Ils ont décidé de ne plus faire l’amour

Dernière mise à jour 09/03/21 | Article
Dans une société où le sexe est omniprésent, certaines personnes ont choisi l’abstinence. Témoignages et explications.

«Je n’ai plus d’activité sexuelle depuis trois ans, explique François*, la cinquantaine. J’ai toujours vécu ma sexualité entre attrait et répulsion. Lorsque j’ai eu mon premier enfant, je me suis progressivement désintéressé de la chose.» Ce Lausannois a décidé de ne plus se forcer à avoir des rapports sexuels avec son épouse. «N’ayant jamais été très actif sexuellement, ma femme est allée voir ailleurs. Nous en avons parlé ouvertement et avons redéfini les termes de notre «contrat». Je ne fais désormais plus l’amour et je me sens libéré.» François* ne ressent pas de manque, il est plus serein ainsi.

«Il y a une multitude de raisons qui poussent une personne à faire le choix de l’abstinence sexuelle, explique Nicole Dubois, spécialiste en sexologie à Fribourg. Certaines personnes le font en réaction à la société hypersexualisée dans laquelle nous vivons. Celle-ci donne le sentiment que le porno est la norme et cela conduit des gens à se détourner de la sexualité car ce modèle ne leur convient pas. Pour d’autres, une sexualité à deux demande trop d’efforts. Ces personnes peuvent alors se contenter de la masturbation. Et puis il y a toutes celles et ceux qui deviennent abstinents suite à une agression ou à des déceptions sentimentales.»

C’est le cas de Josiane*. Cette quadragénaire avoue n’avoir jamais eu une sexualité épanouie. «Dans ma famille, le sexe a toujours été considéré comme quelque chose de sale. À 17 ans, j’ai subi des abus sexuels. J’ai pris du poids, je me sentais très mal dans ma peau.» Adulte, elle admet s’être forcée. «J’ai toujours associé l’activité sexuelle à la pénétration et elle ne m’apporte pas de plaisir. J’ai donc décidé de renoncer à avoir une vie sexuelle. Cela me manque, mais je ne veux plus faire semblant. J’espère tomber un jour sur un homme qui me redonne envie de faire l’amour.»

Nombreux sont celles et ceux qui se détournent de la sexualité non pas à cause de convictions religieuses ou de valeurs personnelles, mais par dégoût de pratiques qui n’ont jamais apporté de réel plaisir. «Nous vivons dans une société où la sexualité est très thématisée, mais nous oublions qu’il y a toujours eu dans les populations des personnes dont la sexualité est absente, explique Véronique Eckert, sexologue et conseillère en santé sexuelle à Sion. Aujourd’hui, il faut revendiquer son choix d’abstinence comme si cela était hors normes, mais il n’y a pas de norme établie.»

L’activité sexuelle est-elle indispensable au bien-être? «Non, mais une bonne sexualité contribue à une bonne santé physique et psychologique (lire encadré), explique la Dre Elena Rota, gynécologue responsable de la consultation de sexologie de l’Hôpital du Valais, à Sion. Elle fait partie des droits et des plaisirs de l’être humain, tout comme l’activité sportive. Attention, le sexe peut aussi être dangereux pour la santé s’il est pratiqué sans sécurité et sans respect de l’autre.»

Une façon de dire non

Un accouchement, un cancer, un traumatisme, peuvent mettre la sexualité en veilleuse sans que cela soit définitif. L’auteure française Emmanuelle Richard a publié un livre sur le sujet de l’abstinence sexuelle**. Elle a elle-même été abstinente pendant près de cinq ans. Elle écrit: «(…) Ce vide, alternativement subi ou choisi, a connu un nombre infini de variantes. (…) Parfois, il s’agissait d’une abstinence subie, douloureuse et frustrante. À d’autres moments, cela a été une nécessaire récupération de moi-même (…).»

Rares semblent être les personnes abstinentes qui vivent avec une sérénité durable cette absence de sexualité. «Le mouvement #metoo a été favorable à ce que les femmes prennent confiance en elles, en leurs corps et en leurs besoins, précise Nicolas Leuba, psychologue à Lausanne. Elles osent plus facilement rejeter la sexualité androcentrée. L’abstinence est alors leur façon de dire non à un modèle qui ne leur convient pas.»

