Sciences du sport: performance sous la loupe

Dernière mise à jour 19/04/16 | Vidéo
Le sport n’est pas une science exacte mais la science s’invite de plus en plus dans le sport. Elle permet d’optimiser les méthodes d’entraînement, d’améliorer les performances et d’éviter certaines blessures.

De plus en plus d’amateurs désirent aujourd’hui s’entraîner à la façon des élites, soucieux de «faire juste», de ne pas perdre de temps et de ne pas se faire mal pour rien. Chaque année, ils sont des centaines à faire des tests à l’effort, à utiliser les meilleures technologies et le matériel dernier cri et individuel… Est-ce que la science du sport s’invite aussi dans vos chaussures?

A LIRE AUSSI

Dopage

Le dopage: dangereux et amoral

En compétition, mieux vaut être premier que dernier. Pourtant, tous les moyens pour y arriver ne sont pas bons, et certains, tel que le dopage, sont parfois...
Lire la suite
Dopage

Dopage au quotidien: une béquille chimique

De plus en plus de gens prennent des médicaments ou des substances pour tenir le coup au travail ou pour améliorer leurs performances.
Lire la suite
Traumatisme crânien

Traumatisme cranio-cérébral: des chocs pour les neurones

Lorsque la tête reçoit un choc, le cerveau peut subir un traumatisme. C’est typiquement la commotion cérébrale, fréquente dans les sports d’hiver comme...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Bouger dès le berceau

Bouger dès le berceau

L’activité physique est en baisse constante et inquiétante depuis plusieurs décennies chez les enfants. La Suisse a l'ambition de revaloriser l’activité physique et de la promouvoir dès le plus jeune âge.
interview_kayser_sedentaires

«Les personnes sédentaires sont plus enclines à la dépression»

Passionné de montagne, le Pr Bengt Kayser a œuvré pour donner au sport une dimension académique dans la région lémanique. Depuis 2013, l’Institut des sciences du sport de l’Université de Lausanne, dont il est le directeur, est un vrai centre national et international de compétences en sciences du sport.
 instinct_traine_canape

C’est par instinct qu’on traîne dans son canapé

Une étude de l’Université de Genève montre que la sédentarité serait un héritage de l’évolution. Un instinct primaire problématique dans notre société trop inactive.