La misophonie ou la haine du bruit

Dernière mise à jour 24/05/18 | Audio
Loading the player ...
Cécile Guérin s'intéresse à la misophonie. Mal connue, cette pathologie rend les bruits du quotidien insupportables. De quoi affecter nettement la qualité de vie.

(Texte: Aude Raimondi)

Craquements de chips sous la dent, mastication de chewing-gum, déglutitions… Des petits sons désagréables dont on se passerait volontiers. Mais pour certaines personnes, ils sont carrément insupportables. Cette aversion pour les bruits du quotidien porte un nom: la misophonie. La haine du bruit est telle qu’elle pousse à adopter des stratégies d’évitement. Par exemple, changer de wagon si quelqu’un mange à côté ou même vivre en permanence avec des bouchons d’oreille pour ne plus entendre ses voisins. Les personnes concernées témoignent d’une grande souffrance. D’une part, parce que la misophonie provoque en eux des réactions de colère et de nervosité très vives. D’autre part, car à force d’éviter de s’exposer aux sons, on s’isole socialement.

Le Dr Othman Sentissi, psychiatre au Département de santé mentale des Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), est l’un des rares médecins en Suisse romande à bien connaître cette pathologie. Il constate que les patients mettent des années avant de consulter. «Ils ont souvent honte et se sentent coupables de leurs réactions disproportionnées. Ce sentiment de bizarrerie les retient d’en parler». Le diagnostic est d’autant plus compliqué à établir que les origines du trouble sont encore quelque peu mystérieuses. Des découvertes récentes suggèrent qu’il s’agit d’une forme de synesthésie, comme les personnes qui associent une couleur à un chiffre ou des notes de musique à des formes. Dans le cas de la misophonie, les bruits s’associent à des émotions négatives.

Il n’existe à ce jour aucun traitement médicamenteux qui permette de traiter ce trouble. Certaines thérapies comportementales peuvent néanmoins contribuer à améliorer la situation. «Nous essayons d’abord de travailler sur l’affirmation de soi, explique le Dr Othman Sentissi. Le fait de ne pas être compris est très difficile à vivre. Être reconnu pour cette difficulté est déjà un premier pas». Ensuite, des méthodes d’auto-observation peuvent réduire le stress que ces sons engendrent. La méditation apprend quant à elle à se recentrer sur soi et faire abstraction des bruits environnants. Enfin, associer ses proches à la thérapie est un point important pour que chacun puisse comprendre et apprendre à vivre avec.

Une émission CQFD - RTS La Première

A LIRE AUSSI

Aphasie

Troubles du langage oral: quand les mots ne viennent pas

Les enfants apprennent à parler naturellement, le cerveau est programmé pour qu’ils absorbent les mots et la grammaire d’une façon innée. Mais il arrive...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
LMD_syndrome_tourette_tete

Syndrome de Gilles de la Tourette: une maladie où le corps n’en fait qu’à sa tête

Souvent présenté de façon caricaturale, ce syndrome neuropsychiatrique est d’autant plus difficile à vivre qu’il s’accompagne souvent d’autres troubles. Des traitements existent, mais les soignants spécialisés manquent.
PMS_soins_domicile_sante_mentale

Des soins à domicile pour améliorer le bien-être en santé mentale

Certaines situations de la vie peuvent générer des sentiments de tristesse, de désespoir ou d’anxiété difficiles à gérer seul·e ou par les proches. Des soins à domicile spécifiques existent pour accompagner les personnes en souffrance psychique et améliorer leur bien-être.
LMD_Troubles_mentaux_durée

Les troubles mentaux écourtent la durée de vie

Une vaste étude menée au Danemark a montré que les personnes atteintes dans leur santé psychique vivaient entre cinq et dix-sept années de moins que les autres. En Suisse, une surmortalité de cette population a aussi été constatée.
Videos sur le meme sujet

Le prix Frutiger pour la détection de troubles psychotiques

Le prix dʹencouragement Frutiger a été décerné à un psychiatre du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) pour son travail sur un nouvel outil robotique de diagnostic de certains symptômes psychotiques comme les hallucinations auditives.

Fin de carrière sportive et troubles psychologiques

Sport à haut niveau et départ à la retraite : la transition est parfois difficile pour les sportif·ve·s dʹélite.

Le syndrome de Gilles de la Tourette s'opère

Cette affection entraine la production involontaire et répétitive de gestes, souvent brusques, et de sons, et parfois de propos grossiers.