L’Europe autorise un comprimé pour retarder les éjaculations trop rapides

Dernière mise à jour 25/02/14 | Article
L’Europe autorise un comprimé pour retarder les éjaculations trop rapides
La commercialisation de ce médicament de la famille des antidépresseurs pourra être utile pour certains. Cependant, ce comprimé ne saurait en aucun cas constituer une panacée ni se substituer à l’écoute affectueuse ou amoureuse. Ni permettre de battre des records de durée.

Une vision mécanique de la sexualité aurait tôt fait de réduire la part de l’homme à une érection suivie d’une éjaculation. Chacun sait que c’est infiniment plus complexe et que l’éjaculation n’est en rien l’exact synonyme de la jouissance. Il n’en reste pas moins vrai qu’il y a une part de mécanique et de biologie dans la relation sexuelle et que dans ce domaine les dysfonctionnements, quelle qu’en soit l’origine, peuvent être la cause de certains troubles et de certaines souffrances. Trouver les moyens de les corriger est l’un des grands enjeux de la médecine sexologique. La parole et l’échange peuvent constituer de remarquables approches thérapeutiques, et certains médicaments, bien que décriés parfois par les tenants d’une conception plus «psychologique» que «moléculaire», ont démontré qu’ils pouvaient être efficaces. C’est notamment le cas pour les troubles d’érection, dont la mécanique sous-jacente est de mieux en mieux décryptée. Conséquence: depuis qu’ils existent, les médicaments « érectiles » rencontrent un assez large succès à l’échelon international.

Hommes âgés de 18 à 64 ans

Les choses sont nettement plus complexes pour la suite: les troubles de l’éjaculation, et tout particulièrement de l’éjaculation qualifiée de «précoce». On désigne par éjaculation l’expulsion (généralement en jet) d’un liquide biologique, généralement (mais pas toujours) à l’approche ou au moment d’un orgasme. La question posée concerne ici l’homme, même si la femme est également concernée par une telle expulsion (chez la femme, il s’agit alors d’un fluide secrété par les glandes de Skene).

C’est dans ce contexte que survient l’annonce de l’autorisation européenne de mise sur le marché accordée à un médicament urologique (le premier assure son fabricant) destiné au traitement de l’éjaculation précoce «chez les hommes de 18 à 64 ans». Il s’agit de la dapoxétine, commercialisée sous le nom de marque Priligy et dosée à 30 mg. «Comprimé pelliculé [qui] augmente le temps qu’il faut pour éjaculer et peut améliorer le contrôle du moment de l’éjaculation. Cela devrait diminuer la frustration ou l’inquiétude relatives à la rapidité de l’éjaculation», peut-on lire dans l’autorisation de mise sur le marché. «Comprimé pelliculé utilisé pour traiter l'éjaculation précoce, chez les hommes âgés de 18 à 64 ans.»

Entre une et cinq minutes après la pénétration vaginale

Ejaculation précoce? Schématiquement, elle désigne le cas où un homme éjacule après une légère stimulation sexuelle et avant le moment souhaité. On peut le dire autrement: pour l’International Society for Sexual Medicine il s’agit d’une «dysfonction sexuelle masculine caractérisée par une éjaculation qui, toujours ou presque toujours, survient avant ou environ dans la minute de la pénétration vaginale; par l’incapacité à retarder l’éjaculation lors de toutes ou presque toutes les pénétrations vaginales; et par des conséquences individuelles négatives telles que détresse, souci, frustration et/ou l’évitement de l’intimité sexuelle». Certains spécialistes parlent d’une éjaculation «en moins de deux minutes et en moins de vingt mouvements de va-et-vient dans le vagin». D’autres parlent de trois minutes ou de cinq minutes.

Cette éjaculation précoce est liée à des facteurs majoritairement psychologiques, comme le stress et l’anxiété, et peut être directement à l’origine de troubles psychologiques associant une faible estime de soi du fait d’une mauvaise maîtrise de ses capacités sexuelles. Des problèmes de couple peuvent, à une fréquence variable, être associés.

Entre une et trois heures avant l’activité programmée

La dapoxétine appartient à la classe médicamenteuse des antidépresseurs dits «inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine» (ISRS). On trouvera ici, diffusé par l’Agence européenne du médicament (EMA), un résumé des caractéristique du produit, et ici une copie de la notice.

Initialement développé par les laboratoires Janssen, les droits de licence de ce médicament ont ensuite été cédés au groupe Menarini qui entend le commercialiser en Europe, dans la plus grande partie de l’Asie, en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient.

