Choyer sa flore intestinale

Dernière mise à jour 02/08/13 | Article
Choyer sa flore intestinale
Comment s’alimenter pour soigner les bactéries qui vivent avec nous? La recette magique n’existe pas, mais des conseils simples, oui. Les réponses d’une diététicienne.

«Pour prendre soin de sa flore intestinale, il faut s’efforcer de manger équilibré. Pas d’autre secret.» Le conseil émane d’Anne Chalut-Carpentier, diététicienne aux Hôpitaux universitaires de Genève. Il résume la situation: si vous voulez que votre microbiote – l’ensemble des bactéries qui vivent en symbiose avec nous – se porte bien, concentrez-vous sur les fameux «cinq fruits et légumes par jour», ajoutez-y pain et céréales complets, de même qu’un yoghourt quotidien. Votre ligne et vos artères vous diront merci, les bactéries qui peuplent votre système digestif aussi.

En quoi un bon équilibre alimentaire est-il utile à notre santé en général et à notre digestion en particulier? L’une des réponses à cette question est à chercher du côté de l’apport en fibres. Celles-ci sont très présentes dans les fruits et légumes, qui sont à la base d’une alimentation saine. Or, le microbiote se nourrit de fibres et prospère à leur contact. «Et la quantité de fibres que l’on ingère au travers d’une alimentation équilibrée est suffisante pour nourrir son microbiote», résume la diététicienne. CQFD.

Quelques gestes simples

Au quotidien, comment y parvenir? Il vous faut d’abord manger cinq fruits et légumes par jour pour un bon apport de fibres. Par exemple, une collation avec un fruit, un repas avec une salade et des légumes, un autre avec un légume et une compote, et le tour est joué. Privilégiez aussi les céréales complètes, riches en fibres contrairement à leurs homologues claires et raffinées. Efforcez-vous donc de choisir votre pain complet, découvrez par exemple le pumpernickel, ce pain de seigle allemand si foncé. Profitez aussi des mueslis (mélange de céréales et fruits secs), mais, comme pour les céréales du petit-déjeuner, faites attention à leur proportion de graisse et de sucre. Les yoghourts sont aussi importants pour l’entretien de la flore intestinale, mais leur contribution est différente. Le lait fermenté apporte en effet directement des bactéries dans le tube digestif qui vont le coloniser. C’est aussi le cas des fromages blancs et des sérés, mais dans une moindre mesure. Idéalement, il faudrait en consommer tous les jours puisqu’une partie de ces micro-organismes quitte régulièrement le système digestif avec les selles. Une prise quotidienne permet donc de s’assurer que cette population de bactéries reste stable. «Attention cependant, ces yoghourts devraient être sans sucres ajoutés, prévient Anne Chalut-Carpentier. Prudence aussi avec les alicaments, ces préparations que l’industrie agroalimentaire dote de toutes les vertus: ils sont souvent extrêmement sucrés!»

Meilleure digestion

Des gestes simples, mais pour quels résultats? Une flore intestinale en bonne santé peut réduire de manière importante des ballonnements fréquents ou des soucis de transit. En effet, le microbiote a beau s’en nourrir, nous ne digérons pas les fibres. Plus nous en ingérons, plus le volume de nos selles devient grand ce qui assure mécaniquement un bon transit. On sait, par ailleurs, que les personnes obèses ont un microbiote différent de celui des personnes qui ne le sont pas. Sans toutefois qu’on puisse encore affirmer qu’une flore intestinale «saine» aiderait à lutter contre le surpoids.

Pour autant, la diététicienne insiste, pas question de faire de ce que vous mangez une obsession permanente et une source constante de culpabilité. «Il s’agit de trouver un juste équilibre. On peut se faire plaisir et goûter avec du chocolat à 16 heures. En contrepartie, on aura pris soin de manger de la salade et de la soupe à midi.»

A LIRE AUSSI

Douleurs musculaires
Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Le claquage fait mal mais guérit bien avec du repos

Un claquage est un traumatisme rarement grave, mais il ne faut pas pour autant le prendre à la légère,...
Lire la suite
Environnement
savoir_enfant_vers

Comment savoir si mon enfant a des vers?

Rien que les imaginer fait grimacer. Pourtant, les vers intestinaux sont largement répandus dans la population....
Lire la suite
Mécanismes du corps

Stimuler le nerf vague pour lutter contre l’inflammation

Plus long nerf du corps, le nerf vague est au cœur de la communication entre le cerveau et nos organes...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_probiotiques_panacée

Probiotiques, une panacée?

En pharmacie comme au rayon «yaourt», les probiotiques ont le vent en poupe. Leur promesse? Chouchouter notre flore intestinale, qu’elle soit mal en point ou trop paresseuse. Sauf que tout est loin d’être aussi simple...
Illustre_microbiote_promesses_mystères

Le microbiote, un territoire plein de promesses et de mystères

Découvert grâce aux techniques de séquençage génétique dans les années 2000, le microbiote intestinal et les milliards d’organismes qui le composent, joue un rôle déterminant sur notre santé. La composition de cet univers jusqu’ici inconnu - ou presque - pourrait expliquer le développement de nombreuses maladies tandis que sa manipulation pourrait offrir de nouvelles options thérapeutiques. L’influence du microbiote intestinal sur notre organisme, en particulier sur notre cerveau, apparaît en effet majeure. Cette réputation de rôle-clé dans la santé est née de premières études scientifiques, comparant le comportement de souris nées artificiellement sans microbiote, avec celui d’animaux nés dans des conditions normales. Les premières se révèlent plus chétives et plus fragiles. Elles sont davantage sujettes à la maladie, au stress et à des troubles du développement. Néanmoins, les effets de l’absence de microbiote sur le comportement restent peu clairs.
LMD_microbiote_âge

Mon microbiote, mon âge et moi

Objet de toutes les attentions, le microbiote reste empreint de mystère. Mais la recherche avance. Parmi les découvertes sous les projecteurs: l'évolution du microbiote au cours de notre vie et son impact potentiel sur la survenue de maladies dégénératives, comme la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.
Videos sur le meme sujet

Un réseau de relations dans nos intestins

Des scientifiques français ont réussi à caractériser avec une précision sans précédent les réseaux dʹinteraction phages-bactéries du microbiote humain.

Une banque mondiale du microbiote

Une banque mondiale de bactéries issues de notre flore intestinale, une "arche de Noé" de microorganismes, cʹest le projet lancé par différentes fondations et instituts suisses et internationaux.

Comment jʹai hacké mes intestins

Atteinte dʹune pathologie rare des intestins, la journaliste et bloggeuse Dora Moutot explore Internet et le monde pour trouver des explications et des traitements à sa dysbiose du microbiote.
Symptômes sur le meme sujet
Ballons

Ballonnement

J’ai le ventre gonflé / ballonné