Quand ils stressent, les hommes préfèrent les rondes

Dernière mise à jour 21/08/12 | Article
Une femme heureuse
La femme «corpulente», la femme «refuge», la femme faite de «rondeurs», la femme «accueillante», la femme «protectrice» n’est pas un mythe. Selon des chercheurs britanniques ce serait une affaire de «sécurité environnementale» qui rendrait irrésistibles les femmes en surpoids aux yeux des hommes stressés.Voilà bien une approche roborative qui, par effet de contagion, déstressera les replètes.

En anglais, langue charmante, cela donne “The Impact of Psychological Stress on Men's Judgements of Female Body Size”. Tout est dit dans ce titre de la publication d’une étude britannique publiée sur le site de la revue PLoS ONE. Quant à l’article, il conclut en substance à l’appétence des hommes (hétérosexuels) pour les femmes corpulentes, voire en surpoids. Selon les auteurs britanniques de ce travail, ce phénomène aurait à voir avec une quête de «sécurité environnementale» chez les hommes stressés. L’affaire est a priori suffisamment originale pour que l’on se penche sur son contenu.

La publication est signée de Viren Swami ( Department of Psychology, University of Westminster, HELP University College, Kuala Lumpur)et Martin J. Tovée (Institute of Neuroscience, Newcastle University, Newcastle-upon-Tyne). Les deux auteurs n’ont déclaré aucun conflit d’intérêt. La théorie de la «sécurité environnementale» fait valoir que les hommes «en période de stress» seraient plus «attirés» par des femmes plus corpulentes, ces dernières évoquant du fait même de leurs rondeurs des formes de recours potentiel et de sécurité dans les moments difficiles. Les auteurs ajoutent que cette théorie va jusqu’à suggérer que l’idéal féminin est tout en rondeurs (prononcez curvy) en période de crise économique et tout en longueur (champi-like) en période de croissance. En élargissant le propos, on pourrait aussi associer ici rondeur et blondeur (1).

Des réserves en période de crise

Disons-le autrement : quand l’accès aux ressources vitales devient plus aléatoire, corpulence et accès à la nourriture seraient en quelque sorte plus ou moins inconsciemment associés. Coffre-fort calorique la graisse devient de l’or. Sans doute est-ce le même réflexe qui voit les humains stocker des bouteilles d’huile (et du sucre) à l’annonce d’une possible disette. Pour les auteurs, «la graisse corporelle est un facteur prédictif fiable de la disponibilité alimentaire».

Vrai ou pas, on pourrait parier chez les bookmakers que cette adéquation entre les formes féminines et le stress des chasseurs mâles ne soit guère du goût des gardiens du temple moderne de la parité. La théorie pourrait en revanche faire –si elle n’est pas déjà connue- le bonheur des marchands de mode et des magazines féminins qui vivent de ce commerce. 

Comment en parvient-on à une telle conclusion? Pour leur expérience, les auteurs ont recruté quatre-vingt un  étudiants hétérosexuels (auto-déclarés) masculins, âgés en moyenne de vingt-deux ans. Après épreuve de la courte-paille, ils ont été assignés soit au groupe «stress» (quarante-et-un), soit au groupe témoin (quarante). Les participants du premier groupe ont été stressés de manière intensive durant un quart d’heure. Suffisamment pour qu’une réponse psycho biologique objective (niveaux de cortisol) soit enregistrée. Comment deux psychologues stressent-ils aujourd’hui un étudiant britannique âgé en moyenne de vingt-deux ans? En le transformant en demandeur d’emploi devant un micro et face à quatre personnes et en lui demandant d’effectuer des tests de calcul mental le plus rapidement possible.

Vingt minutes plus tard, le cobaye en est à son pic de stress biologique. Vous l’invitez alors à se mettre à table pour remplir une échelle de notation sur ses préférences intimes quant à la corpulence des femmes. Pour ce faire, vous disposez d’une échelle comportant dix photographies, images standardisées de femmes vues de face, avec des tailles correspondant à des indices de masse corporelle (IMC) allant de ce qu’il faut bien appeler la maigreur jusqu’à un enrobage atteignant l’obésité.

