Crampes musculaires: d’où viennent-elles et comment ne pas en souffrir?

Dernière mise à jour 08/07/14 | Article
Crampes musculaires: d’où viennent-elles et comment ne pas en souffrir?
Pour éviter les crampes, il faut agir au mieux contre ses deux causes: la fatigue musculaire et la perte en électrolytes due à la déshydratation.

Si vous aimez regarder le sport à la télévision, vous avez dû remarquer les crampes dont souffrent les joueurs de football disputant la Coupe du Monde au Brésil. Au basketball, la situation est souvent la même. Récemment, lors du match aller de la finale de la NBA (Spurs de San Antonio contre les Heat de Miami), un problème de circuit a provoqué l’arrêt de la climatisation du stade. Et les jambes de LeBron James, joueur star de Miami, se sont arrêtées elles aussi. Il a alors boité jusqu’à la ligne de touche, paralysé par les crampes. Il restait encore 7 minutes et 31 secondes au chrono. Le joueur vedette est brièvement revenu sur le terrain, avant d’être paralysé de nouveau («presque toute la foutue partie gauche de mon corps», selon ses dires). Plus tard, il a expliqué que la chose était inévitable: il avait perdu trop de fluides.

Les autres joueurs n’ont pas eu ce problème. Pourquoi LeBron James a-t-il été le seul à subir ce sort?

Les crampes musculaires liées à l’activité physique sont dues à deux principaux facteurs: la fatigue musculaire et la déshydratation. La fatigue s’installe lorsque le même mouvement est répété plusieurs fois, et que le cycle relaxation-tension du muscle ne peut plus continuer normalement. La fatigue est localisée dans les muscles surmenés, souvent dans la jambe ou dans le pied, ou dans toute région du corps incapable de continuer à réaliser un même mouvement.

La déshydratation entraîne une perte des électrolytes et elle est à l’origine d’un problème plus systématique. Pendant l’activité physique, la sudation permet au corps de ne pas monter en température mais aussi d’éliminer ainsi certains minéraux (sodium, potassium, calcium, magnésium…). Or ces minéraux sont aussi des électrolytes indispensables aux multiples fonctions cellulaires. Une carence en sodium peut ainsi provoquer une hyponatrémie, qui augmente le volume de la cellule et l’empêche de fonctionner correctement. Lorsque le corps manque de ces précieux minéraux, il place ceux dont il dispose là où il en a le plus besoin: dans le cerveau et ses principaux organes. Et il les prend dans les régions du corps les moins nécessaires dans l’urgence –par exemple dans les muscles et les filets nerveux qui les entourent. Il en résulte un déséquilibre des concentrations musculaires en électrolytes. Ce qui fait naître des crampes.

LeBron James affirme qu’il a fait tout ce qu’il a pu pour perdre le moins d’électrolytes possible. Il aurait même été jusqu’à prendre un complément alimentaire à base de sodium. Rien n’y a fait: ses sueurs abondantes ont eu raison de lui. La composition de la sueur varie d’une personne à l’autre. Il est possible que celle du basketteur-vedette contienne plus de sel que celle de ses coéquipiers, et qu’il soit donc plus susceptible de souffrir de crampes. C’est peut-être pour cette raison que la chaleur du stade a contraint l’athlète à rester sur le banc de touche, contrairement au reste de son équipe.

Est-il possible de s’adapter aux conditions auxquelles LeBron James a fait face ce soir-là? Selon Michael Bergeron, spécialiste de la médecine du sport au Sanford Sports Science Institute, la réponse est, globalement, oui. Le fait d’entraîner de manière régulière les masses musculaires sollicitées peut contribuer à prévenir les futures fatigues musculaires. Mais ce n’est certainement pas là le problème principal du basketteur. Son principal handicap demeure sans doute la perte d’électrolytes.

De ce côté-là, les nouvelles sont plutôt bonnes. Les corps s’acclimatent à la température, et si l’on pratique une activité physique régulière dans les mêmes conditions – une température élevée, par exemple – la concentration du sodium perdu via la sueur va en diminuant. Le meneur de l’équipe des Spurs, Tony Parker, a ainsi expliqué que la chaleur inhabituelle qui a régné pendant le match aller ne l’avait pas dérangé, et ce parce qu’il jouait dans ces conditions en Europe. LeBron James aurait donc tout intérêt à passer quelques saisons de plus dans l’humide Miami, et peut-être même disputer quelques matchs en plein air; il aura ainsi peut-être moins de risques de finir en colonne de sel après une rencontre sportive.

Article original

http://www.slate.com/articles/health_and_science/medical_examiner/2014/06/lebron_james_muscle_cramps_was_the_heat_or_salt_or_dehydration_to_blame.html

A LIRE AUSSI

Noyade
noyade_seche

La noyade sèche existe-t-elle?

Depuis le début du mois de mai, la Centrale Téléphonique des Médecins de Garde (CTMG) a reçu plus de...
Lire la suite
Bouger pour sa santé
Combien de calories pour une relation sexuelle?

Combien de calories pour une relation sexuelle?

Des chercheurs québécois ont voulu pouvoir répondre à cette question. Ils comparent l’activité sexuelle...
Lire la suite
Randonnée
Promeneuse sur un rocher

Randonneurs, évitez les serpents!

La randonnée est très appréciée en Suisse, et cela se comprend facilement au vu des paysages uniques...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
djoko_blues_deprime

Le «Djoko blues», ou la déprime des sportifs qui ont tout gagné

Et si le fait de tout gagner était ce qui peut arriver de pire à un sportif? Novak Djokovic est en perte de motivation depuis qu’il a remporté le seul grand trophée qu’il lui manquait. Décryptage.
fausses_croyances_activite

Fausses croyances sur l’activité physique

Le mouvement est essentiel au maintien de la santé. Mais de nombreuses croyances existent concernant la quantité et la qualité d’exercice recommandées. L’âge ou le mode de vie doivent notamment être pris en compte.
Personnes âgées à vélo

Bouger davantage (lorsqu’on a un cancer)

Une demi-heure d’activité physique quotidienne augmente la joie de vivre, renforce la confiance en soi, aère l’esprit, chasse la fatigue et permet surtout de se distraire.
Videos sur le meme sujet

Vivre avec la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est un des rhumatismes inflammatoires les plus fréquents.

Il n'y a pas d'âge pour les bienfaits du sport

Les mitochondries sont des parties des cellules qui brûlent les graisses ou les sucres pour les transformer en énergie.

Bonne nouvelle pour les sportifs

Elisabeth Gordon apporte une bonne nouvelle à tous les adeptes du sport.
Symptômes sur le meme sujet

Douleur thorax

J'ai mal dans la poitrine