La testostérone: une supplémentation à double tranchant

Dernière mise à jour 03/12/14 | Article
La testostérone: une supplémentation à double tranchant
Aux Etats-Unis, 3% des hommes de plus de 40 ans seraient traités par un substitut de testostérone. Or 20% seulement de ces prescriptions seraient médicalement justifiées. Face à un traitement qui prend des allures de phénomène de mode, il convient de rappeler quelles sont les indications et les précautions à prendre en compte.

Les prescriptions de testostérone (sous forme de gel, comprimés, patchs, injections…) ont été multipliées par cinq au cours des vingt dernières années aux États-Unis. Promettant de traiter les symptômes liés au vieillissement chez l'homme, ce traitement substitutif semble parfois considéré comme un «remède magique». Or cette supplémentation n'est pas sans danger. Une controverse existe notamment en ce qui concerne les liens entre testostérone et risque d'accidents cardiovasculaires.

Quand le déficit en testostérone est-il avéré?

Le diagnostic d'un déficit en testostérone (hypogonadisme) est d'autant plus facile à poser que les symptômes (voir tableau 1) apparaissent chez un homme jeune. L'hypogonadisme est confirmé quand la concentration sanguine en testostérone est abaissée lors de dosages réalisés deux matins consécutifs.

La plus grosse partie de la testostérone produite dans l’organisme (principalement par les testicules) est liée à deux protéines: l'albumine et la Sex hormone binding globuline (SHBG). Seuls 1 à 3% de l'hormone circulent sous forme libre et donc biologiquement active dans le sang. A partir de 30 ans, cette fraction active diminue, d'une part car la production de testostérone baisse (moins 1 à 2% par an) alors que celle de la SHGB augmente. Après 45 ans, un homme sur trois présente ainsi des valeurs basses de testostérone. Il n'existe cependant pas de seuil strict pour définir un déficit en testostérone passé cet âge.

Le vieillissement n’est pas la seule cause de diminution des taux de testostérone. Ceux-ci sont aussi abaissés chez les patients atteints de certaines maladies chroniques (voir tableau 2), sans que l'on ne sache si la concentration d'hormone est diminuée par la maladie ou si la diminution de testostérone précède la maladie.

Bénéfices et risques de la supplémentation

Un apport en testostérone a pour but de maintenir les caractères sexuels secondaires, la fonction sexuelle, la densité minérale osseuse, la masse maigre ainsi que la force musculaire. Mais l’hormone pourrait aussi avoir un effet sur le système cardiovasculaire.

C’est en tout cas ce que suggèrent plusieurs études qui ont mis en évidence un lien entre une concentration basse en testostérone et la survenue de maladies cardiovasculaires. Des résultats qui plaident en faveur d’une supplémentation en testostérone mais qui sont controversés. Plusieurs études ont en effet montré une augmentation de la survenue d’accidents cardiovasculaires chez certains hommes âgés au bénéfice d’un apport en testostérone.

Les relations entre testostérone et système cardiovasculaire sont donc complexes, et les effets bénéfiques d’un substitut hormonal sur la force musculaire, les performances sexuelles ou encore la densité osseuse pourraient s’exercer au prix d’une augmentation des accidents cardiovasculaires.

En attendant de nouvelles études randomisées contrôlées, la Société américaine d'endocrinologie ne recommande la supplémentation en testostérone que chez les patients qui présentent des symptômes associés à un déficit sanguin en testostérone. Pour les patients âgés ou atteints d'une maladie chronique, le bénéfice de la supplémentation est moins évident. Lorsqu'un traitement substitutif est prescrit, un suivi à trois mois, puis chaque année pendant cinq ans, est fortement conseillé afin d'évaluer son efficacité ainsi que sa sécurité.

_________

(1) Bhasin S, Cunningham GR, Hayes FJ, et al. Testosterone therapy in men with androgen deficiency syndromes: An Endocrine Society clinical practice guideline. J Clin Endocrinol Metab 2010;95:2536-59.

Références

Adapté de «La testostérone: un traitement pour la prévention des maladies cardiovasculaires?», par Dr Baris Gencer, Pr François Mach, Service de cardiologie, Hôpitaux universitaires de Genève, Dr Bettina Köhler Ballan, Pr Jacques Philippe, Service de diabétologie et d’endocrinologie, Hôpitaux universitaires de Genève. In RMS 2014;10:1173-8. En collaboration avec les auteurs.

A LIRE AUSSI

Appareil génital masculin
Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Douleur testiculaire: le problème n'est pas toujours urologique

Certains hommes souffrent de douleurs aux testicules. La plupart du temps, la nature de ce problème est...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Le déroulement de la circoncision

Le Pr Olivier Reinberg, chirurgien pédiatrique explique quelle est à son sens la meilleure technique...
Lire la suite
Appareil génital masculin
La circoncision d'un bébé

Circoncision: anesthésie indispensable, mais pas sans risques

Les circoncisions rituelles se font encore souvent à vif. Or, l’enfant, même nouveau-né, ressent la douleur,...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
Toro

Pourquoi tester sa testostérone ne dit rien de votre libido

Aux Etats-Unis, une campagne publicitaire encourage les hommes à aller se faire dépister une baisse de testostérone.
Les hormones : armes fatales  de la médecine anti-âge ?

Les hormones: armes fatales de la médecine anti-âge?

Les hormones jouent un rôle central dans notre organisme. Quand elles n’assurent pas une fonction vitale, elles garantissent notre équilibre interne. Ces messagers règlent en effet les fonctions des organes cibles et participent ainsi à toutes sortes de mécanismes, comme le sommeil, la croissance, la reproduction, la sexualité, le métabolisme du sucre et des graisses, voire même l’humeur.
La testostérone, un traitement d’avenir?

La testostérone, un traitement d’avenir?

La testostérone, l’hormone sexuelle masculine par excellence, pourrait s’avérer efficace dans la prise en charge de diverses maladies chroniques comme la bronchite chronique obstructive ou les troubles cardiovasculaires. Elle pourrait même contribuer à la prévention de la maladie d’Alzheimer. De nombreuses études sont en cours pour confirmer ses effets bénéfiques.
Videos sur le meme sujet

Désirs d'enfants: la difficile conception

Parfois, avoir un enfant s'avère impossible. Cette émission se penche sur les couples qui souffrent de ne pas pouvoir procréer.

Devenir maman après un cancer

Qui dit cancer dit souvent traitements comme la chimiothérapie, avec le risque, pour une jeune femme, de devenir stérile et de voir son rêve de devenir maman brisé. Aujourd'hui, l'espoir renaît grâce aux progrès de la procréation médicalement assistée.

Cancer de la prostate, s'informer pour mieux faire ses choix

Cancer le plus fréquent chez l'homme après 65 ans, il en touche 2700 en Suisse et cause 1300 décès chaque année. Que faire lorsqu'on approche des cinquante ans? Faut-il se faire dépister, et si le test est positif… quelle suite peut-on lui donner? Petit aperçu avec le Dr. Patrice Jichlinski.