Le sexe: un super allié pour la santé

La sexualité, lorsqu’elle est vécue de manière épanouissante, apporte des bienfaits physiques indéniables qui dépassent de loin le plaisir instantané qu’elle procure. «Attention, il ne faut pas se plier à une activité sexuelle dans un but purement hygiénique, avertit le Pr Francesco Bianchi Demicheli, responsable de l’Unité de médecine sexuelle et sexologie, et médecin adjoint agrégé au Département de psychiatrie des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Mais il est vrai que les bienfaits psychologiques et physiques d’une sexualité active sont nombreux et ont été démontrés par différentes études.»

Psychologiquement: elle améliore l’estime de soi, régule la réponse émotionnelle et a un effet de consolation. Grâce aux pics d’endorphine, elle est un super allié pour le moral. L’acte sexuel augmente l’action dopaminergique (à savoir, le circuit cérébral qui active la sensation de plaisir et de motivation), il provoque la sécrétion d’ocytocine (l’hormone de l’attachement), de testostérone, et modifie la réponse au stress.

Physiquement: la sexualité améliore la réponse immunitaire, diminue les bouffées de chaleur de la ménopause, abaisse la pression artérielle, améliore le tonus des muscles pelviens et la fluidité articulaire. C’est une alliée précieuse du système cardiovasculaire. Elle diminue le risque de développer certains cancers, comme celui de la prostate.

_____

* Prénoms d’emprunt.

** Emmanuelle Richard, Les corps abstinents, Flammarion, 2020.

__________

 Paru dans Planète Santé magazine N° 40 – Mars 2021

   

A LIRE AUSSI

Santé sexuelle
Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les humains sont-ils monogames ou polygames?

Les archéologues, les anthropologues et les biologistes sont d'accord sur un point: la question est complexe.
Lire la suite
Santé sexuelle
Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Non, l'excentricité sexuelle n'est pas une maladie mentale

Faire entrer dans le DSM V les «troubles paraphiliques» est une décision superflue, non scientifique...
Lire la suite
Santé sexuelle
Supp_La Côte_Sexualité_idees_recues

Idées reçues sur la sexualité

En matière de sexualité, les préjugés sont nombreux. Petit jeu de… déconstruction:
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Illustré_Covid_transformé_sexualité

Covid-19: comment ce virus a transformé notre sexualité

Souvenez-vous, il y a un an. Nous plongions avec une certaine naïveté dans le semi-confinement imposé. Les couples, heureux de pouvoir passer du temps ensemble, les célibataires, convaincus que la situation passagère n’entraverait pas d’éventuelles rencontres. Certains prédisaient même un «baby-boom» à venir. Le bilan est aujourd’hui tout autre. La pandémie de Covid-19 bouleverse non seulement notre vie sociale, professionnelle et familiale, mais aussi notre intimité sexuelle. Au point que nos habitudes pourraient s’en trouver définitivement transformées.
LMD_couples_médiation

Couples: les neurones aiment la médiation

Comment la médiation agit-elle sur le cerveau des couples en conflit? Pour la première fois, des chercheurs en sciences affectives de l’Université de Genève (UNIGE) ont testé ses pouvoirs, avec des résultats étonnants.
Supp_La Côte_Sexualité_idees_recues

Idées reçues sur la sexualité

En matière de sexualité, les préjugés sont nombreux. Petit jeu de… déconstruction:
Videos sur le meme sujet

L'éducation sexuelle en 3D

Stéphane Délétroz présente un kit en trois dimensions de lʹanatomie génitale féminine et masculine.

Millenials: baisse du désir masculin?

Jamais le sexe n’a semblé si présent, à portée des yeux et de la main. Internet, magazines, sites de rencontres… le produit est en libre accès, hyperconsommé, croit-on, surtout par les jeunes, avec facilité et bonheur.

L'hymen, une membrane méconnue

Bastien Confino s'intéresse à l'hymen.
Maladies sur le meme sujet
urinoirs

Urétrite (homme)

L'urétrite est une inflammation de l'urètre avec un écoulement anormal par le pénis. C'est la manifestation la plus fréquente d’une infection sexuellement transmise (IST) chez l’homme.