Résumé des précautions à prendre: la dose habituelle est de 30 mg mais le médecin peut augmenter la dose à 60 mg; il faut prendre le médicament entre une et trois heures avant «l'activité sexuelle» (et uniquement lorsque cette dernière est prévue, donc programmée); ne pas prendre le comprimé pelliculé plus d'une fois par 24 heure ; avaler le comprimé entier pour éviter son goût amer, avec au moins un grand verre d'eau – ceci pour aider à diminuer le risque de chute de tension artérielle avec évanouissement associé. Par la suite, discuter du traitement avec son médecin (après les quatre premières semaines ou après six doses). Si le traitement est poursuivi, consulter son médecin pour en discuter au moins tous les six mois.

Evanouissements et pensées suicidaires, écoute et amour

Parmi les contre-indications on remarquera les antécédents de problèmes cardiaques (insuffisance cardiaque ou arythmie) ou de dépression grave. La consommation d’alcool, l’usage de drogues «récréatives» (ecstasy, LSD, stupéfiants ou benzodiazépines) ou la présence d’un autre trouble sexuel, comme la dysfonction érectile, imposent la réflexion préalable avec son médecin. Enfin, parmi la liste des très nombreux effets indésirables possibles on trouve: évanouissements, sensations d’étourdissement au lever, changements d’humeur, pensées suicidaires ou d'auto-agression, etc. Il existe aussi des cas où l’érection ne peut être durablement maintenue.

Ceci n’interdit pas à certains sites d’affirmer sur la Toile que ce médicament permet de «multiplier la durée du rapport sexuel par trois» ou encore qu’il s’agit «du seul médicament de ce type, dont on dit qu'il améliore l'endurance sexuelle de 300%». Des sites qui omettent de souligner que l’aide du partenaire sexuel est ici fondamentale. Car, s’il s’agit de sexe, il s’agit aussi de dialogue, d’exercices physiques de contrôle mais aussi et surtout d’attention et de soutien. Ou, pour résumer, d’amour. Et ce médicament, s’il peut ici ou là être utile, ne guérit pas l’absence de contrôle de son corps et l’absence de la (ou du) partenaire qui (parfois avec le soutien d’un thérapeute) saura aider à y parvenir.

A LIRE AUSSI

Sexualité et couple
Toujours plus de couples se rencontrent sur internet

Toujours plus de couples se rencontrent sur internet

Réseaux sociaux, sites de rencontres, blogs : de plus en plus de personnes trouvent l’amour sur internet....
Lire la suite
Santé sexuelle

Synchroniser le désir dans le couple

Faire coïncider les envies, cela ne va pas de soi. Il faut y travailler dans un esprit ouvert.
Lire la suite
Sexualité et couple
Sexualité et liberté: le nouveau modèle anglais

Sexualité et liberté: le nouveau modèle anglais

Une radiographie de la vie sexuelle de la population britannique vient d’être publiée. Les principales...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Ejaculation précoce: quelles conséquences chez les femmes?

Ejaculation précoce: quelles conséquences chez les femmes?

Les hommes disent généralement souffrir de cette situation. Qu’en est-il de leurs partenaires? Une étude internationale originale, dirigée par une spécialiste suisse, a cherché à y répondre.
Adolescents

La toute première fois détermine-t-elle toutes les autres?

«La toute première relation sexuelle ne doit pas être idéalisée ou nous angoisser car elle ne détermine pas forcément la vie sexuelle future», explique le Dr Christian Rollini, psychiatre, psychothérapeute et spécialiste en sexologie à Lausanne. Précisions.
L'ombre d'un couple

Troubles sexuels: quand consulter?

Taboues, les difficultés sexuelles sont plus fréquentes qu’on pourrait l’imaginer. Selon le Dr Francesco Bianchi-Demicheli, responsable de la Consultation de gynécologie psychosomatique et sexologie des Hôpitaux universitaires de Genève, une personne sur deux souffrirait de difficultés sexuelles, une sur trois d'un vrai trouble sexuel. Elles touchent aussi bien les hommes que les femmes, les jeunes et les plus âgés.
Videos sur le meme sujet

Santé sexuelle: il n'y a pas de mal à se faire du bien!

En matière de sexualité, les envies, les besoins sont très dissemblables d'une personne à une autre. Comment, dans une société axée sur l'individu, trouver un épanouissement, une vie sexuelle équilibrée et enrichissante ?

Le retour de la syphilis et autres infections sexuellement transmissibles

Depuis quelques temps, on assisite à une recrudescence des Infections Sexuellement Transmissibles (IST), dont la syphilis. Le point sur cette tendance.

Sida: la lutte continue

Le sida a été nommé fléau du Xxe siècle, mais qu'en est-il en ce début de XXIe siècle?