il existe des dépistages cliniques plus concrets et plus directement liés aux activités physiques de la vie quotidienne.

C’est le cas d’un outil fonctionnel tel que le «Short Physical Performance Battery» qui comprend un test d’équilibre, un test de vitesse de marche, et un test de lever de chaise. Un médecin soumettant son patient à ce test lui demandera de maintenir sa position debout, en équilibre, avec les pieds côte à côte, puis décalés, et enfin l’un derrière l’autre. Tenir 10 secondes dans la troisième position apporte quatre points, soit le maximum. Le test de vitesse de marche mesure le temps nécessaire pour effectuer quatre mètres à une vitesse de marche confortable. Au-dessous de cinq secondes, le test vaut aussi quatre points. Enfin, le test de lever de chaise consiste à se lever de sa chaise cinq fois de suite, aussi vite que possible, sans l’aide des bras: quatre points pour un résultat au-dessous de onze secondes. Cette batterie de trois tests permet de définir, selon le score total, un niveau faible, intermédiaire ou élevé de performance physique.

D’autres tests simples consistent à monter dix marches d’escalier le plus rapidement possible, ou encore à se lever d’une chaise, faire trois mètres et se rasseoir aussi vite que possible.

Un questionnaire permet également de faciliter un diagnostic de sarcopénie et les conséquences que peut avoir la maladie. Il est demandé au patient s’il a des difficultés pour lever et transporter cinq kilos, pour marcher dans une pièce, pour se lever d’une chaise, pour monter dix marches d’escalier, et combien de fois il est tombé dans l’année écoulée.

Diagnostiquer, dépister, mais aussi prévenir

Au vu de la prévalence de la sarcopénie dans la population vieillissante –jusqu’à 5% chez l’homme et 13% chez la femme, un taux qui peut tripler en milieu institutionnel– on comprend mieux l’importance d’un diagnostic toujours amélioré pour une maladie dont on parle moins que de l’ostéoporose, mais qui entraîne elle aussi un risque accru de chutes, de fractures, de perte de mobilité et d’autonomie.

Mieux dépister la sarcopénie représente donc un gage de qualité de vie jusqu’à un âge avancé. Il s’agit aussi, en amont, de mieux la prévenir, notamment par une alimentation équilibrée et une activité physique régulière, tous deux garants d’un bon maintien de la masse musculaire.

_________

Référence

Adapté de «Définition et évaluation de la sarcopénie au cabinet», Dr Andrea Trombetti, Service des maladies osseuses, HUG. In Revue Médicale Suisse 2015:11:651-6, en collaboration avec l’auteur.

A LIRE AUSSI

Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Natation et baignade
Natation

La natation est un sport doux mais très exigeant

Nager a de réels bénéfices pour la santé, mais il faut commencer sans forcer. Précisions.
Lire la suite
Randonnée
Promeneuse sur un rocher

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
prevention_mode d'emploi

Prévention, mode d’emploi

L’idée de la prévention est, en fonction de l’âge, de repérer ce qui nous prédispose à une possible maladie. Puis, plus tard dans la vie, d'aller chercher les indices du développement éventuel de cette pathologie. Et, une fois qu’elle a pu être prise en charge et soignée, éviter qu’elle ne revienne. Les médecins parlent respectivement, pour ces trois étapes, de prévention primaire, secondaire et tertiaire. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), un mode de vie sain permet d’éviter ou de retarder l’apparition des maladies non transmissibles (tels que cancer, diabète, maladies cardio-vasculaires) dans plus de 50% des cas. Dans les faits, comment insuffler de la prévention dans sa vie? L’affaire est plus simple qu’il n’y paraît.
sport_seniors

Les bienfaits du sport chez les seniors

De plus en plus de retraités pratiquent une activité physique. Ils en retirent de nombreux bénéfices pour leur santé. Mais avant de reprendre l’entraînement, un passage chez son médecin est recommandé.
Videos sur le meme sujet

Troubles musculo-squelettiques: un peu d’ergonomie svp!

Les troubles musculo-squelettiques sont la maladie professionnelle la plus courante en Suisse.

La préparation mentale dans le sport

Les sportifs professionnels subissent de plus en plus de pression, notamment à cause de sa surmédiatisation et des sports très exigeants avec des performances de plus en plus intenses.

Être accro au sport

Le sport est bon pour la santé à condition, comme pour tout dans la vie, de ne pas en abuser.
Symptômes sur le meme sujet

Douleur thorax

J'ai mal dans la poitrine