Les microbes ne sont pas forcément mauvais pour notre santé

Dernière mise à jour 18/10/12 | Article
Les microbes ne sont pas mauvais pour notre santé
Ne mesurant pas plus d’un micromètre, les microbes sont omniprésents dans notre organisme. Ils ont souvent mauvaise réputation. A tort, car ils contribuent à nous maintenir en bonne santé.

A la loupe

Plus nombreux que les cellules à l’intérieur du corps, les microbes sont classés en quatre branches: les virus, les bactéries, les champignons et les protozoaires. Lorsque les biologistes les observent au microscope, ils remarquent rapidement que tous ces micro-organismes ne sont pas forcément néfastes pour la santé. Patrick Linder, professeur au département de Microbiologie et Médecine moléculaire (MIMO) de l’Université de Genève, nous apprend qu’on vit avec eux en totale symbiose. Pour lui, trois facteurs sont déterminants pour la santé d’un individu ; son bagage génétique, l’environnement et les microbes.

Bien dans son assiette

«L’alimentation est l’exemple par excellence qui montre que les bactéries contribuent à nous maintenir en bonne santé», affirme le Pr Linder. Sans les microbes, l’homme ne pourrait pas faire de grands festins. Grâce aux levures et autres bactéries, de nombreux produits alimentaires subissent des fermentations qui permettent à la fois une meilleure conservation, une meilleure digestion ainsi qu’un goût meilleur, comme c’est le cas du salami, du vin et du fromage. Avec autant de superlatifs, il serait mal venu de considérer les bactéries comme nos ennemies. Sans compter que l’apparition de l’armoire frigorifique réduit considérablement la prolifération d’individus pathogènes et, par le même biais, les risques d’intoxication alimentaire.

Comme les aliments et le frigo, le système digestif regorge de micro-organismes, constituant une flore protectrice qui chasse l’assaillant des intestins. C’est en effet dans les intestins que l’on trouve le plus grand nombre de bactéries, protégeant leur hôte d’intrus néfastes. Comment procèdent-elles? Tout d’abord, elles sont tellement nombreuses - près de mille milliard par gramme de selles, rien que dans le côlon - que les éventuels organismes pathogènes ont de la peine à se faire une place. Puis, de par leur ressemblance avec leurs homologues infectieux, le système immunitaire reste en alerte et reconnait facilement l’assaillant. Finalement, certaines bactéries n’apprécient pas la concurrence et se chargent elles-mêmes d’éliminer l’adversaire.

Les grandes invasions barbares

A l’image de ce qui se passe dans notre estomac, les microbes sont indispensables à l’équilibre de la vie. Certains ne nous veulent pourtant pas que du bien et se sont rendus coupables de maux dévastateurs. On pense notamment à la peste (Yersinia pestis, bactérie découverte au XIXème), au choléra (Vibrio cholerae, bactérie aquatique aficionada des eaux saumâtres et insalubres), au sida (triste virus de l'immunodéficience humaine ou VIH) et à la grippe (autres fâcheux virus). «Le contexte historique et social influence énormément la force destructrice d’une épidémie», nous rappelle le Pr Laurent Roux, virologue et directeur du MIMO. A l’heure actuelle, de nombreuses parades ont été mises au point pour freiner les microbes comme la pasteurisation, la pénicilline et les antibiotiques. Sans parler des normes d’hygiène qui ont considérablement prolongé la longévité de l’être humain.

Les différents types de microbes

Le virus: organisme composé d’un ou de plusieurs particules d’acide nucléique (ADN, ARN) et d’une coque de protéine. C’est un parasite intracellulaire obligatoire, c’est-à-dire qu’il a besoin de cellules hôtes afin de se multiplier.
Les bactéries: organisme d’une seule cellule dénuée de noyau, se compte par plus de dix mille milliards d’individus dans le corps humain.
Les archées: unicellulaires dénuées de noyau aussi appelées archéobactéries. A l’heure actuelle, aucune n’est réellement désignée comme pathogène ou parasite.
Les champignons: organisme constitué de plusieurs cellules dotées d’un noyau détenant l’information génétique. Certains sont unicellulaires, telles les levures, d’autres forment des hyphes et des mycéliums, à l’instar des champignons que nous consommons.
Les protozoaires et protophytes: Cellules eucaryotes (cellule contentant un noyau) parfois pathogène.

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Problèmes de peau
Dermatologie: cinq problèmes de peau

Dermatologie: cinq problèmes de peau

La peau est notre plus grand organe. Elle représente 10% de la totalité de notre corps, ce qui équivaut...
Lire la suite
Santé bucco-dentaire
dents_nous_parlent

Les dents nous parlent

Carie tenace, problème de gencives, abcès… les pathologies de la bouche peuvent annoncer ou révéler une...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_probiotiques_panacée

Probiotiques, une panacée?

En pharmacie comme au rayon «yaourt», les probiotiques ont le vent en poupe. Leur promesse? Chouchouter notre flore intestinale, qu’elle soit mal en point ou trop paresseuse. Sauf que tout est loin d’être aussi simple...
Illustre_microbiote_promesses_mystères

Le microbiote, un territoire plein de promesses et de mystères

Découvert grâce aux techniques de séquençage génétique dans les années 2000, le microbiote intestinal et les milliards d’organismes qui le composent, joue un rôle déterminant sur notre santé. La composition de cet univers jusqu’ici inconnu - ou presque - pourrait expliquer le développement de nombreuses maladies tandis que sa manipulation pourrait offrir de nouvelles options thérapeutiques. L’influence du microbiote intestinal sur notre organisme, en particulier sur notre cerveau, apparaît en effet majeure. Cette réputation de rôle-clé dans la santé est née de premières études scientifiques, comparant le comportement de souris nées artificiellement sans microbiote, avec celui d’animaux nés dans des conditions normales. Les premières se révèlent plus chétives et plus fragiles. Elles sont davantage sujettes à la maladie, au stress et à des troubles du développement. Néanmoins, les effets de l’absence de microbiote sur le comportement restent peu clairs.
LMD_microbiote_âge

Mon microbiote, mon âge et moi

Objet de toutes les attentions, le microbiote reste empreint de mystère. Mais la recherche avance. Parmi les découvertes sous les projecteurs: l'évolution du microbiote au cours de notre vie et son impact potentiel sur la survenue de maladies dégénératives, comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.
Videos sur le meme sujet

Un réseau de relations dans nos intestins

Des scientifiques français ont réussi à caractériser avec une précision sans précédent les réseaux dʹinteraction phages-bactéries du microbiote humain.

Une banque mondiale du microbiote

Une banque mondiale de bactéries issues de notre flore intestinale, une "arche de Noé" de microorganismes, cʹest le projet lancé par différentes fondations et instituts suisses et internationaux.

Comment jʹai hacké mes intestins

Atteinte dʹune pathologie rare des intestins, la journaliste et bloggeuse Dora Moutot explore Internet et le monde pour trouver des explications et des traitements à sa dysbiose du microbiote.