Solutions contre la stigmatisation des sourds en psychiatrie

Dernière mise à jour 30/09/15 | Article
Solutions contre la stigmatisation des sourds en psychiatrie
Les personnes sourdes sont très largement stigmatisées dans notre société. Doublement fragilisés, les patients sourds ayant des troubles mentaux souffrent d’erreurs médicales ou perdent leur autonomie lors des soins psychiatriques à cause de préjugés. Une meilleure connaissance de leurs aptitudes de communication et l’intervention d’un interprète en langue des signes garantissent une amélioration de la prise en charge clinique de ces patients.

La surdité n’affecte pas tout le monde de la même manière en raison de multiples facteurs: origine de la perte de l’ouïe, accès aux soins et à une éducation spécialisés, développement cognitif, ou encore environnement social et affectif. La méconnaissance de cette condition aboutit à des préjugés non seulement dans la population générale mais aussi chez les soignants.

Handicap vs appartenance socio-culturelle

On peut distinguer deux conceptions de la surdité. Dans un premier modèle dit d’invalidité, les personnes sourdes sont considérées comme des handicapés car leur état est jugé pathologique. Ce modèle concerne la majorité des personnes dont la surdité est postlinguale, c’est-à-dire survenue après l’âge de parler (après deux ans) suite à un accident ou une maladie par exemple. Selon ce concept, l’invalidité nécessite une intervention médicale visant à corriger ou compenser la perte d’audition.

D’un autre côté, les sourds prélinguaux – dont la surdité est conjointe à la naissance ou au développement de l’enfant avant sa deuxième année – se considèrent le plus souvent comme appartenant à un groupe socio-culturel distinct et non comme des invalides. Ce groupe a sa propre histoire et sa propre langue: la langue des signes.

Ces deux conceptions de la surdité qui s’opposent mais cohabitent sont à l’origine de problèmes de communication avec les entendants et ont des implications importantes sur la prise en charge des patients sourds. Par exemple, le refus de se faire poser un implant cochléaire est souvent mal compris par le soignant alors qu’il est cohérent avec une construction socio-culturelle de la surdité.

Des conséquences médicales

En 2004, une étude a montré que les patients sourds étaient fréquemment l’objet de malentendus, d’erreurs médicales ou de diagnostic, perdaient leur autonomie ou tout simplement avaient peur lorsqu’ils consultaient un médecin. Ce décalage qui s’insinue entre le médecin et son patient sourd est dû le plus souvent à un problème de communication reposant sur des préjugés.

Plusieurs fausses croyances répandues chez les entendants expliquent ce décalage. Comme le fait que la personne sourde maîtrise suffisamment l’écrit pour palier à la communication orale. Or il a été montré que beaucoup de personnes sourdes comprennent très mal le langage écrit. De même, le soignant surestime fréquemment les capacités à lire sur les lèvres de son patient sourd, qui ne saisit par ce biais que la moitié du message.

D’autre part, lorsque la personne sourde se rend chez le médecin avec un membre de sa famille, il arrive que le dialogue ne s’effectue qu’entre le médecin et l’accompagnant, niant tout droit au patient de s’exprimer et de comprendre l’information médicale, ce qui pose un problème éthique évident.

La relation patient-médecin est aussi entravée par la terminologie médicale complexe, difficile à comprendre par une personne sourde dont la communication est basée sur une reconnaissance visuelle des mots et des signes correspondants.

Tous ces éléments aggravent la situation de base du patient sourd et aboutissent à des prises de décision non éclairées, voire à une perte d’autonomie, à des changements fréquents de médecin traitant ou encore à un mauvais suivi du traitement.

Le cas de la maladie mentale

La surdité n’est pas associée nécessairement à un trouble psychique, même si très souvent une personne sourde peut entrer dans le système de santé mentale en l’absence de maladie mentale grave, à cause du fonctionnement du réseau traditionnel de soins des patients sourds.

