Mal

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Diablotin
Subir le mal sans prendre position rend malade, conduit à une perte d’énergie, une usure, un épuisement.

Dans une vie, rencontrer quelqu’un qui nous veut du mal est effrayant, le face à face redoutable, stupéfiant. En  psychothérapie, c’est la remise en question fondamentale. Est-ce possible ? Est-ce vrai ? Ne suis-je pas en train de vivre un cauchemar ?

Le mal, on n’en parle pratiquement jamais, on élude la question. Quand on le rencontre, on est bouleversé, déboussolé, on se demande ce qui se passe, on a de la peine à croire ce qu’on vit. Me suis-je trompé à ce point ? Ai-je été aussi naïf ? On évoque la maladie, l’inconscient. Le responsable du mal que je subis sait-il ce qu’il fait ? S’il le savait, il n’agirait pas ainsi. Ou, s’il agit comme il le fait, c’est parce qu’il est malade. On ne veut pas voir, c’est trop pénible, on ne prend pas position. On attend, on reste passif, on subit, on excuse.

Le mal existe, il est actif, organisé, il sait ce qu’il veut, il vise juste. Nier son existence, c’est le subir, en être victime, vivre dans l’illusion. Vivre dans l’illusion, c’est fatiguant, harassant. Reconnaître le mal est douloureux, mais libératoire. Le mal est une attitude de l’esprit, un choix, une volonté. Il est protéiforme, insidieux. Il y a des degrés dans l’intention, la manière, le comportement, la présentation, mais c’est toujours une attitude négative, une volonté de destruction, un refus, une fermeture.

Il faut avoir le courage de voir les choses clairement. Celui qui ne se remet pas en question, même s’il est malade, n’a pas plus de droit qu’un bien portant. Un malade qui refuse de se soigner impose son attitude à son entourage. Il agresse. Se protéger est nécessaire.

L’inconscient a bon dos, il déresponsabilise. Je suis responsable même de ce que je fais involontairement. Je peux aussi commettre du mal. Ai-je voulu nuire à mon prochain ? Je dois me poser la question pour être au clair.

Le mal existe, même si on ne veut pas le voir. Il est là, quel que soit le nom qu’on lui donne, le malin, l’esprit mauvais, le diable. Le diable est relativement facile à reconnaître, c’est l’intelligence sans l’amour. Il comprend vite. Si on lui dit non, il s’en va ailleurs. L’homme n’est pas le diable, mais il peut être diabolique. Il insiste, il persiste, il utilise son intelligence pour obtenir ce qu’il veut sans tenir compte de l’autre, sans l’aimer, sans penser à sa souffrance, sans partager. Il importe de se protéger, de ne pas se laisser harceler. Subir le mal sans prendre position rend malade, conduit à une perte d’énergie, une usure, un épuisement.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Libido
libido_femme_traitements

Problèmes de libido chez la femme: diagnostic et traitements

Bonne nouvelle, il existe plusieurs remèdes à un trouble du désir! Grâce au diagnostic médical et à certaines...
Lire la suite
Borderline
Enfant triste

Comment apparaît le trouble de la personnalité borderline?

Ces dernières décennies, des recherches approfondies ont été consacrées aux origines du trouble de la...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
troubles_psychiatriques_sexualite

Troubles psychiatriques: quels effets sur la sexualité?

Très fréquents chez les personnes atteintes d’un trouble psychiatrique, les troubles sexuels sont parfois aggravés par le traitement. Souvent passés sous silence, ils nécessitent une prise en charge adaptée à la pathologie coexistante.
mon_enfant_psy

Mon enfant chez le psy

«Maman, j’ai mal au ventre!» Plaintes somatiques, agressivité ou tristesse, difficultés scolaires… les signaux qu’envoie un enfant pour dire qu’il ne va pas bien peuvent être nombreux. Parfois, le bon sens des parents, leurs ressources personnelles et les conseils de l’entourage ne suffisent pas pour décoder les difficultés ou aider l’enfant à les dépasser. Consulter un spécialiste peut alors être d’une grande aide. Quelques points de repère à l’attention des parents.

La psychothérapie créative du jeu de sable

Technique psychothérapeutique inspirée de la théorie jungienne, le jeu de sable utilise la créativité pour permettre aux patients de verbaliser leurs émotions et leur vécu, par exemple dans le cadre troubles du comportement alimentaires.
Videos sur le meme sujet

Améliorer la cohérence cardiaque pour venir en aide aux enfants atteints de maladies psychiques

Selon l’OMS un enfant sur 5 est attient d’une maladie psychique ou d’un trouble du comportement.

Op Art et neurosciences pour soigner des maladies mentales

Et si l’art permettait de soigner des maladies mentales comme la schizophrénie ?

Traitement des maladies mentales: de plus en plus tôt?

De nos jours, les maladies mentales sont prises en charge de façon plus précoce.