Crise ou pas, le corps maigre n’est jamais préféré

Conclusion: les faveurs des hommes «sous pression» vont de manière statistiquement significative vers des IMC féminins au dessus de la normalité hygiéniste. Et les jeunes hommes du groupe non stressé ne manifestent nullement d’attirance spontanée pour cette fourchette de corpulence. On observera toutefois qu’il n’y a pas de différence entre les deux groupes quant à la minceur minimum attrayante chez une femme. Qu’on se le dise : qu’ils soient stressés ou pas, les jeunes hommes (hétérosexuels et britanniques) ne considèrent pas les corps (féminins) trop minces comme remplissant les canons de l’esthétique.

Le site français santelog.com rapporte qu’à peine les conclusions de cette étude connues, certains médias britanniques sont allés, en plaisantant,  jusqu’à prodiguer des conseils: inviter, en ces temps de crise, les femmes en quête d’un cœur (masculin) à prendre quelques kilogrammes supplémentaires. Il convient néanmoins de rappeler que ce conseil ne vaut que pour les femmes à la recherche d'un homme dont les nerfs sont en permanence à vifs. On en trouverait à la pelle aujourd’hui, dit-on, dans le quartier de la City.

Question relative à la parité : qui conduira l’enquête visant à cerner les évolutions des appétences corporelles féminines en temps de crise économique mondialisée? C’est là une question de santé publique. Et d’actualité.

(1) Cette publication pourra être rapprochée, en mode inversé, au célèbre film Les hommes préfèrent les blondes. (Gentlemen Prefer Blondes). On rappellera ici aux plus jeunes qu’il s’agit d’une comédie musicale signée Howard Hawks datant du début des Trente Glorieuses (expression créée par l’économiste français Jean Fourastié, 1907-1990).  L’action se situe dans le milieu des danseuses américaines de revues. Opposition totale entre les caractères des deux vedettes: Lorelei Lee et Dorothy Shaw. Lorelei, blonde naïve, n'a d’appétence naturelle que pour les hommes riches et le mot «diamant». Dorothy, brune et tout sauf naïve, tombe toujours amoureuse d'hommes honnêtes mais peu fortunés. Lorelei est joué par Marylin Monroe dont on célèbre actuellement le cinquantenaire de la disparition tragique (à lire: «Marylin, dernières séances» de Michel Schneider, Editions Grasset).

Psychologues, cinéphiles et économistes observeront que le titre complet de ce film, sorti en 1953, était Howard Hawks' Gentlemen Prefer Blondes. Il s’agissait en effet d’un remake d'un film muet homonyme de Malcolm St. Clair, Gentlemen Prefer Blondes.Ce dernier était sorti en 1928. Soit, on le sait, précisément un an avant 1929 et ce qui survint cette année-là.

A LIRE AUSSI

Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Troubles bipolaires
masques

Médicaments pour le traitement des troubles bipolaires

Ces médicaments psychotropes sont utilisés pour traiter les fluctuations extrêmes de l’humeur telles...
Lire la suite
Borderline
reflet d'un visage dans un miroir

Critères diagnostiques du trouble de la personnalité borderline?

Neuf critères diagnostiques sont utilisés pour diagnostiquer le trouble de la personnalité. Ils vous...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
promesses_neurostimulation

Les promesses de la neurostimulation

Un ophtalmologue propose des séances de stimulation visuelle aux sportifs d’élite pour améliorer leur capacité à traiter l’information et développer leurs performances perceptivo-cognitives. Les résultats sont spectaculaires.

Des clés pour gérer son stress

Le stress fait partie de notre existence. Pour composer avec lui et éviter qu’il ne fasse des ravages, des stratégies existent.

A l’écoute des requérants

Le nombre de personnes migrantes prises en charge pour un stress posttraumatique est en constante augmentation depuis 2012.
Videos sur le meme sujet

Le travail: est-ce vraiment la santé?

On travaille beaucoup en Suisse... en moyenne 1800 heures chaque année si l'on est employé à plein temps. Mais est-on heureux de travailler autant ? Le travail permet-il de se sentir bien et d'être en bonne santé ou au contraire est-il plutôt source de mal-être et de maladies ? Réponses dans l'émission l'Antidote.

Dyspraxie, le trouble du «Comment faire?»

La dyspraxie est un trouble invisible et encore méconnu. Les enfants qui en souffrent sont souvent maladroits, ils ont de la difficulté à nouer leurs lacets, à couper leur viande ou à s’habiller correctement.