Mal

Dernière mise à jour 20/10/11 | Article
Diablotin
Subir le mal sans prendre position rend malade, conduit à une perte d’énergie, une usure, un épuisement.

Dans une vie, rencontrer quelqu’un qui nous veut du mal est effrayant, le face à face redoutable, stupéfiant. En  psychothérapie, c’est la remise en question fondamentale. Est-ce possible ? Est-ce vrai ? Ne suis-je pas en train de vivre un cauchemar ?

Le mal, on n’en parle pratiquement jamais, on élude la question. Quand on le rencontre, on est bouleversé, déboussolé, on se demande ce qui se passe, on a de la peine à croire ce qu’on vit. Me suis-je trompé à ce point ? Ai-je été aussi naïf ? On évoque la maladie, l’inconscient. Le responsable du mal que je subis sait-il ce qu’il fait ? S’il le savait, il n’agirait pas ainsi. Ou, s’il agit comme il le fait, c’est parce qu’il est malade. On ne veut pas voir, c’est trop pénible, on ne prend pas position. On attend, on reste passif, on subit, on excuse.

Le mal existe, il est actif, organisé, il sait ce qu’il veut, il vise juste. Nier son existence, c’est le subir, en être victime, vivre dans l’illusion. Vivre dans l’illusion, c’est fatiguant, harassant. Reconnaître le mal est douloureux, mais libératoire. Le mal est une attitude de l’esprit, un choix, une volonté. Il est protéiforme, insidieux. Il y a des degrés dans l’intention, la manière, le comportement, la présentation, mais c’est toujours une attitude négative, une volonté de destruction, un refus, une fermeture.

Il faut avoir le courage de voir les choses clairement. Celui qui ne se remet pas en question, même s’il est malade, n’a pas plus de droit qu’un bien portant. Un malade qui refuse de se soigner impose son attitude à son entourage. Il agresse. Se protéger est nécessaire.

L’inconscient a bon dos, il déresponsabilise. Je suis responsable même de ce que je fais involontairement. Je peux aussi commettre du mal. Ai-je voulu nuire à mon prochain ? Je dois me poser la question pour être au clair.

Le mal existe, même si on ne veut pas le voir. Il est là, quel que soit le nom qu’on lui donne, le malin, l’esprit mauvais, le diable. Le diable est relativement facile à reconnaître, c’est l’intelligence sans l’amour. Il comprend vite. Si on lui dit non, il s’en va ailleurs. L’homme n’est pas le diable, mais il peut être diabolique. Il insiste, il persiste, il utilise son intelligence pour obtenir ce qu’il veut sans tenir compte de l’autre, sans l’aimer, sans penser à sa souffrance, sans partager. Il importe de se protéger, de ne pas se laisser harceler. Subir le mal sans prendre position rend malade, conduit à une perte d’énergie, une usure, un épuisement.

Couverture du Petit lexique de la psychothérapie

Source

Retrouvez d'autres mots essentiels dans le Petit lexique de la Psychothérapie du Dr François Adler aux éditions Georg.

A LIRE AUSSI

Libido
libido_femme_frequent

Problèmes de libido chez la femme: un trouble sexuel fréquent mais mal connu

Alors que la médecine actuelle reconnaît l’importance du désir sexuel féminin, ses troubles sont souvent...
Lire la suite
Emotions
Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Une explosion de rage révèle des troubles psychiques

Incapable de gérer sa colère, un passager a été débarqué d’un avion puis interné. Car si ce sentiment...
Lire la suite
Emotions
Supp_La Côte_hypersensibilité

Hypersensibilité: quand les émotions nous submergent

On les décrit comme des éponges émotionnelles, des personnes qui ressentent tout intensément, et souvent...
Lire la suite
Articles sur le meme sujet
donner_sens_maladie

Donner du sens à la maladie?

Si l’on suit les mots du chirurgien humaniste français René Leriche, qui interprétait la santé comme le «silence des organes», comment réagir quand la maladie rompt abruptement ce continuum paisible?
PULS_art-therapie

Avancer grâce à l’art-thérapie

Grâce à la danse, la musique ou les arts plastiques, des patients hospitalisés ou en suivi ambulatoire parviennent à se décentrer de leur maladie et à prendre du recul.
art_baume_plaie

L’art comme un baume sur une plaie

Créer, c’est s’exprimer. Les séances d’art-thérapie permettent de formuler son vécu par d’autres voies que la parole. Reportage.
Videos sur le meme sujet

Le bon choix du psy

Stéphane Délétroz indique quelques critères à prendre en compte pour choisir son ou sa psychiatre.

Gros plan sur lʹisolement thérapeutique en psychiatrie

Bastien Confino se penche sur une pratique parfois utilisée dans les services psychiatriques de Suisse: l'isolement ou l'enfermement thérapeutique.

De la musique dans les soins psychiatriques

Bastien Confino s'intéresse à un projet original mené dans le canton de Vaud.