Microbiote vaginal, la révolution rose

Dernière mise à jour 01/03/18 | Vidéo
Loading the player ...
Une flore vaginale équilibrée est un vrai rempart face aux maladies sexuellement transmissibles. Mais attention, certains gestes quotidiens risquent de dégrader sa qualité.

(TEXTE Aude Raimondi)

Des milliards de micro-organismes vivent dans la région vaginale. Un véritable monde caché, sur lequel nous sommes souvent mal renseignés. Le microbiote vaginal est pourtant essentiel,  puisqu’il constitue un bouclier chimique contre les maladies sexuellement transmissibles et les infections internes. Un mécanisme de protection assuré en grande partie par les bactéries lactobacilles, qui composent 90% de la flore. Si celles-ci viennent à manquer, le vagin est moins acide et d’autres bactéries ou virus peuvent alors se développer plus facilement.

Plusieurs comportements risquent de détruire une partie de cette flore et devraient donc être évités au maximum. De nombreuses femmes ont par exemple la crainte que leur vagin sécrète des émanations désagréables. Cette idée reçue les incite parfois à effectuer des toilettes intimes intensives. Pourtant, un microbiote en bonne santé a une odeur naturellement neutre. «Il ne faut donc jamais introduire de produit d’hygiène dans le vagin, recommande le Dr Jean-Marc Bohbot, spécialiste des affections uro-génitales et directeur médical de l’Institut Fournier à Paris. L’eau dessèche la peau et peut provoquer des irritations. Il suffit amplement de nettoyer l’extérieur avec des produits dédiés à l’hygiène intime». A noter que l’épilation définitive est elle aussi problématique pour l’hydratation naturelle. Le laser détruit non seulement les poils mais également les petites glandes qui les lubrifient. Une sécheresse permanente risque donc de s’installer.

Un autre grand ennemi de la flore vaginale: le tabac, qui diminue le taux d’œstrogènes dans le sang et le vagin. Or, les lactobacilles survivent en partie grâce à cette hormone. Dès quatre cigarettes fumées par jour, le microbiote se dégrade.

Enfin, les antibiotiques parfois prescrits pour traiter d’autres problèmes liés à la région génitale (par exemple les mycoses ou les cystites) risquent de détruire une partie de la flore. Il existe heureusement des probiotiques qui peuvent contribuer à retrouver un équilibre. Sous forme de comprimés oraux ou d’ovules à introduire directement dans le vagin, ils aident les lactobacilles naturels à reprendre le contrôle.

_______

Jean-Marc Bohbot, spécialiste des affections uro-génitales féminines et masculines, directeur médical de l’Institut Fournier à Paris, et Rica Etienne, journaliste santé, dressent le panorama de la flore vaginale dans un livre, "Microbiote vaginal, la révolution rose". Ils nous en parlent dans CQFD.

Une émission CQFD - RTS La Première

Articles sur le meme sujet
Maux de ventre

Les maladies liées à la flore intestinale

La flore intestinale – le microbiote – contribue à nous maintenir en bonne santé. A condition toutefois que les différentes populations bactériennes qui la composent vivent en bon équilibre. Si cet ordonnancement est rompu, diverses maladies peuvent se développer. Quelques exemples.
microbiote_cutane_sauver_peau

Microbiote cutané: des milliards de microbes pour sauver votre peau

Les recherches sur les microbes qui peuplent notre épiderme sont moins avancées que celles sur le microbiote intestinal, mais les bactéries cutanées semblent tout aussi importantes à notre équilibre.
PULS_microbiote

Microbiote(s): vers de nouveaux espoirs thérapeutiques

Les récentes découvertes sur le microbiote –l’ensemble des bactéries vivant dans l’organisme– ont ouvert de nombreuses perspectives. Et si, en modifiant cette flore, on parvenait à prévenir et mieux soigner certaines maladies? Les experts des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et de l’Université de Genève (UNIGE) se font l’écho d’un domaine de recherche en plein essor.
Videos sur le meme sujet

La transplantation fécale pourrait réduire les symptômes du spectre de lʹautisme

Soigner lʹintestin en le débarrassant de certaines bactéries pour les remplacer par dʹautres pourrait soigner certains troubles psychiques, comme lʹautisme.

Le lien entre microbiote et immunothérapie

Le microbiote, la flore intestinale, n'en finit pas de faire parler de lui.

Trop de propreté, c’est risqué

Notre mode de vie trop aseptisé est-il en train de nuire à notre santé? Sommes-nous en train de rendre la tâche impossible pour notre système immunitaire à force de faire la chasse aux microbes de notre environnement?