Comme les autres soignants, les professionnels de santé mentale ont souvent une connaissance limitée de la surdité et de sa culture. Ce qui aboutit depuis longtemps à une «observation muette» des pathologies, c’est-à-dire à un diagnostic sans échange dans la langue du patient, la langue des signes. Ceci a un impact très important sur la capacité du soignant à évaluer la maladie et à intervenir de manière précise.

L’interprète au cœur des priorités

Une des principales causes de marginalisation du patient sourd est la négation de son mode de communication, qui passe par la reconnaissance visuelle et la langue des signes. C’est pourquoi la sensibilisation des soignants à la condition de surdité, l’introduction d’un matériel iconographique à la place de l’écrit, la présence d’un interprète de langue des signes et enfin l’obligation de s’assurer de la compréhension de l’information par le patient sont des éléments clés à apporter à la pratique clinique.

Plusieurs initiatives allant dans ce sens ont récemment vu le jour, à l’instar du projet lausannois «Breaking the Silence», avec deux objectifs principaux: la sensibilisation des étudiants en médecine à la condition de surdité et l’apprentissage de la langue des signes par le personnel hospitalier. A ce jour, aucune formation dédiée à la santé mentale pour les personnes sourdes n’existe en Suisse. En Europe, des structures de soins en santé mentale, spécialement adaptées aux personnes sourdes, ont été mises en place afin d’éviter les malentendus et améliorer leur prise en charge.

_________

Référence

Adapté de «Stigmatisation des Sourds dans les soins de santé, l’exemple de la santé mentale», Dr Pierre Cole, Service de psychiatrie de liaison et d’intervention de crise, Hôpitaux universitaires de Genève, et Odile Cantero, Centre de recherche en psychologie de la santé, Université de Lausanne. In Revue Médicale Suisse 2015;11:398-400. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Douleurs du genou
On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

On peut soigner des ligaments du genou déchirés sans opérer

Après deux opérations au genou, l’Américaine championne de ski Lindsey Vonn a fait un come-back époustouflant....
Lire la suite
Troubles de l'odorat
Grains de poivre

Ne négligez pas les troubles de l’odorat

Plus d’une personne sur 20 souffre de perte de l’olfaction. Cela suite à un maladie ou un accident, voire...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
cotons_tiges

Pas de cotons-tiges dans les oreilles de vos enfants

A moins que votre pédiatre ne vous le recommande, pas besoin de nettoyer l'intérieur des oreilles de vos enfants! Les spécialistes déconseillent fermement l'emploi du coton-tige.
Acouphènes: vers une meilleure prise en charge?

Acouphènes: vers une meilleure prise en charge?

Même dans un silence total, la personne souffrant d'acouphènes a la sensation d'entendre des tintements, des sifflements ou encore des bourdonnements. Pour réussir à soulager les symptômes de ce trouble de l’oreille, il est nécessaire de favoriser une prise en charge médico-psychologique.
La lecture labiale ou comment entendre avec les yeux

La lecture labiale ou comment entendre avec les yeux

De plus en plus de personnes entendent mal. Selon le site de l’association internationale Hear-it (www.hear-it.org), 16% des adultes sont atteints d’une déficience auditive ayant un impact sur leur quotidien. En cause, le vieillissement de la population et l’exposition excessive au bruit, mais aussi différentes maladies, certains médicaments, un accident ou tout simplement la génétique.
Videos sur le meme sujet

Troubles de l'ouïe: moins de bruit pour mieux s'entendre!

Quelles sont les conséquences du bruit sur notre ouïe? Quels dommages provoquent-ils, quelles sont les solutions pour éviter le pire? L'antidote fait le point.

L'oreille: un labyrinthe complexe

L'oreille est un organe complexe et fragile à la fois. Elle est faite de trois parties distinctes : l'oreille externe, l'oreille moyenne et l'oreille interne. Le tour des maladies qui peuvent atteindre l'oreille, et les traitements existant.